Sumatriptan illicomed

Sumatriptan: posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Sumatriptan est un médicament permettant de soulager les crises de migraine, et pour la forme solution injectable, les algies vasculaires de la face. Cette molécule est commercialisée depuis de nombreuses années (environ 25 ans), elle est efficace et assez bien tolérée par les utilisateurs.

Ci-dessous seront détaillées les informations nécessaires à connaître avant la prise de sumatriptan, telles que la posologie, les interactions possibles avec d’autres médicaments, la composition du médicament, les contre-indications à la prise de celui-ci, ainsi que comment et où se le procurer.

Présentation de Sumatriptan

Sumatriptan est un médicament utilisé pour traiter la phase douloureuse de la migraine et est fabriqué par le laboratoire Aurobindo.

Laboratoire Aurobindo logo

C’est le principe actif et donc le générique des princeps Imigrane (comprimés pelliculés) et Imiject (solution injectable). En France, seul le laboratoire génériqueur TEVA commercialise Sumatriptan sous forme de comprimés pelliculés sécables, et le laboratoire SUN commercialise Sumatriptan sous forme de solution injectable en seringue pré-remplie pour injection sous-cutanée. Dans d’autres pays, ou sur certains sites internet comme notre partenaire treated.com, sumatriptan est également commercialisé au dosage de 100mg.

Ce médicament antimigraineux est sur liste 1, cela signifie qu’il est nécessaire d’avoir une prescription médicale pour pouvoir s’en procurer, tant pour les comprimés que pour la solution injectable par voie sous-cutanée. Cette ordonnance peut être rédigée par n’importe quel médecin, pas forcément par un spécialiste.

acheter Sumatriptan

Quelle pathologie permet-il de traiter ?

Sumatriptan est un médicament permettant de traiter la crise de migraine, que cette dernière soit avec ou sans aura.

Une description détaillée de la pathologie « migraine » est faite dans l’article sur Maxalt.

La solution injectable de sumatriptan à utiliser par voie sous-cutanée à l’aide de seringue pré-remplie permet également de traiter la crise de migraine, qu’elle soit avec ou sans aura, ainsi que la crise d’algie vasculaire de la face. Pour cette dernière indication, sumatriptan ne sera indiqué que si le diagnostic a été établi précisément. 

Comment marche ce médicament ?

Sumatriptan fait partie de la classe des triptans qui sont des antimigraineux. L’action de cette molécule, et plus globalement de cette classe de médicaments, est permise par l’activité agoniste sélective exercée sur les récepteurs sérotoninergiques 5-HT1 (5-hydroxy-tryptamine-1), alors qu’aucune activité n’est exercée sur les autres sous-types de récepteurs 5-HT.

Après l’administration par voie orale d’une dose de 100mg de sumatriptan, la première réponse clinique survient environ dans les 30 minutes.

Lors d’essais cliniques, l’efficacité de doses de 25mg à 100mg a été prouvée par rapport à un placebo. De plus, la dose de 25mg était statistiquement moins efficace que des doses de 50mg et de 100mg de sumatriptan.

Lors de l’apparition d’une migraine pendant les périodes menstruelles (c’est-à-dire dans la période comprise entre trois jours avant et allant jusqu’à 5 jours après le début des règles), l’efficacité de sumatriptan a été démontrée dans le traitement de ces crises.

A qui s’adresse t-il ?

Sumatriptan est réservé à l’adulte.

L’efficacité ainsi que la sécurité d’emploi de ce médicament n’ont en effet pas été évaluées au sein de la population des enfants de moins de 12 ans et chez les adolescents âgés de 12 à 17ans.

De ce fait, l’utilisation de cette molécule, comme les autres triptans, n’est pas recommandée dans cette population.

Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

Comme tous les médicaments, ce traitement anti migraine possède des avantages mais aussi des inconvénients, que nos équipes vous listent ci-dessous

Avantages

L’avantage de sumatriptan est son efficacité. En effet, s’il est pris immédiatement, dès les premiers signes de la crise de migraine, il fonctionne très bien et permet de diminuer véritablement la durée de la crise. De plus, c’est un des seuls antimigraineux possibles pendant une grossesse.

Inconvénients

L’inconvénient des triptans de façon générale, est que la prise est limitée à une seule dose par crise, deux voire trois par 24 heures si une deuxième crise survient.

Sous quelles formes se présente Sumatriptan ?

Sumatriptan existe sous deux formes galéniques différentes : en comprimés et en seringues pré remplies pour injection sous cutanée.

La solution injectable de sumatriptan est claire, incolore à jaune pâle. L’osmolarité de la solution est comprise entre 260 et 340mosmol/L, et son pH est quant à lui compris entre 3,0 et 4,0.

La deuxième forme galénique est la forme « comprimés », ils sont pelliculés et sécables. La couleur de ces comprimés varie de pêche à rose, ils sont de forme oblongue (forme plus longue que large avec les angles arrondis), les mentions « 5 » et « 0 » sont inscrites sur une face. On peut observer une barre de cassure sur chacune des faces du comprimé. Ce dernier peut ainsi être divisé en deux demi-doses égales de 25mg, c’est pour cela qu’il est sécable.

Le conditionnement de sumatriptan sous forme de comprimés pelliculés est de 6 par boîte en France, et concernant sumatriptan en solution injectable, le conditionnement est de deux seringues pré-remplies de 0,5mL.

Composition du médicament

  • Sumatriptan 50mg comprimé pelliculé sécable TEVA :
    • Principe actif : Sumatriptan : 50mg
    • Excipients : 
      • Noyau : lactose monohydraté, croscaramellose sodique, cellulose microcristalline, silice colloïdale anhydre, stéarate de magnésium
      • Pelliculage : OPADRY II 33G23092 pêche
        • Hypromellose, lactose monohydraté, macrogol 3000, tri acétate de glycérol, dioxyde de titane (E171), oxyde de fer rouge (E172), oxyde de fer jaune (E172), oxyde de fer noir (E172)
      • Excipient à effet notoire : chaque comprimé pelliculé contient 67,5mg de lactose sous forme de lactose monohydraté
  • Sumatriptan 6mg/0,5mL solution injectable en seringue pré-remplie sous-cutanée SUN :
    • Principe actif : Sumatriptan : 6mg sous forme de succinate de sumatriptan
    • Excipients : chlorure de sodium, eau pour préparations injectables
      • Excipients à effet notoire : sodium : 1,3mg pour une seringue de 0,5mL
  • Sumatriptan 50mg Tablets AUROBINDO :
    • Principe actif : Sumatriptan : 50mg sous forme de succinate de sumatriptan
    • Excipients : croscarmellose sodium (E468), polysorbate 80 (E433), hydrogénophosphate de calcium anhydre (E450), Cellulose microcristalline (E460), hydrogénocarbonate de sodium (E500), stéarate de magnésium (E470b)
  • Sumatriptan 100mg Tablets AUROBINDO :
    • Principe actif : Sumatriptan : 100mg sous forme de succinate de sumatriptan
    • Excipients : croscarmellose sodium (E468), polysorbate 80 (E433), hydrogénophosphate de calcium anhydre (E450), Cellulose microcristalline (E460), hydrogénocarbonate de sodium (E500), stéarate de magnésium (E470b)

Focus sur le principe actif

Les récepteurs sérotoninergiques 5-hydroxy-tryptamine-1 sur lesquels agit la molécule sumatriptan se situent au niveau des vaisseaux sanguins crâniens. En revanche, ce principe actif n’a pas d’activité sur les autres sous-types de récepteurs 5-HT.

Sumatriptan agit, chez l’animal, en entraînant une vasoconstriction sélective de la carotide, cette dernière vascularisant les tissus extra-crâniens et intra-crâniens, tels que les méninges. Le mécanisme de la migraine chez l’Homme pourrait correspondre à la dilatation au niveau de ces vaisseaux. Les études réalisées chez l’animal mettent également en évidence une inhibition de l’activité du nerf trijumeau par sumatriptan.

Ces deux effets combinés (l’inhibition du nerf trijumeau, ainsi que la vasoconstriction des vaisseaux extra- et intra-crâniens) expliquerait alors l’action antimigraineuse de sumatriptan chez l’Homme.

Des études scientifiques ont été faites au sujet de ce médicament pour prouver son efficacité

La sécurité et l’efficacité de sumatriptan ont été étudiées chez 600 adolescents migraineux âgés entre 12 et 17 ans dans un certain nombre d’essais cliniques. A 2 heures de la prise, aucune mise en évidence d’une différence significative dans l’amélioration de la migraine n’a pu être faite entre le placebo et le médicament à base de sumatriptan, et cela à différentes doses. Il a été en revanche observé que le profil des effets indésirables survenus à la suite de la prise de l’antimigraineux chez les adolescents âgés entre 12 et 17 ans est similaire à celui observé chez les adultes.

  • « Sumatriptan plus Naproxen for the treatment of acute migraine attacks in adults » – Simon Law, Sheena Derry, R Andrew Moore – Cochrane Database Syst Rev. 2016 Apr 20 ; 4 (4) : CD008541. doi : 10. 1002/14651858. CD008541.pub3.
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27096438/
    • Il s’agit d’une version mise à jour de la revue Cochrane originale publiée en octobre 2013 sur le “Sumatriptan plus naproxène pour les crises de migraine aiguë chez les adultes”. 
    • La migraine est une maladie invalidante courante et un fardeau pour l’individu, les services de santé et la société. Elle touche deux à trois fois plus de femmes que d’hommes, et est plus fréquente dans la tranche d’âge de 30 à 50 ans.
    • Les traitements abortifs efficaces comprennent les triptans et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Ces médicaments ont des mécanismes d’action différents et leur combinaison peut apporter un meilleur soulagement.
    • Le sumatriptan et le naproxène sont désormais disponibles aux Etats-Unis sous forme de combinaison pour le traitement aigu de la migraine.
    • Les conclusions de cet examen n’ont pas été modifiées. Le traitement combiné a été efficace dans le traitement aigu des migraines. 
    • L’effet était plus important que pour la même dose de sumatriptan ou de naproxène seul, mais les bénéfices supplémentaires par rapport au sumatriptan seul n’étaient pas importants.
    • Un plus grand nombre de participants ont obtenu un bon soulagement lorsque le médicament était pris au début de la crise, lorsque la douleur était encore légère. Les effets indésirables étaient plus fréquents avec l’association et le sumatriptan seul qu’avec le placebo ou le naproxène seul.
  • « Sumatriptan » – No authors listed – Drugs and lactation database (LactMed). Bethesda (MD) : National Library of Medicine (US) ; 2006-. 2020 Fed 17. PMID : 300000314 NBK501255
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30000314/
    • En raison des faibles niveaux de sumatriptan dans le lait maternel, les quantités ingérées par le nourrisson sont faibles.
    • La biodisponibilité orale du sumatriptan est également faible, ce qui réduit encore l’exposition des nourrissons au médicament.
    • Certains auteurs ont suggéré que l’arrêt de l’allaitement pendant 8 heures après une seule injection sous-cutanée éliminerait pratiquement l’exposition du nourrisson au médicament.
    • La recommandation du fabricant consiste à stopper l’allaitement durant les 12 heures suivant la prise d’une dose.
    • L’arrêt de l’allaitement pourrait être utile dans des cas extrêmes, comme chez la mère d’un enfant prématuré, mais le sumatriptan ne devrait pas avoir d’effets indésirables chez la plupart des nourrissons allaités.
    • Un rapport anecdotique sur l’arrêt de l’allaitement après une seule injection de sumatriptan n’a pas été vérifié.
  • « Sumatriptan : Update and review » – Roger Cady, Curtis Schreiber – Expert Opin Pharmacother. 2006 Aug ; 7 (11) : 1503-14. doi : 10. 1517/14656566.7.11.1503
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16859433/
    • Le sumatriptan est le premier d’une classe de médicaments appelés triptans. Depuis son approbation pour la migraine dans les années 1990, six autres produits à base de triptans ont reçu l’approbation de la FDA (Food and Drugs Administration). 
    • Malgré la prolifération des triptans, le sumatriptan reste le produit le plus fréquemment prescrit dans cette classe thérapeutique.
    • Le sumatriptan a contribué à définir une base biologique pour la migraine. Il est efficace dans le traitement de la migraine avec ou sans aura, bien toléré et, lorsqu’il est correctement prescrit, sûr.
    • Le sumatriptan injectable est le seul membre de la classe des triptans approuvé pour le traitement des céphalées de groupe.
    • Les études sur le sumatriptan ont également fait progresser le paradigme de l’intervention thérapeutique qui permet aux patients de traiter plus tôt et d’éviter un handicap important.
    • De nombreuses études pharmacoéconomiques ont démontré que le sumatriptan diminue la perte de productivité au travail et améliore la qualité de vie.
  • « Menstrual migraine and treatment options : review » – Kasra Maasumi, Stewart J Tepper, Jennifer S Kriegler – Headache. 2017 Feb ; 57 (2) : 194 – 208. doi : 10. 1111/head. 12978. Epub 2016 Dec 2.
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27910087/
    • La migraine menstruelle peut être très difficile à traiter.
    • Pour les traitements aigus, c’est le rizatriptan qui présente les meilleures preuves globales.
    • Pour la prévention à court terme, le frovatriptan, le zolmitriptan ou le naratriptan, ainsi que le magnésium, l’œstrogène, le naproxène sodique ou la dihydroergotamine peuvent être utiles.
  • « Medical treatment guidelines for acute migraine attacks. » – Yung-Chu Hsu, Kao-Chang Lin, Treatment Guideline Subcomittee of Taiwan Headache Society – Acta Neurol Taiwan. 2017 Jun 15 ; 26 (2) : 78-96
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29250761/
    • En 2015, l’American Headache Society (AHS) a modifié la directive de traitement de la migraine aiguë en se basant sur la médecine factuelle (EBM) selon laquelle tous les triptans sous toutes leurs formes de préparations, le paracétamol et les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) tels que l’aspirine, le diclofénac, l’ibuprofène ou encore le naproxène, sumatriptan/naproxène, la combinaison paracétamol/aspirine/caféine – sont considérés comme efficaces (niveau A).
    • Les médicaments précédemment efficaces comme la prochlorpérazine et la dihydroergotamine-DHE (forme inhalée exclue) ont été rétrogradés au niveau d’efficacité probable (niveau B).
    • La Taiwan Headache Society a publié en 2007 sa directive sur le traitement des crises de migraine aiguë. Elle devrait être mise à jour sur la base des nouvelles données disponibles.
    • Le sous-comité des directives de traitement de la Taiwan Headache Society a examiné les essais récents, évalué le niveau de preuve et évalué l’efficacité clinique pour parvenir à un nouveau consensus.
    • Nous nous sommes également référés aux lignes directrices des États-Unis, de l’Europe, du Canada et d’autres pays pour faire en sorte que celle-ci réponde à nos besoins et soit réalisable.
    • Les médicaments aigus actuellement disponibles à Taïwan peuvent être classés en groupes “spécifiques à la migraine” et “non spécifiques à la migraine”.
    • Les triptans spécifiques aux migraines et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) non spécifiques aux migraines ont les meilleurs niveaux de preuve et sont recommandés comme médicaments de première ligne pour les crises de migraine aiguës.
    • L’administration doit suivre le concept de “soins stratifiés” :
      • Pour les crises de migraine légères à modérées, les AINS (Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens) oraux sont le premier choix ; l’aspirine orale, les analgésiques combinés, les AINS intraveineux/intramusculaires sont des alternatives.
      • Pour les crises modérées à sévères, les triptans en spray oral ou nasal et les composés ergotamine/caféine sont recommandés et doivent être administrés au stade précoce des crises de migraine. Les antiémétiques peuvent être utilisés comme complément pour soulager les nausées et les vomissements.
    • La combinaison d’un triptan et d’un AINS a notamment permis d’obtenir une meilleure efficacité que l’un ou l’autre des traitements seuls.
    • Les stéroïdes parentéraux et l’apport de liquides sont le premier choix dans le traitement du statut migraineux.
    • Le paracétamol convient aux crises de migraine légères à modérées et reste le premier choix pour les enfants et les femmes enceintes.
    • Les opiacés ne sont pas recommandés pour le traitement de la migraine aiguë à l’heure actuelle en raison d’effets indésirables graves.
    • Pour prévenir les céphalées dues à une surconsommation de médicaments, le recours à un traitement aigu doit être limité à un maximum de dix jours par mois.
  • « Sumatriptan-induced angle-closure glaucoma : a case report. » – Cherng-Ru Hsu, Yi-Hao Chen, Ming-Cheng Tai, Da-Wen Lu – Medicine (Baltimore). 2017 Jun ; 96 (22) : e6953. doi : 10. 1097/MD.0000000000006953
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28562545/
    • Le glaucome à angle fermé bilatéral d’origine médicamenteuse est un événement rare et doit être traité correctement et rapidement pour prévenir la perte visuelle.
    • L’étude décrit le résultat clinique d’un patient atteint d’un glaucome à angle fermé bilatéral induit par le sumatriptan. Le patient présentait une élévation aiguë bilatérale de la pression intraoculaire (PIO) et un déplacement myope.
    • Le mécanisme sous-jacent au glaucome à angle fermé bilatéral induit par le sumatriptan pourrait être corrélé au glaucome malin.
    • Un diagnostic rapide et un traitement approprié sont essentiels pour résoudre cette urgence ophtalmique.
  • « Managing migraine in pregnancy. » – Sheba Jarvis, Pooja Dassan, Catherine Neslon Piercy – BMJ. 2018 Jan 25 ; 360 : K80. doi : 10. 1136/bmj. k80
    • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29371217/

A quelle hauteur la sécurité sociale et la complémentaire remboursent Sumatriptan?

Sumatriptan sous forme de comprimés pelliculés sécables, ainsi que sous forme de solution injectable en seringues pré-remplies sont remboursés à hauteur de 65% par la sécurité sociale en France.

La forme galénique de solution pour injection en sous-cutanée en seringues pré remplies n’est en revanche remboursée que dans l’indication du traitement de la crise d’algie vasculaire de la face. 

La mutuelle peut ensuite compléter jusqu’à 100% selon le contrat choisi.

Il faudra se munir de la carte vitale, ainsi que de la carte de la complémentaire pour pouvoir bénéficier du tiers-payant à la pharmacie, et donc ne pas avoir à avancer les frais.

Posologie : comment utiliser Sumatriptan ?

La molécule antimigraineuse sumatriptan ne peut pas être utilisée en prophylaxie des crises de migraine. Il est primordial d’utiliser ce médicament en monothérapie, et ne pas l’associer à l’ergotamine ou aux dérivés de l’ergotamine (notamment le méthysergide).

Dès que les symptômes d’une crise migraineuse surviennent, il faut prendre sumatriptan immédiatement, aussi précocement que possible. Son efficacité reste identique quel que soit le stade de la crise pendant lequel le médicament est pris, cependant pour le confort du patient, il est utile de le prendre le plus tôt possible.

Posologie sumatriptan

Posologie en fonction des formes du traitement (comprimés ou seringue)

Selon les recommandations officielles et celles du laboratoire, les doses citées ci-dessous ne devront pas être dépassées.

Sumatriptan en comprimés pelliculés sécables

  • Adultes : la dose recommandée de sumatriptan chez les adultes est d’un comprimé de 50mg. Dans certains cas, une dose de 100mg pourra être nécessaire.
    • Cette dose plus forte peut être utile selon l’intensité de la crise de migraine. En effet, il faut bien tenir compte du caractère variable de la sévérité des crises de migraine, quelques fois pour une même personne, mais également d’un patient à l’autre.
    • Comme pour tous les antimigraineux, si la dose administrée n’a pas permis de soulager la crise, il ne sert à rien et il n’est pas recommandé de prendre une deuxième dose.
    • En revanche, si une deuxième crise survient dans les 24 heures suivant la première, une deuxième voire une troisième dose de sumatriptan pourra être prise, à condition de respecter un intervalle de 2 heures au minimum entre deux doses, et sans dépasser 300mg par 24 heures.
    • Pour la prise de sumatriptan sous forme de comprimés pelliculés, il suffit de les avaler entièrement avec de l’eau.
  • Enfants âgés de moins de 12 ans :
    • Comme expliqué précédemment, la sécurité d’emploi ainsi que l’efficacité de sumatriptan n’ont pas encore été réellement étudiées ou démontrées au sein de cette population.
  • Adolescents âgés de 12 à 17 ans :
    • Chez les adolescents, l’efficacité d’un traitement à base de sumatriptan n’a pas été étudiée non plus, de ce fait ce traitement n’est pas recommandé dans cette population de 12 à 17 ans.
  • Sujets âgés :
    • Les données existantes de l’utilisation de sumatriptan chez les personnes de plus de 65 ans ne sont pas suffisantes. De ce fait, tant que d’autres études n’ont pas été réalisées ou que des données complémentaires ne sont pas disponibles, la recommandation est de ne pas administrer sumatriptan à des personnes âgées de plus de 65 ans.
  • Insuffisance hépatique :
    • Une utilisation de sumatriptan à doses faibles (entre 25mg et 50mg) peut être envisagée chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée.
  • Insuffisance rénale :
    • L’utilisation de sumatriptan chez des patients présentant une insuffisance rénale doit être faite avec précaution car l’élimination de la molécule peut être modifiée.

Sumatriptan en seringue pré-remplie pour injection sous-cutanée :

Cette forme galénique ne doit pas non plus être utilisée en prophylaxie d’une crise de migraine.

Une administration de la molécule sumatriptan durant l’aura migraineuse peut ne pas éviter le développement de la céphalée (donc de la phase douloureuse de la migraine).

  • Adultes :
    • Crise de migraine et crise d’algie vasculaire de la face :
      • La recommandation reste de prendre le traitement dès l’apparition des premiers signes de la crise, de migraine comme d’algie vasculaire de la face. Le médicament doit immédiatement être pris également dès l’apparition de symptômes associés tels que des nausées, des vomissements ou encore de la photophobie (sensibilité accrue voire intolérance à la lumière). 
      • Quelque soit le stade de la crise où le traitement est administré, son efficacité reste la même.
  • Crise de migraine :
    • Les recommandations officielles préconisent une dose de sumatriptan sous forme de solution pour injection sous-cutanée de 6mg, soit une seule injection.
    • Tout comme pour les comprimés, les personnes non soulagées par la prise du traitement antimigraineux ne doivent pas réitérer son administration durant la première crise. En revanche, cela pourra être le cas pour les crises suivantes : une seconde injection pourra être réalisée si des symptômes reviennent dans les 24 heures suivant la première crise, à condition qu’un intervalle d’au moins 1 heure soit respecté entre les 2 injections.
    • La dose maximale de sumatriptan sous forme de solution pour injection à ne pas dépasser est de deux injections de 6mg par 24 heures, soit 12mg de sumatriptan.
    • Les recommandations précisent qu’il vaut mieux utiliser sumatriptan en monothérapie dans la crise de migraine, et de ne pas l’associer à l’ergotamine ou à des dérivés de l’ergotamine (notamment le méthysergide).
  • Crise d’algie vasculaire de la face :
    • Dans cette indication, la dose recommandée est une injection dosée à 6mg en sous-cutanée par crise.
    • La posologie maximale sur 24 heures est de deux injections de 6mg (soit 12mg), avec un intervalle minimum d’une heure entre les deux injections.
  • Enfants et adolescents âgés de moins de 18 ans :
    • L’utilisation de sumatriptan dans cette population n’est pas recommandée en raison du manque de données concernant la sécurité d’emploi, ainsi que l’efficacité de ce traitement dans cette tranche d’âge.
  • Patients âgés de plus de 65 ans :
    • Pour cette forme galénique de seringues pré remplies de solution pour injection sous-cutanée de sumatriptan, au sein cette population de personnes âgées de 65 ans ou plus, l’expérience d’utilisation est assez limitée.
    • A priori, d’après le peu d’expérience d’utilisation, la pharmacocinétique observée chez ces personnes n’est pas significativement différente de celle observée chez des personnes plus jeunes.
    • Cependant, l’utilisation de cette forme galénique chez les personnes de plus de 65 ans n’est pas recommandée, tant que des données supplémentaires ne seront pas disponibles.
  • Mode d’administration de sumatriptan sous forme de seringue pré remplie pour injection sous-cutanée :
    • La seringue pré remplie contient un injecteur automatique.
    • L’aiguille possède un capuchon protecteur, il faut en premier lieu le retirer.
    • La partie ouverte de l’injecteur automatique doit être placée sur le site d’injection, avec un angle droit (90°) à la verticale.
    • Presser et relâcher immédiatement le bouton bleu, un premier clic est entendu, il indique que l’injection a commencé.
    • Maintenir l’injecteur automatique appuyé sur la peau, jusqu’à entendre un second clic, qui indique que l’injection est terminée.
    • Retirer l’injecteur automatique de la peau.
    • L’aiguille de l’injecteur automatique sera alors recouverte d’une gaine blanche protectrice qui se déploiera automatiquement.
    • Pour confirmer que l’injection est terminée, la fenêtre d’inspection sera alors bleue.

Quand le commencer ? 

Dès l’apparition des premiers symptômes de la crise migraineuse (ou bien de l’algie vasculaire pour la forme injectable), il est primordial de prendre sumatriptan immédiatement, pour garantir l’efficacité du traitement.

L’apparition de symptômes associés, tels que des nausées, des vomissements ou une photophobie doit également déclencher la prise du médicament.

Quand l’arrêter ?

Une seule prise de sumatriptan dosé à 50mg (ou 25 mg) en comprimés ou une seule injection sous-cutanée de 6mg de sumatriptan est recommandée dans le traitement d’une crise migraineuse.

Une deuxième dose pourra être prise dans les 24 heures suivant la première dose si une deuxième crise survient, tant qu’un intervalle de 2 heures (1 heure pour l’injection sous-cutanée) est respecté entre deux prises de sumatriptan.

Quels sont les différents dosages de Sumatriptan ?

Sumatriptan existe en France en deux dosages et deux formes galéniques : 50mg en comprimés pelliculés sécables et 6mg en seringue pré remplie pour injection sous-cutanée.

Il est également commercialisé en 100mg aux Etats-Unis par exemple.

Quelle est la conduite à tenir en cas de surdosage ?

Certains patients ont reçu des doses dépassant 12mg de sumatriptan sous forme d’injections sous-cutanées (soit plus de deux injections), et aucun effet indésirable n’a été observé. Pour d’autre patients ayant reçu des doses dépassant 16mg par voie sous-cutanée ou plus de 400mg par voie orale de sumatriptan, les effets indésirables observés ont été les mêmes que ceux cités à la rubrique « Les effets indésirables possibles suite à la prise de sumatriptan ».

Cependant, une surveillance pendant au minimum 10 heures doit être réalisée en cas de surdosage chez un patient, ainsi que l’administration d’un traitement symptomatique standard si besoin.

Les effets d’une hémodialyse ou d’une dialyse péritonéale sur les concentrations plasmatiques de sumatriptan ne sont pas connus.

Les précautions d’usage

Les conséquences sur l’aptitude à conduire des véhicules et manipuler des machines après l’administration de sumatriptan n’ont pas été étudiées. 

Cependant, la crise de migraine elle-même peut entraîner une somnolence, ainsi que son traitement. Cette dernière peut effectivement influer sur l’aptitude à la conduite de machines ou la manipulation de machines.

Le diagnostic de migraine doit avoir été établi pour pouvoir utiliser sumatriptan. Ce dernier n’a l’indication que dans certaines pathologies, soit le traitement des migraines hémiplégiques, basilaires ou encore ophtalmoplégiques.

Il est très important d’exclure en premier lieu toutes autres pathologies neurologiques potentiellement graves avant l’administration de sumatriptan à des patients souffrant de céphalées sans qu’il n’y ait eu de diagnostic antérieur de migraine, ou encore à des patients migraineux présentant des symptômes atypiques.

De plus, il est important de tenir compte du fait qu’un patient migraineux peut présenter un risque accru de survenue de troubles vasculaires cérébraux, comme par exemple un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ou un AIT (Accident Ischémique Transitoire).

La prise de sumatriptan peut entraîner, comme pour tous les médicaments de la classe des triptans, des symptômes transitoires comme par exemple des douleurs thoraciques, ou une sensation d’oppression pouvant être intense et s’étendre jusqu’au niveau de la gorge. Si cette symptomatologie évoque une ischémie cardiaque, des explorations appropriées devront être réalisées et aucune dose supplémentaire de sumatriptan ne devra être administrée.

Chez les patients présentant un ou plusieurs facteurs de risque de maladie cardiaque ischémique, notamment les diabétiques, les gros fumeurs ou encore les patients utilisant des thérapies de substitution à base de nicotine pour arrêter le tabac, un bilan cardiaque préalable à la prise de sumatriptan devra être réalisé.

Lors de la phase post-commercialisation, des effets secondaires ont été relevés, tels que de rares cas de sensations de faiblesse, d’incoordination ou encore d’hyperréflexie après l’utilisation concomitante d’un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) et de sumatriptan. Si cette association est cliniquement justifiée, il est cependant conseillé d’assurer une surveillance appropriée du patient.

Chez les personnes présentant des facteurs pouvant modifier l’absorption, le métabolisme ou l’élimination du médicament (comme par exemple une insuffisance hépatique ou encore une insuffisance rénale), l’administration de l’antimigraineux devra être faite avec précaution.

L’administration de sumatriptan se fera également avec précaution chez les personnes ayant des antécédents de convulsions ou présentant des facteurs de risques susceptibles d’abaisser le seuil épileptogène, car quelques cas de convulsions ont été rapportés en association avec sumatriptan.

Si un patient présente une hypersensibilité connue aux sulfamides, des réactions allergiques peuvent apparaître après l’administration de sumatriptan. La gravité de ces réactions va de l’allergie cutanée aux réactions anaphylactiques. La prudence est donc vivement recommandée avant d’utiliser sumatriptan chez ces patients, même si la démonstration d’une allergie croisée est limitée.

Une Céphalée par Abus Médicamenteux (CAM) peut apparaître avec sumatriptan, comme avec tous les antimigraineux. C’est l’utilisation prolongée d’antalgiques, quelle que soit leur classe, contre les céphalées qui peut au contraire aggraver ces céphalées. Chez des patients présentant des maux de tête fréquents voire quotidiens malgré (ou à cause) de l’utilisation régulière de traitements antalgiques, le diagnostic de CAM doit être suspecté.

La prise de sumatriptan devra se faire avec précaution chez les personnes présentant une hypertension contrôlée car il a été observé chez un faible nombre de patients des élévations transitoires de la tension artérielle et de la résistance vasculaire périphérique.

Enfin, Sumatriptan de la marque TEVA contient du lactose. Son utilisation est donc contre-indiquée chez les personnes souffrant de maladie héréditaire rare telle que l’intolérance au galactose, de déficit en lactase (appelé syndrome de Lapp) ou encore de syndrome de malabsorption du glucose et du galactose.

Concernant la forme injectable en sous-cutanée, sumatriptan ne doit jamais être administré par voie intraveineuse, en raison du risque de spasme coronaire. Ce dernier peut se traduire par des arythmies, des modifications de l’ECG (Électrocardiogramme) de type ischémique ou un infarctus du myocarde.

Il n’a pas été mis en évidence d’interaction entre sumatriptan et l’alcool.

Stockage et conservation

Sumatriptan sous forme de comprimés pelliculés sécables TEVA se conserve 2 ans, sans précaution particulière de conservation.

La durée de conservation de Sumatriptan SUN 6mg/0,5mL sous forme de solution injectable en seringue pré-remplie pour injection sous-cutanée est de 3 ans, sans précaution particulière de conservation.

Risques, dangers et effets secondaires du Sumatriptan

Comme après toute prise de médicament, l’administration de sumatriptan peut entraîner des effets indésirables, plus ou moins fréquents et plus ou moins graves. Ces effets ont été observés tout au long des essais cliniques, mais également en post-commercialisation.

Devant tout suspicion d’effet indésirable potentiellement survenu après la prise d’un médicament, il est important de le déclarer, soit à un professionnel de santé qui fera remonter l’information, soit directement à l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité des Médicaments) via un CRPV (Centre Régional de PharmacoVigilance) ou par ce site : http://www.ansm.sante.fr.

Effets secondaires sumatriptan

Les effets indésirables possibles suite à la prise de Sumatriptan

Les effets indésirables observés avant et après la commercialisation de sumatriptan (comprimés et seringues pré remplies pour injection sous-cutanée) ont été classés par fréquence d’apparition.

  • Fréquents (≥ 1/100 ; < 1/10) :
    • Vertiges, somnolence, perturbation sensorielle comprenant la paresthésie (trouble du sens du toucher : fourmillements, picotements, engourdissements) et l’hypoesthésie (diminution du sens du toucher)
    • Augmentations transitoires de la pression artérielle survenant juste après le traitement
    • Rougeurs qui peuvent ressembler à de la Rosacée
    • Nausées, vomissements (dus au sumatriptan ou à la crise de migraine)
    • Sensation de lourdeur (habituellement transitoire, mais pouvant être intense et concerner n’importe quelle partie du corps, y compris la poitrine et la gorge)
    • Myalgie (douleurs musculaires)
    • Douleur, sensation de chaleur ou de froid, de pression ou d’oppression (ces effets sont habituellement transitoires, mais ils peuvent être intenses et concerner n’importe quelle partie du corps y compris la poitrine et la gorge)
    • Sensation de faiblesse, fatigue (ces deux effets sont le plus souvent d’intensité faible à modérée et transitoires).
    • Dyspnée 
  • Très rares (< 1/10 000 incluant les cas isolés) :
    • Perturbations mineures des tests hépatiques, occasionnellement observées
  • Fréquence indéterminée (souvent les effets indésirables déclarés en post commercialisation donc la fréquence d’apparition est difficile à estimer) :
    • Crise d’épilepsie, bien que certaines de ces crises soient survenues chez des patients ayant des antécédents ou des facteurs de risque de convulsions, certains cas sont survenus chez des patients sans facteur prédisposant
    • Tremblements, dystonie, nystagmus, scotome (tâche aveugle dans le champ visuel)
    • Hypotension, syndrome de Raynaud
    • Colite ischémique, diarrhée
    • Raideur du cou, arthralgie
    • Réactions d’hypersensibilité allant de l’allergie cutanée (comme de l’urticaire) à de rares cas de réactions anaphylactiques
    • Troubles visuels tels que papillotements, diplopie, baisse de la vision, perte de la vision, dont certains cas peuvent être permanents. Toutefois il faut noter que certains troubles visuels peuvent apparaître au cours de la crise de migraine elle-même.
    • Bradycardie, tachycardie, palpitations, arythmies cardiaques, signes ischémiques transitoires à l’ECG (Electrocardiogramme), vasospasme des artères coronaires, angine de poitrine ou infarctus du myocarde
    • Hyperhydrose (sudation excessive)
    • Anxiété 
  • Effets indésirables liés à la forme pharmaceutique :
    • Voie injectable (sous-cutanée) :
      • Très fréquents (≥ 1/10) : douleur transitoire au point d’injection, picotements, brûlures au point d’injection, gonflement, érythème, hématome et saignement ont également été rapportés.
      • Le flush, les paresthésies et les sensations de chaleur, de pression, de lourdeur seraient plus fréquents après l’injection de sumatriptan.
      • Au contraire, les nausées, les vomissements et la fatigue semblent être plus fréquents avec la prise de la forme pharmaceutique « comprimés ».

Les contre-indications

  • Hypersensibilité au sumatriptan ou à l’un des excipients
  • Antécédent d’infarctus du myocarde ou toute pathologie ischémique cardiaque, angor de Prinzmetal, vasospasme coronarien ou une pathologie vasculaire périphérique
  • Symptômes de pathologie cardiaque ischémique ou des signes compatibles avec une pathologie cardiaque ischémique
  • Antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’accident ischémique transitoire (AIT)
  • Hypertension modérée ou sévère ou hypertension légère non contrôlée
  • Insuffisance hépatique sévère
  • Association avec l’ergotamine, les dérivés de l’ergotamine (y compris le méthysergide) ou tout autre triptan/agoniste sélectif des récepteurs 5-HT1
  • Association avec les inhibiteurs réversibles (comme par exemple moclobémide) ou irréversibles (comme par exemple sélégiline) de la monoamine oxydase (IMAO)
    • Un traitement par sumatriptan ne doit pas être pris dans les deux semaines suivant l’arrêt d’un traitement par inhibiteurs irréversibles de la monoamine oxydase (IMAO).

Grossesse

D’après le CRAT (Centre de Référence des Agents Tératogènes), les données publiées chez les femmes exposées au sumatriptan en cours de grossesse sont d’une part très nombreuses et d’autres parts, elles sont rassurantes.

Cela signifie qu’en prévision d’une grossesse, une consultation pré-conceptionnelle peut être utile pour réévaluer les modalités de prise en charge thérapeutique de la migraine : comment est géré le traitement des crises, le traitement de fond … ? 

Dans le cas d’une découverte de la grossesse au cours du traitement par sumatriptan, la patiente peut être rassurée quant au risque malformatif de sumatriptan.

Chez la femme enceinte, de manière générale, l’automédication est déconseillée, il est recommandé de toujours demander l’avis à un professionnel de santé.

L’antalgique à utiliser pendant la grossesse est le paracétamol en première intention. Si un traitement antimigraineux à base de triptans est nécessaire chez une femme enceinte, c’est le sumatriptan qui sera préféré, quelque soit le terme de la grossesse.

Concernant le traitement de fond de la migraine chez une femme enceinte, même si de façon générale elle s’améliore pendant la grossesse, le traitement privilégié sera à base d’amitriptyline, de propranolol ou de métoprolol, sachant que les deux premiers sont compatibles avec l’allaitement.

Allaitement

Aucun élément particulier n’a été rapporté chez les enfants allaités par une mère traitée par sumatriptan. Par ailleurs, la quantité de cette molécule ingérée via le lait est faible : d’une manière générale, l’enfant reçoit environ 3% de la dose maternelle (en mg/kg).

De plus, l’absorption digestive du sumatriptan est faible (elle est d’environ 14% chez l’adulte).

Au vu de ces données rassurantes, l’utilisation de la molécule sumatriptan est tout à fait possible durant l’allaitement.

Interactions médicamenteuses

Aucune interaction n’a été mise en évidence entre sumatriptan et propranolol, flunarizine, pizotifène ou l’alcool.

L’interaction entre la molécule sumatriptan et les médicaments contenant de l’ergotamine ou autre triptan/agoniste sélectif des récepteurs 5-HT1 est décrite par des données limitées. En théorie, le risque de vasospasme coronarien est accru. L’association de ces deux médicaments est donc contre-indiquée.

Le délai à respecter entre la prise de sumatriptan et la prise de médicaments contenant de l’ergotamine ou un autre triptan ou encore un agoniste sélectif des récepteurs 5-HT1 n’est pas connu. Ce délai dépendra surtout des doses et du type de produits à base d’ergotamine utilisé. Les effets peuvent être additifs. Pour être sûr, il est conseillé d’attendre au moins 24 heures avant l’utilisation de médicaments contenant de l’ergotamine, un autre triptan ou un agoniste sélectif des récepteurs 5-HT1, avant la prise de sumatriptan. A l’inverse, c’est un délai de 6 heures qu’il est conseillé d’attendre après la prise de sumatriptan avant de pouvoir utiliser un médicament contenant de l’ergotamine, et au minimum 24 heures avant d’administrer un autre triptan ou tout autre agoniste sélectif des récepteurs 5-HT1.

Une interaction est possible entre sumatriptan et un IMAO (inhibiteur de la monoamine oxydase), l’association de ces deux molécules est donc contre-indiquée. De façon plus rare, une interaction peut survenir entre sumatriptan et les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine.

Un risque d’apparition d’un syndrome sérotoninergique existe en cas d’utilisation concomitante de sumatriptan et de lithium.

Enfin, la fréquence d’apparition des effets indésirables peut être augmentée par l’association de triptans à des préparations contenant du millepertuis (Hypericum perforatum).

Avis sur Sumatriptan

La molécule Sumatriptan a obtenu plusieurs Autorisation de Mise sur le Marché à travers des spécialités telles que Imigrane ou Imiject, il y a déjà plusieurs années. Imigrane sous forme de comprimés a obtenu son Autorisation de Mise sur le Marché le 25 juin 1998, sous forme de solution nasale le 10 juin 1997, et Imiject, sous forme de solution injectable, l’a obtenue le 22 août 1994. Les professionnels de santé, tout comme les utilisateurs ont donc un recul d’environ 25 ans sur cette molécule sumatriptan.

Avis professionnels sumatriptan

Avis des professionnels de la santé sur le médicament

La Commission de la transparence de la HAS (Haute Autorité de Santé) s’est réunie à propos des spécialités Imigrane et Imiject le 16 mai 2018. A l’issue de cette Commission, concernant sumatriptan sous forme de comprimés, après considération de l’ensemble des informations apportées par le laboratoire, débat et vote, le service médical rendu a été jugé comme important dans l’indication de l’Autorisation de Mise sur le Marché. Ceci explique notamment le taux de remboursement de 65% par l’Assurance Maladie.

Concernant Imiject, soit sumatriptan sous forme de solution pour injection sous-cutanée, la Commission, après débat et vote, a estimé que le service médical rendu pour cette forme galénique restait également important dans l’indication de l’Autorisation de Mise sur le Marché, d’où le taux de remboursement également de 65% par l’Assurance Maladie.

Témoignages des utilisateurs  

Globalement, le niveau de satisfaction des utilisateurs vis-à-vis de sumatriptan est bon, voire très bon, que ce soit sous la forme de comprimés ou sous la forme injectable. Ils trouvent cette molécule efficace pour traiter leurs migraines, sans trop d’effets indésirables remarqués.

Pour beaucoup d’utilisateurs, le point important reste de prendre le comprimé de sumatriptan dès le début de la crise pour qu’il puisse réellement être efficace.

Sumatriptan: guide d’achat 

Il y a deux façons principales d’acheter un médicament aujourd’hui : soit en pharmacie physique (les officines), soit sur internet.

Où acheter Sumatriptan

Il est primordial de se méfier de l’endroit où l’on achète un médicament, en particulier sur internet.

En pharmacie physique

Sumatriptan est disponible dans n’importe quelle officine en France, directement en stock ou sur commande. Pour pouvoir acheter sumatriptan, médicament sur liste I, il est nécessaire de présenter une prescription médicale. Pour bénéficier du tiers-payant (c’est-à-dire le fait de ne pas avoir à avancer les frais lors de la dispensation), il faudra également présenter sa carte vitale, ainsi que sa carte de mutuelle le cas échéant.

En pharmacie en ligne

De plus en plus d’officines physiques créent leur propre site internet sur lequel il est possible d’acheter des médicaments : cette manière-là est sure car elle est gérée par un(e) pharmacien(ne) diplômé(e). Les sites internet non reliés à une officine physique peuvent ne pas être sûrs : pour cela il faut vérifier qu’ils soient bien agréés à vendre des médicaments de qualité, pour éviter toute contrefaçon.

Notre partenaire treated.com est un site agréé, donc sûr pour acheter des médicaments en ligne. De plus, il est possible de remplir un questionnaire (quels symptômes sont présents, s’il y a des allergies, des antécédents, d’autres traitements pris au quotidien…) qui sera analysé par un médecin lui aussi agréé et qui pourra par la suite rédiger une ordonnance pour soulager les symptômes décrits d’après le questionnaire.

Ces réponses pourront être sauvegardées de manière sécurisée (comme un dossier médical), pour une future utilisation.

A quel prix ? 

Sumatriptan, sous forme de comprimés pelliculés, dosés à 50mg du laboratoire TEVA est au prix de 7,74€ la boîte de 6 comprimés.

Sumatriptan, sous forme de solution pour injection sous-cutanée en seringue pré-remplie du laboratoire SUN, dosée à 6mg/0,5mL est au prix de 31,13€ la boîte de 2 seringues pré-remplies.

Sumatriptan, sous forme de comprimés pelliculés, dosés à 50mg est au prix de 79,29€ la boîte de 6 comprimés, 134,29€ la boîte de 12 comprimés, 178,29€ la boîte de 18 comprimés et 222,29€ la boîte de 24 comprimés sur le site de notre partenaire treated.com.

Sumatriptan, sous forme de comprimés pelliculés, dosés à 100mg est au prix de 85,80€ la boîte de 6 comprimés, 145,29€ la boîte de 12 comprimés, 189,29€ la boîte de 18 comprimés et 233,29€ la boîte de 24 comprimés sur le site de notre partenaire treated.com.

FAQ 

Les questions fréquentes relatives à la crise de migraine et à la prise des triptans ont été détaillées dans les articles des autres antimigraineux tels que Maxalt, Zomig, ZomigOro ou encore Almogran.