Warticon

Warticon : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Que vous soyez actif sur le plan sexuel depuis de nombreuses années, ou que vous découvriez tout juste le monde des plaisirs de l’amour physique, il est important d’adopter de bons réflexes pour se prémunir d’infections sexuellement transmissibles.

Car, au delà des infections les plus connues, telles que la chlamydiose ou la gonorrhée, ou les plus graves, telles que le VIH, existent des maladies moins médiatiques mais tout aussi contagieuses et malheureusement courantes.

C’est notamment le cas pour les condylomes acuminés génitaux et périanaux externes, ou plus couramment appelées verrues génitales.

Dues à un virus répandu et transmissible par simple contact dermatologique, les verrues génitales touchent des milliers de personnes par an en France.

Si c’est votre cas, sachez que la Warticon peut vous aider à vous débarrasser de ces excroissances de peau embarrassantes et disgracieuses.

L’article qui suit vous propose un récapitulatif le plus exhaustif possible des propriétés de la crème ou de la solution Warticon, de la façon de l’utiliser, ainsi que des potentiels risques dus à son administration.

Présentation de la crème ou solution Warticon

La crème ou la solution avec applicateur Warticon est un médicament, délivré uniquement sous ordonnance, prescrit pour traiter les condylomes acuminés génitaux et périanaux externes.

Produite par le laboratoire pharmaceutique GSK et Stiefel, un des leader mondial du secteur existant depuis 2000, ce médicament est un des traitements les plus efficaces pour venir à bout des verrues situées sur le pénis, les organes génitaux féminins ainsi que dans la région de l’anus.

Extrêmement contagieuses, les verrues génitales sont dues à un virus, le papillomavirus humain. Grâce à son principe actif, le podophyllotoxine, un antiviral reconnu, la Warticon s’attaque directement à la source provoquant les verrues.

Quelle pathologie la Warticon permet-elle de traiter ?

La Warticon est un médicament antiviral permettant de traiter efficacement les condylomes acuminés génitaux et périanaux externes, autrement appelés verrues génitales.

Ces excroissance de peau peuvent être reconnues grâce à leur forme caractéristique : elles sont semblables à de petites crêtes de coq, et apparaissent sur la peau de la verge, de la vulve ou autour de l’anus de la personne infectée.

Les verrues génitales ont pour origine une infection au papillomavirus humain, un virus propagé par contact dermatologique lors de rapports sexuels non protégés, qu’ils soient vaginaux ou anaux, mais également par de simples attouchements sexuels sans pénétration.

L’usage partagé d’accessoires sexuels mal nettoyés peut également être la cause de la transmission.

Cette infection sexuellement transmissible, moins connues que d’autres telles que la chlamydiose ou la gonorrhée, est pourtant répandue. Elle touche des milliers de français tous les ans.

D’autant que le virus peut demeurer asymptomatique, c’est à dire qu’un individu peut être porteur de la maladie sans pour autant développer les symptômes associés.

Il est donc très important de se protéger lors de rapports sexuels avec un ou une nouveau(lle) partenaire : même si ce(tte) dernier(e)  ne présente pas de signes cliniques de la maladie, il/elle peut tout de même être porteur(se) du virus. Et même si aucune verrue n’est visible, la contagion est possible.

Soyez prudents !

Comment marche la Warticon?

La Warticon est composée de podophyllotoxine. Ce principe actif a pour spécificité de pénétrer dans chaque cellule de la verrue et d’en entraver la démultiplication.

Lors de l’application de la crème, ou de la solution, la podophyllotoxine va détériorer les cellules malignes, limitant ainsi la propagation de l’infection.

Au fur et à mesure, les cellules de la verrue vont disparaître, laissant place à de nouvelles cellules cutanées saines.

A qui s’adresse t’il ?

La Warticon s’adresse à tous les individus, qu’ils soient de sexe masculin ou féminin, touchés par des verrues génitales ou périanales.

Toutefois, il est à noter que le traitement n’est pas recommandé lorsque la femme infectée est enceinte, ou qu’elle allaite.

De même, les personnes de moins de 18 ans devront éviter de soigner leurs condylomes acuminés génitaux et périanaux externes avec ce médicament.

Enfin, le traitement à la Warticon ne concerne que les verrues externes : les condylomes acuminés situés à l’intérieur du vagin ou de l’anus sortent de ce protocole médical.

Si vous développez ces symptômes, votre médecin vous orientera vers d’autres médicaments ou solutions curatives.

Quels sont les avantages de la Warticon ? Quels sont ses inconvénients ?

La Warticon a pour avantage d’être un médicament efficace, rapide et simple d’utilisation.

Présenté sous deux formes, elle permet en outre d’adapter son application : soit sous la forme d’une crème, soit sous la forme d’une solution liquide avec un applicateur.

A vous de choisir la formule qui vous conviendra le mieux !

Sans complications à l’utilisation, la Warticon propose au demeurant une efficacité rapide. La durée du traitement se limite en effet à une semaine. C’est un avantage non négligeable, certains traitements pouvant courir sur des mois.

Enfin, bien que relativement onéreux à l’achat, ce médicament est couvert à 65% par la sécurité sociale. Votre mutuelle complémentaire prendra normalement à sa charge les 35% restants.

Quelle efficacité ?

Il est à noter que la Warticon n’a, à ce jour, fait l’objet d’aucune étude clinique aboutie.

Toutefois, son efficacité a été reconnue par les professionnels de la santé, à l’épreuve des faits. Elle permettrait en effet de faire disparaître les lésions dans 60 à 80% des cas.

C’est pourquoi c’est un des médicaments les plus prescrits pour venir à bout des verrues génitales et périanales externes.

Toutefois, il est important de souligner que son efficacité se concentre sur la disparition des lésions visibles, à l’image des autres traitements prescrits dans le cas de verrues génitales.

Une récidive n’est donc pas exclue. En effet, si la Warticon s’attaque aux cellules infectées, elle ne peut malheureusement pas éliminer à 100% le virus présent dans votre corps.

Pour cette raison, il est recommandé d’être vigilant quant à l’apparition de nouvelles verrues dans les semaines et les mois qui suivent la primo-infection.

Composition du médicament

Dans cette section, nous allons commencer par analyser les bienfaits du principe actif de ce traitement, avant d’en lister tous les excipients qui le compose.

Focus sur son principe actif

Obtenu à partir de la synthétisation d’un antiviral naturellement présent dans la plante podophyllum, le principe actif du Warticon s’appelle la podophyllotoxine.

Elle peut également être obtenue synthétiquement à partir de substances alcoolisées.

Plus spécifiquement, la podophyllotoxine agit sur le virus du papillomavirus humain de la manière suivante : elle créée une brèche dans le tissu cellulaire infecté par le virus, dans le but d’interférer avec la mitose, c’est à dire le principe de division cellulaire.

Ainsi, privé de la capacité de « reproduction » des cellules, le virus ne peut plus se propager et l’infection est circonscrite.

Fragilisées, les cellules porteuses du virus sont alors plus facilement combattues par les défenses immunitaires de la personne ayant des verrues.

Les cellules malignes disparaissant, de nouvelles cellules cutanées saines peuvent alors apparaître et laisser place à une peau sans lésions.

Excipients:

Par ailleurs, voici la liste des excipients (ingrédients sans action curative) de la solution liquide, à disposer sur les verrues avec un applicateur :

  • Acide phosphorique
  • Eau purifiée
  • Ethanol
  • Bleu patenté

De même, voici la liste des excipients de la crème :

  • Acide sorbique
  • Eau purifiée
  • Alcool cétylique
  • Méthylparabène
  • Alcool stéarylique
  • Propylparabène
  • Acide phosphorique
  • Liquide paraffine
  • Triglycérides
  • Myristate d’isopropyle

Posologie : comment prendre Warticon ?

La Warticon est un médicament présenté et vendu en pharmacie sous deux formes, et délivrée uniquement sur ordonnance.

Votre médecin généraliste ou votre spécialiste en gynécologie, autorisés à vous prescrire ce traitement contre les verrues génitales, vous donneront toutes les instructions nécessaires à la bonne utilisation du médicament.

N’oubliez pas : une mauvaise observance du traitement en réduit son efficacité et en augmente le risque d’effets secondaires.

Avant toute chose, il est absolument nécessaire de respecter des mesures d’hygiènes basiques mais importantes : ainsi, vous devez impérativement vous laver les mains consciencieusement avant toute application de la Warticon, de même que la zone à traiter doit être également nettoyée avec soin.

Après chaque utilisation, retirez à l’eau savonneuse les résidus de produit se trouvant sur vos doigts. N’oubliez pas que ces derniers auront été en contact avec le virus lors de l’apposition du traitement et qu’un simple contact dermatologique peut suffire à infecter un nouveau sujet.

Lavez vous donc minutieusement les mains avant et après l’application de la Warticon.

Enfin, pour une parfaite absorption du produit, il est important de bien sécher la zone ainsi assainie.

Les deux formes de traitement (crème et solution) ont des modes d’application différents.

Voici les quelques recommandations suivant la configuration choisie du produit.

Si vous avez choisi la Warticon sous forme de crème :

  • N’hésitez pas à utiliser le miroir mis à disposition avec la crème. L’application n’en sera que facilitée.
  • A l’aide de votre doigt, appliquez la crème. Soyez précis et essayez de ne mettre de la crème que sur les lésions.
  • Faites bien pénétrer la crème en effectuant de petits mouvements circulaires.

Si vous avez choisi la Warticon sous forme de solution liquide :

  • Après avoir lavé vos mains, la zone à traiter, l’avoir séchée, munissez vous d’un applicateur neuf. N’utilisez jamais un applicateur ayant déjà servi. Il pourrait avoir été souillé par le virus et/ou par d’autres microbes.
  • Par ailleurs, si la zone à traiter est relativement étendue, vous pourrez vous aider de la spatule mise à disposition avec l’applicateur.
  • Trempez l’applicateur dans la solution. Une fois le produit transféré, appliquez le sur votre/vos verrue(s).
  • Une fois la zone à traiter recouverte, laissez la solution sécher.

Quand le commencer ? Quand l’arrêter ?

Dès que vous constatez des lésions au niveau de votre vulve, si vous êtes une femme, au niveau de votre pénis, si vous êtes un homme, ou au niveau de la zone périanale, il est primordial de consulter au plus vite un professionnel de la santé.

Le virus du papillomavirus humain est extrêmement contagieux, et il est indispensable de commencer un traitement le plus rapidement possible, afin de préserver votre/vos partenaire(s) potentiel(s).

Outre ces considérations purement médicales, la présence d’excroissances disgracieuses sur votre anatomie intime risque d’avoir des conséquences néfastes sur votre bien-être individuel et votre épanouissement sexuel.

Aussi, plus vite vous prendrez les dispositions médicales nécessaires pour soigner vos verrues, et plus vite vous pourrez reprendre une activité sexuelle satisfaisante.

Le traitement, que ce soit sous la forme de crème ou la forme de solution liquide, dure généralement une semaine (voir infra : quel dosage).

Quel(s) dosage(s) ?

La Warticon est à appliquer deux fois par jour (matin et soir), pendant 3 jours consécutifs. Pratiquez ensuite une pause de quatre jours.

Si vous constatez que les verrues n’ont pas disparues au bout de ce premier cycle de traitement, répétez le protocole : appliquez deux fois par jour (matin et soir), pendant 3 jours consécutifs.

Pratiquez ensuite une pause de quatre jours.

Vous pouvez répéter ce cycle jusqu’à quatre fois (soit quatre semaines de traitement). Au delà, si vous ne constatez toujours pas la disparition des verrues, consultez votre médecin.

Par ailleurs, sachez que le traitement d’une verrue dont la taille serait supérieure à 4 cm2, soit environ la taille d’un timbre, devra faire l’objet d’une surveillance médicale étroite.

Que faire en cas d’oublis ?

Bien que la posologie du médicament soit relativement simple à observer, il est possible d’oublier d’appliquer la Warticon au moment adéquat.

Si vous êtes dans ce cas, appliquez dès que vous vous en apercevez la dose de Warticon que vous avez omise.

Toutefois, si vous vous rendez compte de votre oubli alors que la prochaine application normalement indiquée est proche, abstenez-vous d’étaler la dose manquante.

Vous pourriez provoquer un surdosage, et entrainer des effets secondaires gênants voire néfastes pour votre guérison.

En effet, à aucun moment, vous ne devez appliquer une double dose de ce médicament.

Si vous avez par mégarde utilisé trop de Warticon, reportez vous à la rubrique suivante pour adopter la bonne attitude.

Que faire en cas de surdosage ?

Si vous avez accidentellement appliqué trop de Warticon, que vous avez utilisé une double dose en cas d’oubli par exemple, vous risquez un surdosage.

Les conséquences peuvent s’avérer très gênantes voire réduire l’efficacité du médicament et ainsi retarder la disparition de vos verrues.

En cas de surdosage, il est donc fortement recommander de laver à l’eau savonneuse la zone concernée et de retirer immédiatement le traitement appliqué à trop fortes doses.

Il est également conseillé de prendre l’avis dans docteur sans attendre, de sorte à effectuer un examen plus poussé et éviter tous les risques.

Les précautions d’usage

La Warticon est un médicament puissant pour lutter contre les verrues situées sur les appareils génitaux féminins et masculins, ainsi que sur les zones avoisinant l’anus.

Quelques précautions d’usage sont donc à respecter pour maximiser les chances de réussite du traitement, et minimiser les risques d’effets secondaires désagréables.

Il est important d’appliquer soigneusement la crème ou la solution anti verrues génitales de manière à ne recouvrir que les zones infectées, vos verrues.

Essayez au maximum de ne pas laisser la crème ou la solution entrer en contact avec une peau saine. Elle risquerait d’être agressée par le produit.

Si vous avez involontairement appliqué de la crème ou la solution Warticon sur de la peau non contaminée, lavez la à l’eau chaude et savonneuse.

N’hésitez pas à enduire la peau saine située autour de vos verrues avec une pommade de zinc ou de la vaseline. Cela permettra de protéger la peau non contaminée des irritations cutanées.

Evitez absolument tout contact avec vos yeux et votre bouche. La Warticon peut être très irritante, et ces zones fragiles sont particulièrement vulnérables. Nettoyez immédiatement ces zones et consultez au plus vite un professionnel de la santé. Il vous indiquera les bons gestes à suivre et les points à surveiller.

De plus, l’ingestion de la Warticon peut se révéler très grave. Vous pourriez être touché par les symptômes sévères d’intoxication : nausée, vomissement, diarrhée, tachycardie, hypotension, tachypnée, insuffisance respiratoire et symptômes neurologiques tels que sensation vertigineuse, stupeur, coma et neuropathie périphérique.

Aussi, si vous avalez par inadvertance de la Warticon:

Rendez-vous en urgence à l’hôpital le plus proche de votre localisation. Les professionnels de la santé qui vous ausculteront pourront décider du protocole le plus indiqué, consistant à inhiber l’absorption.

Bien souvent, il vous faudra subir soit des vomissements provoqués et un lavage gastrique (si vous consultez rapidement après l’ingestion), soit l’utilisation de charbon activé et laxatifs dans le cas ou vous seriez traité plus tard.

Par ailleurs, il est recommandé de ne pas utiliser de pansements occlusifs sur les zones traitées avec la crème ou la solution Warticon. Cela nuit à la bonne marche du traitement.

Comme toute médication délivrée uniquement sur ordonnance, ce traitement vous a été prescrite personnellement par un médecin qui, en fonction de votre état de santé et de vos symptômes, a adapté la posologie.

Cette dernière est donc susceptible d’évoluer en fonction des sujets atteints de verrues génitales et périanales.

L’automédication à la Warticon est donc fortement déconseillée: ne donnez pas votre traitement à votre partenaire, ou à une personne sujette aux condylomes acuminés génitaux et périanaux externes sans l’avis préalable d’un médecin.

Enfin, les verrues génitales et périanales sont dues au papillomavirus humain, un virus très contagieux et transmissible lors de rapports sexuels, avec pénétration ou sans (des attouchements sur la zone infectée peut suffire à la contamination).

Si vous souhaitez conserver une activité sexuelle avec votre/vos partenaire(s), parlez-en à votre médecin. Il vous indiquera les précautions à prendre : port d’un préservatif, utilisation concomitante d’un autre moyen de contraception

Stockage et conservation

Comme indiqué ultérieurement (voir supra : précaution d’usage), c’est un médicament puissant et peut être dangereux s’il est ingéré, à plus forte raison s’il est avalé par un enfant.

On ne répètera jamais assez les conséquences désastreuses d’une prise accidentelle de médicaments chez les tous petits et les enfants.

Prenez bien garde de conserver les boîtes de votre traitement hors de la vue et de la portée des enfants.

La crème ou la solution Warticon doivent par ailleurs être gardées dans un endroit propre et sec, dont la température ne dépasse pas les 30 degrés Celsius.

Les contenus de la crème et de la solution anti verrues génitales sont inflammables. Il est donc primordial des les conserver loin du feu, des flammes ou d’une source de chaleur directe, à l’instar du soleil.

N’exposez jamais votre produit aux rayons directs du soleil.

La Warticon dispose d’une date d’expiration (correspondant au dernier jour du mois mentionné), indiquée sur l’emballage de la crème ou de la solution. N’utilisez pas ce médicament après cette date.

Il risquerait d’avoir perdu de ses propriétés curatives, ou s’être détérioré. Vous risqueriez de subir des effets indésirables désagréables voire dangereux.

Par ailleurs, si vous observez un changement de couleur ou de consistance du médicament, ainsi que tout autre signe de détérioration, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Ils seront en capacité de vous indiquer si votre produit est encore utilisable, et ce qu’il convient de faire si vous avez appliqué un produit défectueux.

Enfin, pour la préservation de l’environnement, ne jetez pas les médicaments dont vous n’avez plus usage dans les toilettes, au tout-à-l’égout ou aux ordures ménagères.

Votre pharmacien se propose bien souvent de reprendre le reliquat des médicaments non utilisés à la fin de votre traitement, ou vos remèdes périmés.

Risques, dangers et effets secondaire de Warticon

Comme tout médicament, la Warticon entre en intéraction avec votre organisme, qui peut plus ou moins bien tolérer sa présence.

Dans les paragraphes suivants, vous trouverez une liste non exhaustive des effets secondaires de ce traitement, de ces contre-indications ainsi que des interactions médicamenteuses dont elle peut faire l’objet.

Warticon: effets secondaires

Comme toute substance médicamenteuse, cette crème n’est pas exempte d’effets secondaires, c’est à dire d’effets dus à son application mais non désirés en première intention.

Bien que dans leur grande majorité, ces effets seront légers et passagers, il est toutefois important de savoir à quoi on s’expose lorsque l’on est traité à la Warticon pour soigner ses verrues génitales et/ou périanales.

Les effets secondaires les plus communs, affectant plus d’une personne sur dix, sont les suivants :

  • Picotements ou démangeaisons après l’application de la crème ou de la solution
  • Le 2ème ou 3ème jour, lorsque les verrues commencent à disparaître : irritation, rougeurs, sensibilité, sensation de brulure, douleurs. Ces symptômes sont constatés sur les verrues elles-mêmes. Si vous observez ces effets secondaires sur une partie de peau saine, alors qu’elle n’a pas été en contact avec la crème ou la solution, consultez votre médecin.

D’autres effets secondaires peuvent apparaître.

Toutefois, leur fréquence ne peut être correctement estimée, compte-tenu du manque de données statistiques sérieuses les concernant.

Ces effets secondaires sont les suivants :

  • Réaction allergique
  • Douleurs aigues
  • Saignements
  • Gonflements
  • Gerçures, desquamation de la couche superficielle de la peau
  • Plaie suintante
  • Ulcères, décoloration, croûtes, assèchement de la peau, cloques

N’hésitez pas à faire part de vos symptômes secondaires à votre médecin ou à votre pharmacien.

Ces derniers pourront les reporter aux autorités compétentes, mieux à même d’informer les futurs patients des effets possibles, ainsi que de formuler des estimations statistiques plus fiables.

Les contres-indications

Lors de la consultation qui amènera votre médecin à vous prescrire un traitement pour lutter contre les verrues génitales et périanales dont vous souffrez, soyez le plus transparent possible sur vos conditions de santé réelles.

Votre médecin doit en effet avoir toutes les données en tête avant de vous prescrire de la Warticon.

En effet, certaines situations n’autorisent pas l’utilisation de ce traitement.

En voici les plus fréquentes :

  • Hypersensibilité à l’agent actif ou à l’un des excipients de ce médicament : si vous avez constaté lors d’un précédent traitement que vous étiez allergique à ce produit, tournez vous vers d’autres médicaments destinés à lutter contre les verrues génitales et périanales externes.
  • Grossesse : il est formellement déconseillé d’avoir recours à la Warticon lorsque l’on est enceinte, et ce, quel que soit le terme de votre grossesse.

La Warticon est en effet totalement contre-indiquée pendant la grossesse en raison de ses propriétés antimitotiques. Les traitements dotés de ces effets, souvent utilisés dans la lutte contre le cancer, brident la division et la multiplication cellulaire.

Si, lors d’une chimiothérapie, ces effets sont bénéfiques car aidant à la destruction des cellules cancéreuses, ils s’avèrent en revanche particulièrement nocifs concernant le développement embryonnaire et fœtal.

Si vous projetez de tomber enceinte, informez-en votre médecin. Ce dernier vous orientera vers un traitement compatible avec cet état.

Si vous vous rendez compte que vous attendez un enfant durant le traitement, suspendez immédiatement les applications et consultez au plus vite votre médecin.

Utilisez un moyen de contraception efficace et sûr pendant toute la durée de votre traitement, afin d’éviter tout risque de grossesse.

  • Allaitement : le principe actif du médicament est susceptible d’entrer dans la composition du lait maternel. Or, du fait de ses propriétés antimitotiques, il s’avère dangereux pour la croissance du tout petit s’il est ingéré à travers le lait.
  • La Warticon est également fortement déconseillées chez les enfants de moins de 18 ans. Toujours en cause, les propriétés antimitotiques du médicament, qui ont un effet délétère sur la croissance cellulaire des enfants.
  • Il est peu recommandé d’utiliser ce traitement si vous déplorez une plaie ouverte dans la zone infectée ou à proximité de cette dernière.
  • La Warticon n’est prescrite que dans les cas de verrues génitales ou périanales externes. Si les verrues sont situées à l’intérieur des organes génitaux (à l’intérieur du vagin par exemple), ou à l’intérieur de l’anus, un autre traitement devra être envisagés. N’utilisez jamais  ce médicament sur des verrues internes.
  • De même, chez les hommes non circoncis, cette solution médicale n’est pas indiquée pour traiter les verrues situées sous le prépuce. Si vous constatez la présence de verrues à cet endroit, un autre médicament devra vous être precrit.
  • Enfin, si vos verrues ont une taille supérieure à 4cm2 (soit approximativement la taille d’un timbre), la Warticon n’est pas conseillée. Si un traitement à base de crème ou de solution anti verrue génitale est tout de même envisagé, il conviendra qu’il soit attentivement suivi par un médecin.

Interactions médicamenteuses

La substance active de la Warticon n’est pas reconnue pour entrer en interaction avec d’autres substances médicamenteuses. Il n’existe donc, a priori, pas de contre-indication à la prise concomitante de ce traitement avec d’autres médicaments.

Toutefois, afin de minimiser les risques de contre-indications médicamenteuses, il est préférable d’informer le médecin qui vous auscultera de vos récentes ou actuelles prises médicamenteuses, délivrées avec ou sans ordonnances.