Aldara

Aldara : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Infection sexuellement transmissible, le papillomavirus humain touche plusieurs milliers de personnes en France chaque année.

Très contagieux, un simple contact direct de peau à peau avec des zones affectées, notamment lors de rapports sexuels avec pénétration, peut suffire à attraper le virus.

En effet, l’agent pathogène peut s’infiltrer dans l’organisme à travers des abrasions cutanées ou muqueuses microscopiques.

Le port du préservatif lors des rapports sexuels réduit considérablement les risques de transmission du papillomavirus humain. Il reste la meilleure des protections contre les infections et maladies sexuellement transmissibles de manière générale.

Même si votre partenaire vous semble sain, protégez vous. La contamination par le virus n’est pas automatiquement et immédiatement visible. Un certain délai d’incubation est souvent observé : le PVH reste durant cette période asymptomatique. Vous pouvez dès lors avoir des rapports sexuels avec une personne infectée sans qu’elle ait de manifestations physiques perceptibles.

Si toutefois vous avez contracté le papillomavirus humain et que vous en développez les symptômes, notamment des verrues génitales et périanales, consultez sans tarder votre médecin. Il vous prescrira probablement une médication à base d’Aldara, que nous vous présentons dans l’article ci-dessous.

Présentation de l’Aldara

Produite par le laboratoire pharmaceutique Meda Pharma, l’Aldara est une crème topique soumise à prescription médicale.

Crème blanche à légèrement jaune, elle est généralement indiquée pour traiter les verrues génitales et périanales.

Toutefois, elle peut également être prescrite pour résorber les petits carcinomes baso-cellulaires superficiels (CBCs) de l’adulte, ainsi que les kératoses actiniques.

(voir infra : 2.1 Quelles pathologies l’application de la crème Aldara permet-elle de combattre ?)

La crème tient son efficacité de l’imiquimod, son principe actif, mis pour la première fois sur le marché en 1997.

L’Aldara est habituellement présentée dans un sachet unique contenant 250 mg de crème (dont 5% d’imiquimod). Enfin, elle est commercialisée par boites de 12 sachets.

Quelles pathologies l’application de la crème Aldara permet-elle de combattre ?

La crème Aldara est principalement prescrite pour venir à bout de condylomes acuminés de l’adultes, plus communément connus sous le terme de verrues génitales et périanales de l’adulte.

Les verrues génitales et périanales se définissent comme de petites excroissances rouges apparaissant autour des parties génitales. Semblables à de petites crêtes de coq, ces lésions, souvent indolores, résultent de la contraction d’un virus : le papillomavirus humain ou PVH.

Infection sexuellement transmissible, le PVH est particulièrement contagieux. Il est donc nécessaire de consulter dès que possible un médecin qui confirmera votre pathologie et vous prescrira le traitement adéquat.

La crème Aldara est également prescrite pour traiter deux autres pathologies :

  • Les petits carcinomes baso-cellulaires superficiels (CBCs) de l’adulte. Ce type de cancer de la peau touche généralement des sujets d’âge moyen ou âgés, ayant une carnation claire, et s’étant généralement trop exposés au soleil. S’ils croissent lentement et que les probabilités d’une diffusion à d’autres parties du corps soient faibles, les carcinomes baso-cellulaires superficiels peuvent s’avérer esthétiquement préjudiciables. Il est donc important de les traiter aussi tôt que possible.
  • Les Kératoses actiniques : se présentant sous la forme de lésions cutanées rugueuses de couleur chair, grises, roses, rouges ou brunes, les kératoses actiniques se développent surtout chez les sujets d’âge moyen ou âgés, ayant été excessivement exposés au soleil.

Il est possible de les traiter avec l’Aldara lorsque les lésions sont planes, situées sur le visage ou le cuir chevelu, et que le patient bénéficie d’un système immunitaire sain.

Bien entendu, seul un médecin peut décider de vous administrer ce médicament en lieu et place de la cryothérapie ou d’autres traitements topiques plus généralement indiqués.

Comment marche la crème Aldara ?

La crème Aldara agit comme un « booster » de votre système immunitaire. Son principe actif, l’imiquimod, entre en interaction avec les cellules cutanées en charge de la réponse immunitaire.

L’imiquimod les aide à libérer des alphas interféron, substances naturelles qui interviennent dans la destruction des cellules contaminées, soit par le cancer, soit par le virus responsable de l’apparition des verrues. Ces cellules malsaines combattues, elles sont remplacées par des cellules saines (voir infra : Composition/focus sur le principe actif).

Attention toutefois, si l’Aldara n’élimine pas complètement le PHV, elle permet néanmoins une réduction importante et visible des symptômes.

A quels patients s’adresse la prescription de la crème Aldara ?

Le papillomavirus humain étant une maladie sexuellement transmissible, les condylomes acuminés, ou verrues génitales et périanales, concernent, dans la quasi totalité des cas, des adultes ayant une sexualité active.

Le PVH touche tout le monde sans distinction : les femmes et les hommes, qu’ils aient des relations hétérosexuelles ou homosexuelles, risquent dans des proportions égales d’être infectés.

La crème Aldara traite l’ensemble des cas de condylomes génitaux, mais se voit plus facilement prescrite pour les cas persistants, lorsque les patients ont déjà subi des traitements mais qu’ils se sont montrés inefficaces devant la maladie.

En revanche, l’utilisation chez l’enfant et le jeune adolescent n’est pas recommandée (voir infra : contre-indications).

Par ailleurs, l’inutilité de l’Aldara pour le traitement des enfants et jeunes adolescents présentant un molluscum contagiosum conduira à privilégier d’autres solutions curatives.

Quels sont ses avantages du traitement ? Quels inconvénients ?

L’Aldara se présente sous forme de crème et est simple d’utilisation (voir infra : Posologie).

Dans la mesure où ce médicament n’est disponible que sur prescription médicale, il vous suffira de suivre scrupuleusement les indications fournies par le professionnel de la santé que vous avez consulté.

Ce traitement, compte-tenu de l’efficacité et de la relative nouveauté de son principe actif, est davantage susceptible de vaincre les cas de verrues génitales et périanales persistantes.

Si d’autres médications ont échoué, la crème Aldara vous sera certainement préconisée.

La durée du traitement pourrait toutefois paraître longue et de fait contraignante.

En effet, il est recommandé de poursuivre l’application de cette crème jusqu’à disparition complète des symptômes, dans la limite de 16 semaines.

En moyenne, il faudra 8 semaines avant de constater l’absence de lésions (voir infra : quelle efficacité).

Enfin, bien que relativement onéreux compte tenu de la durée des traitements, la crème Aldara bénéficie d’une prise en charge par la sécurité sociale, à hauteur de 65% de son prix.

Quelle efficacité de l’Aldara contre le papillomavirus humain (PVH) ?

Reconnue pour son efficacité contre les cas persistants de condylomes génitaux, la crème Aldara est préconisée lorsque les médicaments administrés précédemment ont échoués.

Outre les retours des utilisateurs, le laboratoire Meda se base sur une série d’études et de tests pour prouver l’efficacité clinique de son produit.

Ce traitement utilisé pour faire disparaître totalement les verrues génitales, a ainsi donné les résultats suivants.

60% des femmes traitées à l’imiquimod ont vu leurs verrues génitales et périanales disparaître complètement (le délai moyen  de guérison était par ailleurs de 8 semaines), contre 20% seulement traitées avec un placebo (dans un délai de 16 semaines).

L’utilisation de la crème Aldara apporte donc une solution curative bien réelle et efficace.

Concernant les autres pathologies soignables par l’Aldara :

  • 82% des cas de tumeurs de type carcinomes baso-cellulaires superficiels primitifs uniques ont pu être éradiqués avec la crème Aldara. Au long cours, selon une étude menée sur 4 ans, le taux de disparition clinique des tumeurs de type carcinomes baso-cellulaires superficiels primitifs uniques traitées avec l’imiquimod est estimé à 79,3%.

Le degré élevé de ces statistiques tend à prouver l’impact positif que peut avoir un traitement à l’Aldara sur ce type de cancer de la peau.

  • Enfin, pour le traitement des kératoses actiniques (visibles, non confluentes, non hypertrophiques, non hyperkératosiques sur la calvitie ou sur la face), l’efficacité est plus relative. Les deux études cliniques menées démontrent une disparition totale des lésions dans un cas sur deux (46,1 %).

Composition de l’Aldara

Nous allons maintenant nous intéresser au principe actif de ce médicament, avant de lister tous les excipients qui le compose.

Focus sur l’imiquimod

La crème a pour seul principe actif, pour seul ingrédient réellement curatif, l’imiquimod.

Appartenant à la famille des immunomodulateurs, l’imiquimod a un fonctionnement qui diffère légèrement des autres antiviraux.

C’est la raison pour laquelle la crème Aldara est fréquemment prescrite pour traiter des cas de verrues génitales ou périanales persistantes. Elle est en effet efficace là où d’autres médicaments ont échoués.

L’imiquimod restaure l’immunité locale en stimulant le système immunitaire préexistant du patient, affaibli par la pathologie.

Concrètement, l’imiquimod libère une protéine appelée cytokine, dont la fonction inhibitrice bloque la croissance des cellules infectées par le virus. L’imiquimod modère ainsi, puis stoppe, la propagation du virus.

Le système immunitaire du patient peut alors plus facilement détruire le virus, et venir à bout de l’infection.

Le virus ne sera pas totalement éradiqué par la crème Aldara, car il est possible que celui-ci soit présent dans d’autres parties du corps. Touefois la zone traitée ne comportera plus de lésions.

Excipients

Voici la liste des ingrédients non-médicamenteux contenus dans la crème Aldara :

  • Acide isostéarique
  • alcool benzylique
  • alcool cétylique
  • alcool stéarylique
  • paraffine
  • polysorbate 60
  • stéarate de sorbitan
  • glycérol
  • hydroxybenzoate de méthyle (E218)
  • hydroxybenzoate de propyle (E216)
  • gomme xanthane
  • eau purifiée

Posologie : comment prendre l’Aldara ?

Si un professionnel de la santé vous a prescrit ce médicament, il a du vous expliquer en détail sa posologie. Consultez la section ci-dessous si vous avez le moindre doute concernant l’utilisation de ce traitement.

Quand le commencer ? Quand l’arrêter ?

Les condylomes génitaux, ou verrues génitales et périanales, sont dus à la contraction d’un virus : le papillomavirus humain (PVH).

Très contagieux, un simple contact physique avec la zone touchée peut suffire à transmettre le virus, et plus aisément encore lors de rapports sexuels avec pénétration non protégés.

Si vous avez été infecté par le PVH, et que vous constatez l’apparition de verrues génitales, il est important de consulter un médecin ou un gynécologue au plus tôt. Lui seul pourra déterminer si vous êtes atteint de condylomes génitaux, et vous prescrire l’Aldara.

N’attendez pas : les verrues génitales, bien que la plupart du temps indolores, sont souvent gênantes et peuvent potentiellement entraver votre vie sexuelle.

Une prise en charge médicale la plus rapide possible vous permettra de vous soigner au plus tôt.

Quel(s) dosage(s) ?

Soumise à prescription médicale, la crème Aldara n’est administrée que sur les conseils d’un médecin généraliste ou d’un gynécologue. Ces derniers vous donneront toutes les instructions pour appliquer ce médicament comme il se doit.

N’oubliez pas que l’efficacité d’un médicament, ainsi que la diminution de potentiels effets secondaires, tient à la bonne observance de la posologie.

N’hésitez pas à questionner votre professionnel de la santé si des incompréhensions subsistent sur la bonne administration de la crème.

Voilà toutefois les recommandations générales concernant les dosages et l’application de la crème Aldara.

Verrues génitales externes de l’adulte

La crème Aldara doit être appliquée un jour sur deux, trois fois par semaine.

Vous pouvez donc utiliser l’imiquimod les lundi, mercredi et vendredi par exemple, ou les mardi, jeudi et samedi.

L’important reste de ne pas administrer la crème deux jours consécutifs.

Le traitement doit se poursuivre jusqu’à la disparition des verrues, dans la limite de 16 semaines. Si au bout de ce délai les verrues sont encore visibles, continuer le traitement pourrait avoir des effets secondaires non négligeables.

Vous devrez donc consulter de nouveau votre médecin pour convenir avec lui d’un nouveau protocole médicamenteux.

En premier lieu, il est nécessaire de se laver consciencieusement les mains avant et après avoir appliqué la crème.

Il est recommandé d’appliquer la crème en couche mince sur la/les zone(s) à traiter, en massant jusqu’à pénétration de la crème.

Seules les verrues externes peuvent être traitées à l’imiquimod : évitez toute application sur les parties internes de votre anatomie.

De même, prenez garde à n’appliquer la crème que sur les lésions, et non pas sur de la peau saine.

Il est préférable de mettre la crème avant l’heure normale du coucher. La crème doit en effet reposer entre 6 à 10 heures sur les zones à traiter pour être efficace. Dans cet intervalle de temps, il faut éviter de prendre des bains ou des douches.

En revanche, après ces 6 à 10 heures, il est indispensable de retirer la crème Aldara avec de l’eau savonneuse. Privilégiez les savons doux, pour respecter votre zone intime déjà mise à rude épreuve.

La crème Aldara se présente sous forme de sachets, contenant une dose à usage unique. Etalée en couche fine, cette dernière peut recouvrir une zone de 20 cm2.

Elle est donc normalement suffisante pour traiter l’ensemble des verrues présente sur vos parties génitales.

Attention, les sachets sont à usage unique. Vous ne devez donc pas réutiliser la dose entamée une fois le contenant ouvert.

Carcinome baso-cellulaire superficiel de l’adulte

La posologie est la suivante : 5 fois par semaine (du lundi au vendredi par exemple) pendant 6 semaines.

La crème doit être en contact avec la peau pendant 8h à peu près, l’idéal étant de l’appliquer avant l’heure normale du coucher.

Il est nécessaire de nettoyer à l’eau savonneuse la zone à traiter. Avant d’apposer la crème, il convient de sécher soigneusement la peau.

La totalité de la surface de la tumeur, plus une marge de 1 cm tout autour, doit être recouverte par la crème. La crème doit pénétrer la zone à traiter à l’aide de massage.

Vos mains doivent être lavées après l’administration de la crème.

Si les douches et bains doivent être évités pendant la période de traitement, il est indispensable de laver la tumeur avec de l’eau et du savon doux à l’issue des 8 heures, afin de retirer les résidus de crème.

Kératose actinique de l’adulte

La posologie est la suivante : 3 fois par semaines (jours non consécutifs) pendant 4 semaines, dans la limite d’une durée maximale de 8 semaines.

La crème doit être en contact avec la peau pendant 8h à peu près, l’idéal étant de l’appliquer avant l’heure normale du couher.

L’ensemble de la zone à traiter doit être recouverte par la crème, dans la limite d’un sachet par application. Ce dernier est à usage unique : jetez-le après application même s’il reste de la crème. Ne réutilisez pas un sachet entamé.

Votre médecin évaluera l’évolution de la kératose après 4 semaines de traitement et pourra reconduire le traitement 4 semaines supplémentaires au maximum.

Un nettoyage à l’eau savonneuse de la zone à traiter est fortement recommandé. La peau doit par ailleurs être séchée soigneusement avant d’apposer la crème.

La tumeur dans sa globalité doit être couverte par la crème. De légers massages doivent être pratiqués pour faire pénétrer la crème sur la zone à traiter. N’oubliez pas de vous laver avec application les mains après l’absorption de la crème.

Pendant 8 heures, il convient de ne pas se baigner ou se doucher. Au delà de cette durée, il est indispensable de retirer la crème à l’eau savonneuse, en privilégiant les savons doux.

Que faire en cas d’oublis ?

Bien que régulière, l’application de la crème Aldara n’est pas quotidienne. Il est donc possible que vous oubliez votre traitement.

Dès lors, que faire ?

Dès que vous constatez un oubli, appliquez le soir, au moment de votre coucher, la crème. Puis, revenez au rythme habituel de votre traitement.

S’il est préférable d’éviter d’administrer la crème deux jours consécutifs, vous pouvez faire une exception.

Toutefois, vous ne devez pas appliquer la crème Aldara plus d’une fois par jour, au risque de développer des effets secondaires (voir infra : que faire en cas de surdosage).

Que faire en cas de surdosage ?

Conformément à la posologie communément pratiquée, il convient d’alterner les jours d’application de la crème Aldara et de se tenir à une seule et unique application journalière.

Or, vous avez dérogé à cette règle et vous vous retrouvez dans une situation de surdosage.

Votre première réaction devra consister à laver l’excès de crème avec de l’eau savonneuse.

Il est possible que l’application d’une trop grande quantité de crème provoque une réaction cutanée locale sévère. Si vous constatez ces symptômes, suspendez votre traitement jusqu’à ce que votre peau se soit apaisée et reprenez votre traitement.

L’ingestion accidentelle de la crème Aldara peut-être sérieuse. Si vous avez avalé accidentellement de l’imiquimod, ou que vous suspectez un de vos jeunes enfants de l’avoir fait, contactez immédiatement votre médecin, les urgences de l’hôpital le plus proche, ou encore le centre antipoison de votre département/ville…

Des nausées, des vomissements, des maux de têtes, des douleurs musculaires, de la fièvre ou de l’hypotension pourraient survenir après ingestion massive d’imiquimod (200 mg soit 16 sachets environ).

Informations et précautions d’usage

Il convient de respecter quelques précautions d’usage et d’utilisation pour conserver toute l’efficacité du produit :

  • Les sachets contiennent une dose unique : il ne faut pas utiliser en seconde main un sachet déjà ouvert
  • Il est nécessaire, pour éviter le transfert d’autres agents pathogènes, de bien se laver les mains avant et après l’application de la crème
  • Il convient d’éviter tout contact avec les yeux, les lèvres et les narines
  • L’utilisation d’un pansement occlusif est déconseillée avec le traitement par la crème imiquimod.
  • Il est important de respecter les doses et la durée de traitement (un sachet appliqué entre 6 et 10 heures) : une quantité excessive ou un contact prolongé avec la peau sont susceptibles de provoquer des réactions cutanées locales sévères.

Utilisation de la crème Aldara et sexualité

Les verrues génitales et périanales sont des infections sexuellement transmissibles. Pour éviter tout risque de contagion d’une tiers personne, il est préférable d’éviter les rapports sexuels pendant la période d’infection.

Si vous projetez d’avoir une relation sexuelle, abstenez vous d’appliquer la crème à l’imiquimod. Si vous avez déjà apposé votre traitement, lavez votre peau à l’eau savonneuse avant toute activité sexuelle.

Attention, les préservatifs et diaphragmes peuvent être fragilisés par la crème Aldara. L’utilisation concomitante de ces derniers avec la crème imiquimod est donc déconseillée.

Il convient de se prémunir d’une éventuelle grossesse par d’autres moyens de contraception.

Hommes non circoncis atteints de verrues génitales externes sous préputiales

Il est nécessaire de décalotter le gland et de laver sous le  prépuce quotidiennement, a fortiori avant l’application de la crème.

Aldara et grossesse

En l’absence de données sur l’utilisation de l’imiquimod chez la femme enceinte, il est préférable de s’en tenir au principe de précaution et de s’abstenir de l’utiliser.

Même si les effets chez l’animal n’ont pas démontré d’effets néfastes sur la gestation, le développement embryonnaire et fœtal, ainsi que sur le développement post-natal, la plus grande prudence est de mise.

Allaitement

Le passage de l’imiquimod, la substance active de l’Aldara, dans le lait maternel n’a pas été prouvé.

Aucune présence quantifiable de la molécule n’a pu être détectée après une application locale ou réitérée.

En l’absence de conseil spécifique donné par le laboratoire, seul votre médecin pourra juger de la pertinence d’un traitement à l’imiquimod concomitant à l’allaitement.

Aldara crème et photosensibilité

Ce médicament peut être responsable d’une certaine photosensibilité, c’est à dire une propension de votre peau à réagir plus violemment à la lumière du soleil.

Si vous êtes atteint d’un carcinome baso-cellulaire superficiel ou d’une kératose actinique, et que vous êtes traité avec l’Aldara, évitez de vous exposer au soleil. Adoptez une garde robe protectrice, portez un chapeau à large bord par exemple.

La fréquentation des cabines à UV et des lampes solaires sont également à proscrire le temps de votre traitement.

Stockage et conservation

La crème Aldara a une durée de conservation de 2 ans. Toutefois, n’utilisez jamais un traitement médicamenteux sans un avis médical préalable.

Même s’il vous semble souffrir d’une infection similaire à un épisode passé, il se peut que la pathologie dont vous êtes atteint soit différente.

De même, n’administrez pas votre traitement à une personne semblant développer les mêmes symptômes que vous. Une consultation médicale préalable est nécessaire.

Si vous constatez la disparition de vos verrues génitales et périanales et qu’il vous reste des doses en sachet d’Aldara, vous pouvez rapporter le reliquat à votre pharmacien. Il pourra procéder à une destruction responsable d’un point de vue environnemental des médicaments.

Les doses de cette crème doivent par ailleurs être conservées dans un environnement n’excédant pas les 25°C.

Comme tout médicament, il est important de tenir vos sachets de crème Aldara hors de la portée et de la vue des enfants.

Risques, dangers et effets secondaires d’Aldara

Si à la suite d’une administration de ce traitement vous ressentez le moindre effet anormal sur votre organisme, il est nécessaire de contacter un professionnel de la santé dans les plus brefs délais pour passer un examen approfondi.

Les effets secondaires possibles de Aldara

En entrant en interaction avec votre organisme, le principe actif de la crème Aldara va vous aider à soigner vos verrues génitales et périanales.

Toutefois, il est nécessaire de savoir que des effets secondaires, dus à l’application mais non désirés en première intention, peuvent apparaître. S’ils concernent une minorité de sujet, il est important de les connaître, afin de réagir au plus vite si vous en êtes frappé.

Vous retrouverez les effets secondaires des autres pathologies (carcinome baso-cellulaire superficiel, kératose actinique) traitées à l’aide de l’Aldara en suivant ce lien.

Voici les principaux effets secondaires relatifs à l’usage de la crème Aldara, utilisée pour venir à bout de condylomes acuminés.

Effets secondaires fréquent de l’Aldara

Ces effets secondaires touchent au minimum une personne traitée sur 10.

Elles se concentrent sur des réactions cutanées locales :

  • Rougeurs
  • Effritement, érosion, desquamation
  • Durcissement, induration
  • Gerçures, excoriation, ulcération, petites lésions ouvertes
  • Encroûtement
  • Ecaillement
  • Gonflement, œdème
  • Sensations de brûlure
  • Démangeaisons, érythème

Les réactions cutanées citées ci-dessous sont en règle générale légères. La peau retrouvera un aspect normal environ deux semaines après l’arrêt du traitement.

Si vous souffrez d’une réaction cutanée insoutenable, vous devez immédiatement retirer la crème : lavez vous avec de l’eau et un savon doux. Lorsque la réaction cutanée se sera atténuée, vous pourrez reprendre le traitement.

Effets secondaires non fréquents de l’Aldara

Ces effets indésirables frappent au minimum une personne sur 100.

  • Céphalées, maux de tête, migraine
  • Symptômes grippaux, vertiges, fièvres, bouffées de chaleur, toux, rhume avec mal de gorge
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Prolapsus utérin, douleurs au cours des rapports sexuels chez les femmes
  • Troubles de l’érection
  • Augmentation de la transpiration
  • Symptômes digestifs : nausée, vomissement, perte d’appétit
  • Troubles du sommeil : insomnies, fatigue
  • Troubles psychologiques : sentiment dépressifs, sentiment de malaise
  • Glandes enflées, tuméfaction ganglionnaires
  • Infections virales/bactériennes ou fongiques
  • Fourmillement, picotements
  • Hypopigmentation et hyperpigmentation localisées.
  • Tintements dans les oreilles

Effets secondaires exceptionnels de l’Aldara

Ces effets indésirables se retrouvent chez une personne sur 1000 ou plus.

  • Difficultés pour uriner. Chez les femmes, une réaction cutanée se développant au niveau du méat uréthral a induit des difficultés pour uriner. Un sondage en urgence a parfois été nécessaire pour soulager la patiente.
  • Alopécie
  • Modifications du sang : diminution de l’hémoglobine, du nombre de leucocytes, du nombre absolu de granulocytes neutrophiles et du nombre de plaquettes. Ces observations ont été relevées lors de tests réalisés lors des essais cliniques.
  • Aggravation de maladies auto-immunes
  • Réactions cutanées sérieuses à graves : érythème multiforme, syndrome de Stevens-Johnson, lupus érythémateux cutané

Effets secondaires chez les hommes non circoncis atteints de verrues génitales externes sous préputiales

Sans soins d’hygiène du prépuce apportés au quotidien, il est possible de développer un phimosis serré et une sténose de l’anneau préputial. Deux cas de la première pathologie et un cas de la deuxième ont été notés lors des études cliniques.

Il est donc nécessaire, si vous êtes un homme non circoncis atteint de verrues génitales externes sous préputiales, de vous laver au moins une fois par jour en décalottant le gland.

Si vous observez une réaction cutanée locale ou si vous éprouvez une difficulté croissance de rétraction du prépuce, interrompez immédiatement le traitement.

Les contre-indications

Comme toute substance curative, la crème Aldara comporte un certain nombre de contre-indications. Avant de vous lancer dans un traitement à l’imiquimod, il est donc primordial de partager avec votre médecin l’ensemble de votre historique médical.

Ce dernier aidera le professionnel de la santé à déterminer si vous êtes en mesure de suivre ce traitement, ou si vous devez plutôt vous orienter vers une autre solution médicamenteuse.

Voila les contre-indications les plus souvent recensées :

  • Allergie ou hypersensibilité à l’imiquimod (substance active)
  • Allergie ou hypersensibilité aux excipients de la crème. Les méthylhydroxybenzoate (E 218) et propylhydroxybenzoate (E216) sont reconnus pour entraîner des réactions allergiques. L’alcool cétylique et l’alcool stéarylique sont susceptibles de provoquer des réactions cutanées locales.
  • Il n’est pas conseillé pour les personnes souffrant d’une maladie autoimmune de suivre un traitement à base d’Aldara. Les risques d’aggravation de leur condition autoimmunitaire comporte en effet un risque
  • De même, il n’est pas recommandé aux personnes souffrant du VIH d’utiliser la crème imiquimod, en raison de son action sur le système immunitaire
  • Si vous avez subi une transplantation d’organe, l’utilisation de la crème Aldara doit faire l’objet de précautions particulières. Compte-tenu du risque de rejet de greffe ou d’une réaction du greffon contre l’hôte, une évaluation minutieuse du rapport bénéfice/risque du traitement devra être effectuée par votre médecin
  • Il est vivement déconseillé d’appliquer la crème sur une peau lésée ou n’ayant pas suffisamment cicatrisé après un traitement médicamenteux ou chirurgical antérieur.
  • Les condylomes urétraux, intravaginaux, cervicaux (col de l’utérus), rectaux ou intra-anaux ne peuvent pas être soignés par la crème Aldara. Seules les lésions externes doivent être traitées avec l’imiquimod
  • Les patients souffrant d’une hématologie réduite doivent, s’ils le peuvent, se reporter sur d’autres solutions médicamenteuses pour soigner leurs verrues génitales et périanales

Concernant l’utilisation chez l’enfant et chez l’adolescent, l’absence de données test doit inciter à la plus grande prudence. Il est donc recommandé de ne pas faire usage de la crème Aldara chez les plus jeunes.

De même, dans la mesure ou le traitement s’avère sans effet, il est dangereux d’appliquer la crème à l’imiquimod sur des enfants présentant un molluscum contagiosum.

Interactions médicamenteuses

Avant de débuter tout traitement à base de ce médicament, il est nécessaire d’indiquer au médecin qui vous prescrira la crème toute autre prise médicamenteuse.

Si l’Aldara ne semble pas faire l’objet de contre-indications médicamenteuses, il ne faut toutefois jamais utiliser en parallèle deux traitements, ou plus, contre les verrues génitales et périanales.

Compte-tenu de son action stimulante sur le système immunitaire, il est nécessaire d’utiliser précautionneusement la crème imiquimod chez les patients traités sous immunosuppresseurs.

Bien qu’aucune étude n’ait démontré une réelle interaction avec des immunosuppresseurs administrés par voie générale, la prudence doit rester de mise.