Coupe menstruelle fleur cup

Coupe menstruelle : mode d’emploi, avis et dangers de la fleur cup

Syndrome du Choc Toxique, substances nocives dans la composition des tampons et des serviettes hygiéniques : de nombreuses polémiques ont, ces dernières années, émoussé la confiance des utilisatrices de protections menstruelles. Et les ont amené à tester la fleur cup (coupe menstruelle en Français).

Tour d’horizon d’un petit ustensile intime qui trouve de plus en plus sa place dans la salle de bain des femmes en France.

Qu’est ce qu’une coupe menstruelle ?

Alternative écologique aux protections périodiques classiques, telles que les serviettes et les tampons, la coupe menstruelle (autrement appelée coupelle menstruelle ou fleurcup) s’utilise comme protection hygiénique pendant toute la durée des règles féminines.

Elle est réutilisable d’un mois sur l’autre, et ce pendant plusieurs années, limitant ainsi la production de déchets.

Elle se présente pratiquement toujours sous la forme d’un petit entonnoir, dont l’extrémité, généralement allongée en forme de tige, est conçue pour faciliter le retrait.

La taille d’une coupe menstruelle varie entre 40 et 60 millimètres, les marques proposant d’ordinaire plusieurs gabarits de cups et de tiges.

Le but étant d’adapter au maximum la cup à la forme et à la profondeur de votre vagin, ainsi qu’à votre flux.

Les coupes menstruelles sont pour la plupart constituée en silicone médical. Ce matériau est reconnu comme sûr par le corps médical, et conçu pour respecter les muqueuses.

Comment l’utilise-t-on ? Fleur cup: le mode d’emploi

La cup est destinée à recueillir le flux menstruel, sans l’absorber pour autant, permettant ainsi d’éviter l’assèchement de la flore vaginale, comme le ferait un tampon périodique.

Pour être efficace, elle doit être positionnée dans le vagin. Selon les formes et les marques de cup, vous pourrez l’installer soit dans le canal vaginal, soit plus profondément, au bord du col de l’utérus.

Pensez bien à vous référer à la notice d’utilisation de votre coupelle menstruelle avant de l’installer. Toutes les informations nécessaires et spécifiques y seront référencées.

Enfin, elle se conserve jusqu’à 12h dans le vagin (certaines marques préconisent cependant de les ôter au bout de 6h).

Passé ce délai, vous devrez la retirer, la vider du sang qu’elle contient, a minima la nettoyer à l’eau claire ou mieux la désinfecter à l’eau bouillante, avant de la réinsérer.

Comment stériliser la coupe menstruelle ?

Pour éviter tout risque d’infection, il est important de bien désinfecter, voire de stériliser, votre coupe menstruelle.

La stérilisation est particulièrement nécessaire lors de la première utilisation.

Une fois votre fleur cup retirée de son emballage, vous pouvez procéder de plusieurs manières pour stériliser votre coupelle menstruelle :

  • l’ébouillantage à l’eau pendant quelques minutes
  • la stérilisation à froid à l’aide de comprimés
  • la stérilisation à la vapeur ou au mirco-ondes (lorsque l’on possède un stérilisateur de biberons par exemple)

Durant le cycle, le procédé de stérilisation n’est pas systématiquement utile. Vous pouvez tout à fait vous contenter de bien désinfecter votre cup.

Un rinçage consciencieux à l’eau claire peut suffire. Pour les plus précautionneuses d’entre-vous, un nettoyage avec un savon très doux et de préférence neutre (tels que les savons de Marseille ou d’Alep) est envisageable, mais ce cas de figure, le risque 0 n’existe pas.

A la fin du cycle, nettoyez avec attention ou stérilisez votre cup, avant de la ranger dans l’étui prévu à cet effet.

Attention ! Il ne sert à rien de nettoyer ou de stériliser votre cup si vous n’avez pas les mains propres au préalable. Pensez bien à vous laver les mains et les ongles avant toute manipulation.

Comment mettre une coupe menstruelle ?

Étape essentielle, elle demande parfois quelques répétitions pour être prête le jour J. Accordez-vous le temps de faire quelques essais sereinement, dans un endroit calme et propre.

Il est possible que le(s) premier(s) test(s) soient infructueux. Ne perdez pas patience et essayez de vous relaxer : vous réussirez d’autant mieux à placer votre cup que vos muscles vaginaux et périnéens seront souples et détendus.

Pour les jeunes filles encore vierges, sachez qu’il est tout à fait possible de mettre une coupe menstruelle sans pour autant percer votre hymen. Ce dernier, à l’adolescence, devient plus souple et plus grand.

L’important est de choisir une fleur cup adaptée à votre morphologie (il en existe de toute petite taille et très souples), et de ne pas forcer pour éviter toute douleur.

N’hésitez pas à prendre conseil auprès d’une femme un peu plus âgée que vous ou auprès de votre gynécologue. Et rassurez-vous : être vierge, c’est avant tout de pas avoir eu de relation sexuelle. Que votre hymen soit intact ou non n’altère pas votre virginité.

Pour les femmes dont l’utérus est rétroversé (retrouvez la définition ici), l’utilisation d’une cup n’est pas remise en question.

Il est tout à fait possible d’insérer et de positionner correctement une coupelle menstruelle dans ce type de configuration.

Quelle position prendre pour bien insérer une fleurcup ?

Plusieurs positions sont envisageables, l’essentiel étant d’adopter celle dans laquelle vous vous sentirez la plus à l’aise.

Vous pouvez insérer la coupe menstruelle assise sur les toilettes, sous la douche ou dans votre baignoire, allongée sur le lit (en prenant la précaution de mettre une serviette sous vos fesses de façon à ne pas tâcher les draps), debout les jambes légèrement fléchies, accroupie, debout une jambe relevée…

Le conseil des experts illicomed : Si cela peut vous aidez, n’hésitez pas à vous munir d’un petit miroir.

Puis-je utiliser un lubrifiant pour aider à l’insertion de ma cup ?

Si vous redoutez que votre vagin ne soit pas suffisamment lubrifié pour permettre l’installation de votre coupe sans douleur, il est tout à fait envisageable d’avoir recours à un lubrifiant additionnel.

Sachez tout de même que le sang des règles est en lui-même un excellent lubrifiant.

Commencez par passer votre coupelle menstruelle sous un filet d’eau, de même que mettre un peu d’eau dans votre vagin : cette action permettra une introduction tout en douceur.

Si vous sentez toujours une résistance, vous pourrez utiliser un lubrifiant à base d’eau : de nombreuses marques de cups recommandent cette solution. Vous en trouverez facilement en pharmacies, grandes surfaces ou encore sur les sites de vente en ligne de cups.

Les lubrifiants à base d’huile, ou les huiles brutes (huile de coco par exemple), ne doivent être utilisées qu’avec parcimonie. Le gras qu’ils contiennent peut en effet dégrader la qualité du silicone et le rendre poreux.

Attention, si vous êtes active sexuellement pendant la durée de vos règles : les lubrifiants à base d’eau sont compatibles avec l’usage de préservatifs, contrairement aux lubrifiants à base d’huile.

Ces derniers endommagent la qualité du latex des préservatifs, et altèrent ainsi leur sécurité contraceptive.

Comment plier la fleur cup pour faciliter son introduction vaginale ?

Afin de faire pénétrer la coupe menstruelle dans le vagin, vous devrez la plier. Différentes méthodes sont proposées par les marques, et décrites dans les notices explicatives.

Deux techniques sont généralement plébiscitées par les utilisatrices des cups, pour leur rapidité et leur simplicité.

Il s’agit premièrement d’écraser la coupe menstruelle sur elle-même et de la plier en deux (soit bord contre bord pour former un C, soit bord contre tige pour former un 7).

Ou bien d’utiliser la technique dite de punchdown : après avoir placer un doigt sur l’entonnoir, il s’agit d’appuyer vers l’intérieur et ainsi former une corolle, à l’image d’une tulipe.

Comment faire pour bien introduire la coupe menstruelle?

Après avoir plié votre cup côté entonnoir, écartez doucement les lèvres de votre vulve et trouvez l’ouverture de votre vagin.

Insérez avec délicatesse la coupe, puis effectuez quelques mouvements de rotation pour la positionner convenablement dans le vagin.

Vous pourrez alors relâcher la fleur cup, afin qu’elle se déploie. Il est important, pour éviter les fuites, qu’elle soit totalement ouverte. Aussi, avec votre doigt, faites le tour de la coupe et vérifiez qu’aucun pli ne subsiste.

Comment aider au déploiement d’une coupe menstruelle ?

Si votre cup ne se déploie pas correctement, vous risquez les fuites. Aussi, si vous éprouvez des difficultés, suivez ce conseil : pour une première utilisation, placez votre cup à l’entrée du vagin.

Il sera ainsi plus aisé de glisser vos doigts jusqu’au bourrelet de la cup et de faire entrer un peu d’air si nécessaire.

Vous pourrez ensuite “remonter” la cup, si vous en sentez le besoin, en opérant un mouvement de rotation (comme pour une vis) à l’intérieur du vagin.

Sachez que plus vous utiliserez la cup, et plus l’insertion et le déploiement se feront sans encombre.

Quel est le bon positionnement d’une cup ?

Afin d’éviter les fuites, la cup doit impérativement se situer directement au dessous ou bien encore autour du col de l’utérus.

Il est d’ailleurs possible de repérer son col utérin au toucher : insérez un doigt jusqu’au fond de votre vagin et cherchez une excroissance ayant la consistance d’un “bout de nez”.

Généralement, il est conseillé de la positionner plus bas qu’un tampon périodique, pratiquement à l’entrée du vagin.

Mais l’anatomie vaginale variant d’une femme à l’autre, il est possible que la cup “remonte” spontanément, de manière à épouser les formes du corps et se placer au meilleur endroit.  

Selon la longueur de votre vagin et la hauteur du col de votre utérus, la cup pourra :

  • rester assez proche de l’entrée, pour les femmes dont le col est moyen à bas,
  • remonter beaucoup pour celles qui disposent d’un col haut.

Comment retirer une coupe menstruelle?

Certaines femmes sont inquiètes et redoutent le moment du retrait de la cup. Ces quelques conseils vous permettront toutefois de passer ce moment le plus sereinement possible.

A quel moment dois-je retirer ma coupelle menstruelle ?

Deux facteurs entrent en jeu dans le calcul de l’horaire de retrait : le facteur temps et le facteur abondance du flux.

En effet, en cas de règles abondantes, il vous faudra peut-être vider votre fleurcup toutes les 6 heures. C’est d’ailleurs la durée de port limite que le Ministère de la Recherche recommande suite à la réalisation d’une étude sur les risques liés à la cup (voir : Syndrome du Choc Toxique).

Toutefois, la plupart des fabricants, qui préconisait que leur cup soit vidée toute les 12h maximum, avance une durée limite de 8h de protection sans risque.

Par quel procédé puis-je retirer ma cup menstruelle ?

La coupe menstruelle, pour se positionner et rester en place, exerce une tension de type ventouse contre les parois du vagin. Ne vous inquiétez pas, cela est parfaitement indolore et tout à fait normal.

Cependant, cet effet ventouse réclame de s’y prendre avec douceur lorsqu’il s’agit d’ôter le dispositif : rien ne sert en effet de tirer directement sur la tige. Vous risqueriez d’accentuer le phénomène et finir par provoquer un certain inconfort.

Pour retirer en toute sécurité votre cup, il vous faudra y faire entrer de l’air.

Pour ceci, commencez par vous relaxer : plus vos muscles seront contractés, moins le retrait sera facile et rapide.

Respirez, et prenez une position dans laquelle vous vous sentez à l’aise pour l’introduction de ce produit.

Ensuite, utilisez vos muscles pelviens (périnée, abdominaux) pour pousser votre cup vers l’entrée de votre vagin. Cette action est facilitée dans la position accroupie.  

Enfin, utilisez une de ces trois techniques pour décoller la cup :

  • pincez le fond de la cup
  • tirez de droite à gauche la tige
  • insérez un doigt jusqu’au rebord et comprimez le vers l’intérieur.

Lorsque l’air y est entrée et que la cup s’est décollée, il vous suffit de la faire délicatement glisser jusqu’à l’extraire de votre vagin.

Tenez votre cup à la verticale afin d’éviter de renverser son contenu.

Videz le sang récupéré dans les toilettes ou dans un lavabo.

Comment entretenir sa coupe menstruelle?

Une cup peut se conserver des années, pour peu que l’on en prenne soin. Quelles sont les règles d’hygiène et d’entretien qui permettent une longévité sans pareil ?

Entretenir sa cup pendant la durée des règles.

Une cup bien entretenue peut être replacée sans problème et en continu du début à la fin des règles : il n’est donc pas forcément nécessaire de faire l’acquisition de plusieurs coupes menstruelles.

Pour que cela soit possible, il vous faudra tout de même respecter des règles d’hygiène simples et fondamentales.

D’abord, avant toute manipulation de la cup, lavez-vous soigneusement les mains, les ongles et les poignets. Vous éviterez ainsi de contaminer votre coupelle.

Ensuite, lorsque vous avez retiré votre cup pour la vider, rincez la au moins soigneusement à l’eau claire avant de la réinsérer.

Si vous le souhaitez, vous pouvez également la désinfecter à l’eau savonneuse. Attention cependant à n’utiliser que des produits doux et respectant votre intimité : savon au PH neutre, naturel voire bio.

Il n’est pas nécessaire de la stériliser durant le cycle, votre flore vaginale faisant normalement barrage aux agressions extérieures. Mais si cela vous rassure, rien ne vous en empêche bien évidemment.

Entretenir sa cup en dehors des règles

La fin de vos règles a sonné : vous pouvez ranger votre cup.

Mais pas avant de l’avoir convenablement nettoyée.

Les fabricants conseillent ainsi de désinfecter, à l’eau savonneuse, votre cup au moins deux fois par cycle : une fois au début de votre cycle menstruel, une fois à la fin de règles.

Vous pouvez en outre opter pour la stérilisation, même si un simple lavage est suffisant.  

Comment choisir sa fleurcup ?

Parmi l’offre étendue de coupelles menstruelles, il n’est pas toujours aisé de savoir quel modèle conviendra le mieux aux besoins.

C’est pourquoi il est essentiel de se poser les bonnes questions.

Choisir la taille adaptée à sa morphologie.

Le choix d’une cup adaptée à votre morphologie doit répondre à deux critères principaux :

  • l’élasticité de votre anatomie
  • la hauteur de votre col de l’utérus

Le premier critère dépend d’une part de votre âge, mais également des accouchements par voie basse que vous avez pu vivre.

Si vous avez moins de 30 ans et que vous n’avez jamais accouché par voie basse, il est recommandé de prendre une coupe menstruelle de petite taille.

Si vous avez moins de 30 ans, mais que vous avez déjà accouché par voie basse, une cup de taille intermédiaire sera plus adaptée. De même que si vous avez plus de 30 ans mais jamais accouché par voie basse.

Enfin, si vous avez plus de 30 ans et que vous avez déjà eu au moins un accouchement par voie basse, préférez les plus grandes tailles.

Du deuxième critère dépendra la hauteur voire même l’existence d’une tige. Il existe en effet des modèles sans tiges. Pour celles dont le col de l’utérus est bas, et qui pourraient être gênées par la tige, ces modèles peuvent être à privilégier.

Dans le même registre, la forme des tiges elles-mêmes peut influer sur le choix. Droite, la tige est plus facilement préhensive et peut être coupée si elle s’avère trop longue.

Ronde, elle ne constitue pas une cause de gêne, puisque plus douce au toucher.

Choisir une cup correspondant à son flux

L’abondance des règles doit également être un critère de choix. Si votre flux est abondant, vous devrez logiquement opter pour une cup dont la contenance est importante, faute de quoi vous vous exposez aux fuites et aux retraits plus fréquents.

La plupart des fabricants proposent en outre des cups présentant des trous autour du bourrelet/bord, et ce pour favoriser une bonne adhérence.

Si votre flux est épais, il se peut que les trous se bouchent et vous risquez des fuites. Vous devrez ainsi vous orienter vers une cup sans trou.

Faire le choix d’une souplesse cohérente

Si les matériaux sont toujours pratiquement les mêmes, la rigidité des cups varient d’une marque à l’autre. Le choix dépendra alors de votre activité physique.

Les coupelles souples sont facile d’installation. En revanche, elles risquent de bouger un peu si vous exercez une activité physique trop remuante. Leur utilisation est donc réservée à des moments calmes, tels que la nuit.

Les coupelles rigides offrent quant à elles un maintien sans faille … au prix d’une petite gêne ressentie. A réserver donc aux plus sportives.

C’est pourquoi les adeptes des cups privilégient bien souvent des modèles intermédiaires, offrant à la fois une facilité d’insertion et un maintien cohérent.

Choisir une cup compatible avec son dispositif intra-utérin ou intra-vaginal

Si vous portez un DIU (stérilet), ne vous privez pas de porter une coupe menstruelle. Cela est tout à fait compatible avec votre moyen de contraception intra-utérin.

Toutefois quelques précautions sont à prendre, pour éviter tout risque d’expulsion de votre DIU :

  • respectez un positionnement idioine : pas trop profond, laissant un espace entre le col de l’utérus et la cup
  • respectez les consignes de retrait : ne tirez pas sur la tige sans avoir au préalable fait un appel d’air en pinçant la cup
  • vérifiez de ne pas attraper le fil du stérilet en même temps que la cup

Avant d’utiliser une cup, faites le point avec votre gynécologue. Ce dernier pourra vous conseiller sur les diverses précautions à prendre et les différentes vérifications que vous pourrez faire au au de vos règles.

Si vous avez recours à un anneau vaginal comme Nuvaring par exemple, il est possible que vous ayez à placer un nouvel anneau avant la fin de vos règles.

L’anneau étant placé contre le col de l’utérus, les dispositifs ne sont pas incompatibles, à partir du moment où vous placez votre cup à l’entrée du vagin.

Votre anneau a peu de chance de bouger lors du retrait, surtout si vous être attentive à bien “décoller” votre cup avant de l’entraîner vers la sortie.

Quelle cup utiliser si mon utérus est rétroversé ?

Nous l’avons vu, il est tout à fait possible d’avoir recours à ce type de protection intime lorsque l’on a un utérus rétroversé (c’est à dire basculant vers l’arrière contrairement à 80% des femmes dont l’utérus bascule vers l’avant).

La technique d’insertion et le positionnement de la cup dans le vagin est strictement identique, que vous ayez un utérus rétroversé ou antéversé.

Quels sont les avis des utilisatrices ?

Nous les avons regroupés en 2 parties : les avis positifs et les retours davantages négatifs, pour vous proposer un tour d’horizon complet et sans tabou !

Les avis positifs sur la coupe menstruelle

4 points qui ressortent principalement :

Un mode de protection périodique économique

Si à l’achat, la coupe menstruelle peut représenter un certain coût (les prix varient entre 20 et 30 euros en moyenne), l’investissement est très rapidement rentabilisé.

En effet, la plupart des coupelles menstruelles peuvent être utilisée tous les mois, et cela pendant une dizaine d’années.

En comparaison, les tampons et serviettes sont beaucoup plus onéreux.

Une protection hygiénique pratique et discrète

La cup est pratique. Elle est toujours prête à l’emploi si l’on suit les règles d’hygiène de base, elle se faufile dans tous les sacs grâce à son petit emballage, et elle se suffit à elle-même : plus besoin de prévoir de la place pour les protections périodiques volumineuses.

De plus la cup est discrète : une fois installée, elle est invisible de l’extérieur quand le tampon peut se remarquer au petit fil qui dépasse, ou la serviette par l’épaisseur supplémentaire qu’elle provoque.

De même, elle évite les odeurs de sang oxidé qui peuvent se dégager des serviettes ou des tampons. Un gage supplémentaire de discrétion.

Une protection menstruelle qui protège votre intimité

Bien qu’installée à l’intérieur de votre vagin, la cup, parce qu’elle recueille sans absorber le flux, ne provoque pas de sécheresse vaginale et autres désagréments que peuvent provoquer les tampons.

Un mode de protection éco-friendly

Nous l’avons dit : une cup se garde longtemps, et se réutilise sur de nombreux cycles.

Elle évite ainsi l’accumulation de déchets, inévitables avec d’autres styles de protections périodiques.

De plus, les cups sont fabriquées dans des matériaux safe et dépourvu de produits toxiques ou de perturbateurs endocriniens, qui peuvent malheureusement être présents dans d’autres types de protections féminines.

Les inconvénients de la coupe menstruelle

Ils sont au nombre de 4 également :

Une insertion qui demande une certaine habitude

Si certaines femmes réussissent très rapidement à insérer sans difficultés leur cup, certaines autres mettent du temps à se l’approprier. Cela peut être décourageant et constituer un obstacle.

Des sensations pas toujours agréables

Nous l’avons vu, certaines cups très rigides peuvent laisser une certaine gêne à l’usage. Aussi est-il vraiment important de bien réfléchir au type de cup idéale avant de l’acheter. Car le coût à l’unité reste important.

De même, il peut arriver que la coupe “sente”. Une situation qui peut-être réglée en laissant tremper la cup dans du peroxyde d’hydrogène ou la faire bouillir.

Une contenance qui peut laisser à désirer

Certaines femmes dont le flux est très abondant peuvent être amenées à devoir vider la cup plus régulièrement que préconisé.

Encore une fois, il est important de se poser les bonnes questions pour se diriger vers la cup qui répondra le mieux à vos attentes.

Un retrait délicat

Le retrait peut être source d’angoisse, surtout chez les maladroites. En effet, il est nécessaire de garder la cup bien droite sous peine de voir le contenu se déverser par terre.

Les dangers : le syndrome du Choc Toxique

Lié au port de certaines protections périodiques, le Syndrome du Choc Toxique (SCT) est un phénomène rare mais très dangereux. Le point sur le lien entre cup et SCT.

Syndrome du Choc Toxique : définition

Maladie infectieuse rare et aiguë, le SCT peut potentiellement conduire à la mort. Elle apparaît après que certaines bactéries dangereuses (staphylococcus aureus encore appelé staphylocoque doré notamment) libèrent leur toxines dans le sang.

De nombreux organes peuvent alors être affectés : foie, poumons, reins. Une assistance médicale d’urgence est alors nécessaire.

Lien entre cup et SCT

Récemment mis en lumière par les médias, le SCT est souvent lié au port de tampons périodiques. Or, s’il est vrai que ce type de protection peut constituer un facteur aggravant de l’infection, les autres protections féminines ne sont pas dédouanés pour autant de tout lien.

Aussi, la cup ne peut pas être présentée comme un moyen imparable de se prémunir du SCT. Seule l’observation de strictes règles d’hygiène peuvent éviter la contamination (pour rappel, le SCT est une infection rare) :

  • penser à bien se laver les mains avant d’insérer ou de retirer une cup
  • insister sur la désinfection ou la stérilisation de votre matériel
  • retirer votre cup toutes les 6 à 8h maximum. Certaines marques préconisent de ne pas garder sa cup plus de 10h d’affilées, quand d’autres craignent des risques au delà de 4h.

Toutefois, il est possible d’avancer que le port d’une cup constitue un facteur moins aggravant que le port d’un tampon périodique.

Une étude scientifique réalisée en 1960 par The Obstetrical and Gynecological Research Institute (Houston-Texas) arrivait aux conclusions suivantes :

  • la prolifération des bactéries responsables du SCT était beaucoup moins importante sur la cup que sur les autres moyens de protections hygiéniques (serviettes et tampons)
  • les tampons sont plus facilement contaminables : en effet, la ficelle peut plus rapidement être en contact avec des micro-organismes contenus dans les matières fécales
  • les conditions d’anaérobie (ou semi-anaérobie) produite par la cup grâce à son bourrelet sont propices à juguler la prolifération bactérienne.

Ainsi, même si la cup n’est pas un rempart infaillible au syndrome du choc toxique, il n’en reste pas moins qu’elle fait figure du système garantissant le risque le moins grand.

Laisser un commentaire: