Pilule Zoely

Zoely : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

La pilule contraceptive est la méthode de contrôle des naissances la plus plébiscitée par les Françaises. Plus d’une femme sur deux y a recours.

Simples d’utilisation et fiables à 99%, les pilules estroprogestatives, telles que ZOELY, sont idéales pour les jeunes femmes voulant choisir le rythme de leurs grossesses.

Dans ce dossier, nos équipes de professionnels de la santé vous proposent un tour d’horizon complet de ce moyen de contraception.

Présentation de la pilule ZOELY

Issue des laboratoires Merck Serono Europe ltd, ZOELY est un contraceptif hormonal dit « combiné », puisqu’associant deux hormones femelles :

  • Un progestatif : le nomégestrol acétate ;
  • Un estrogène : l’estradiol.

Administrée par voie orale, cette pilule estroprogestative est monophasique : tous les comprimés actifs ont la même teneur en hormones.

Ce médicament est disponible uniquement sur ordonnance.

Quelle pathologie permet-elle de traiter ?

Ce traitement hormonal est indiqué pour le contrôle des naissances en prévenant d’une grossesse non désirée.

Comment marche cette pilule contraceptive?

L’action combinée des deux hormones composant cette pilule agit principalement sur :

  • L’ovulation, par inhibition des signaux hormonaux déclenchant la libération d’un ovule ;
  • La mobilité des spermatozoïdes, par l’épaississement et l’assèchement de la glaire cervicale.

A qui s’adresse t’elle ?

Toutes les femmes adultes en âge de procréer peuvent prendre ce contraceptif oral, hors périodes post-partum et post-IVG.

Après un accouchement et/ou une interruption de grossesse (qu’elle soit volontaire ou non), il est important de prendre l’avis de son médecin avant d’entamer une contraception par ZOELY.

Aucune donnée d’étude n’est disponible concernant l’impact de ce médicament sur la santé des adolescentes.

Pour plus de sécurité, il convient de consulter un spécialiste.

Quels sont ses avantages ? Inconvénients ?

Ce contraceptif est formulé à partir d’un estrogène produit naturellement par les ovaires lors du cycle menstruel : l’estradiol.

Le nomégestrol acétate est quant à lui un progestatif dérivé de la progestérone, une hormone également produite par le corps au cours du cycle naturel.

Autre avantage, chaque plaquette contient 28 comprimés, dont 4 placébos destinés à être pris pendant les règles. Aussi, la pilule est prise en continu, limitant ainsi les risques d’oublis.

En revanche, cette pilule de 3e génération n’est pas remboursée par la sécurité sociale. La patiente doit supporter seule le coût de sa contraception.

Quelle efficacité ?

ZOELY jouit d’une très bonne efficacité : elle est fiable à plus de 99% lorsque la posologie est scrupuleusement respectée.

Ses indices de Pearl sont les suivants :

  • Échec de la méthode : 0,40
  • Échec de la méthode et échec de l’utilisatrice : 0,38

On peut donc affirmer que cette pilule contraceptive est très efficace.

Sous quelle forme se présente-elle?

Ce contraceptif oral combiné est packagé dans une boîte contenant 1 ou 3 plaquette(s) thermoformée(s) PVC-Aluminium.

Chaque plaquette contient deux formes de comprimés :

  • Les 24 comprimés actifs : blancs et ronds, portant l’inscription « ne » sur les deux faces ;
  • Les 4 comprimés placébos : jaunes et ronds, pourtant l’inscription « p » sur les deux faces.

En cas de doute sur l’apparence de votre pilule contraceptive, n’hésitez pas à demander immédiatement l’avis d’un professionnel de la santé.

Composition de ZOELY

Chaque comprimé actif (blanc) contient 2,5 mg d’acétate de nomégestrol et 1,5mg d’estradiol, en plus des excipients.

Les comprimés jaunes ne contiennent quant à eux pas d’hormones.

Les ingrédients non médicamenteux (excipients) sont par ailleurs les suivants :

Noyau:

  • Lactose monohydraté ;
  • cellulose microcristalline (E460) ;
  • crospovidone (E1201) ;
  • talc (E553b) ;
  • stéarate de magnésium (E572) ;
  • silice colloïdale anhydre.

Enrobage du comprimé pelliculé blanc:

  • Alcool polyvinylique (E1203) ;
  • dioxyde de titane (E171) ;
  • macrogol 3350 ;
  • talc (E553b).

Enrobage du comprimé (comprimés pelliculés placebo jaunes):

  • Alcool polyvinylique (E1203) ;
  • dioxyde de titane (E171) ;
  • macrogol 3350 ;
  • talc (E553b) ;
  • oxyde de fer jaune (E172) ;
  • oxyde de fer noir (E172).

Focus sur ses principes actifs

Le nomégestrol acétate est un progestatif : c’est une hormone issue d’un stéroïde naturellement présent dans le corps, la progestérone.

Ses effets sont anti-gonadotrope (hormones stimulant les ovaires), anti-estrogénique, anti-androgénique.

L’17β-estradiol est un estrogène naturel, similaire à celui que l’on trouve naturellement chez l’humain.

Zoely est-elle remboursée par la sécurité sociale ?

A l’image des autres contraceptifs oraux de 3e génération, ZOELY n’est pas remboursée par la Sécurité Sociale.

Posologie : comment prendre la pilule ZOELY ?

Les contraceptifs hormonaux combinés doivent leur efficacité à la régularité des prises.

Aussi est-il capital de bien savoir comment utiliser cette pilule.

Quel(s) dosage(s) ?

La posologie est simple : il suffit de prendre chaque jour un comprimé pendant 28 jours (24 comprimés actifs, et 4 placébos), puis, sans observer d’interruption, d’entamer une nouvelle plaquette de 28 comprimés.

Les pilules doivent être prises sensiblement à la même heure, au moment de votre choix, avec un peu d’eau si cela vous aide à bien l’avaler.

Afin de vous aider, d’éviter les oublis ou au contraire les surdosages, chaque plaquette est numérotée de 1 à 28, et dispose de 7 autocollants commençant par les différents jours de la semaine.

Lorsque vous initiez votre traitement :

  • Prenez le comprimé n°1, puis suivez le sens des flèches. Vous devez commencer votre traitement par les comprimés blancs, et finir avec les 4 comprimés jaunes.
  • Collez sur la ligne grise « Placez l’autocollant journalier ici » , l’autocollant correspondant à votre situation (si vous commencez un mardi, sélectionnez l’autocollant débutant par MAR). Si vous avez pris tous les cachets correctement, vous devrez entamer votre nouvelle plaquette le même jour d’un mois sur l’autre.

Les 4 derniers jours du cycle (correspondants à la prise des cachets jaunes), vous devriez voir apparaître des saignements ressemblant à des règles : les hémorragies de privation.

Elle débutent généralement 2 à 3 jours après la prise du dernier comprimé blanc actif, et durent quelques jours.

Il se peut qu’elles ne soient pas terminées lorsque vous devrez entamer une nouvelle plaquette : cela est tout à fait normal et ne doit pas vous conduire à retarder l’ouverture d’un nouveau cycle de 28 jours.

Il peut arriver que les « règles » ne surviennent pas. Pour en savoir plus, consultez la rubrique « Troubles du cycle ».

Quand commencer la prise de Zoely?

Une pilule minidosée est un médicament qui doit être pris avec l’accord express d’un médecin. Ce dernier vérifiera avant toute prescription vos antécédents médicaux ainsi que ceux de vos parents, sœurs etc…

Sachez que lorsque vous initiez votre traitement, et dans certaines situations d’oublis (voir Rubrique : « que faire en cas d’oublis »), vous ne serez protégée qu’au bout de 7 jours.

Il est nécessaire pendant ce laps de temps, d’avoir recours à une méthode de contraception non hormonale, dite « barrière ».

Ces mesures contraceptives complémentaires doivent exclure les moyens dits naturels : calendrier, température, observation des pertes vaginales, retrait.

Ils sont d’autant moins fiables qu’un traitement hormonal a une incidence sur la température corporelle et sur l’aspect de la glaire cervicale.

Vous n’aviez pas de contraceptif auparavant

Vous devez commencer à prendre votre pilule estroprogestative le premier jour de votre cycle, à savoir le 1er jour de vos règles.

Vous suiviez une autre méthode contraceptive estroprogestative

Regardons ensemble les cas de figures pour chaque méthode de contraception de cette catégorie:

  • Pilule minidosée :

Si la plaquette de votre ancienne contraception orale contenait 21 pilules, débutez ZOELY le lendemain de la prise du dernier cachet, sans observer de pause thérapeutique.

Si la prise de votre ancienne pilule s’étalait sur 28 jours, prenez le premier comprimé de ZOELY le jour suivant la prise du dernier comprimé actif de votre traitement précédent. En cas de doute, demandez conseil à votre pharmacien ou à votre médecin.

Au plus tard, vous pouvez commencer votre nouveau contraceptif à la fin des 7 jours d’interruption thérapeutique (plaquette de 21 pilule), ou le jour suivant la prise du dernier comprimé inactif de votre ancienne pilule (28 cachets).

  • Anneau vaginal ou patch

Le jour du retrait de l’anneau vaginal, ou du dispositif transdermique, initiez votre traitement par ZOELY.

Au plus tard, vous pouvez commencer à utiliser votre nouvelle pilule le jour prévu pour poser un nouvel anneau vaginal ou le patch suivant.

  • Contraception progestative seule (pilule microdosée, forme injectable, implant) Système intra-utérin (SIU) contenant un progestatif

Vous pouvez initier votre traitement par ZOELY à n’importe quel moment du cycle : prenez alors la première pilule de votre nouveau contraceptif le lendemain de la prise du dernier cachet de votre ancienne pilule.

Vous devrez avoir recours à une méthode de contraception complémentaire pendant les 7 premiers jours de prise de ZOELY.

Si vous utilisiez l’injection, vous devrez commencer votre pilule minidosée le jour prévu pour l’injection suivante.

Si aviez un implant ou un stérilet aux hormones (progestérone uniquement), le traitement par ZOELY doit être initié le jour du retrait.

Là encore, il est fortement recommandé d’utiliser une méthode de contraception mécanique durant la première semaine de traitement.

Vous avez avorté ou subi une fausse couche

Dans cette situation, il faut porter une attention particulière à la date de l’événement.

  • Fausse couche au premier trimestre

Si vous avez subi une fausse-couche ou avorté lors des trois premiers mois de votre grossesse, vous pouvez reprendre la pilule immédiatement.

Vous n’avez pas besoin de faire appel à d’autres moyens de contraception.

  • Fausse couche au deuxième trimestre

Les instructions sont identiques à celles formulées pour une prise post-partum (voir 3.2.4 : Après un accouchement »).

Après un accouchement

Si vous venez d’avoir un bébé, vous pouvez retrouver une contraception estroprogestative orale dans un délai de 21 à 28 jours après l’accouchement.

Vous ne serez couverte contre les grossesses non désirées qu’au bout de 7 jours : dans l’intervalle, prenez des précautions complémentaires.

Si vous avez fait l’amour avant d’avoir initié votre contraception, il se peut que vous soyez enceinte. Assurez vous que ce ne soit pas le cas, ou attendez vos prochaines règles (reportez-vous à la rubrique 3.2.1)

Quand arrêter?

Il est possible d’arrêter ZOELY à tout moment.

Toutefois, si vous ne désirez pas tomber enceinte, vous devez penser à vous protéger par un autre moyen de contraception. Discutez de la méthode la plus appropriée avec votre médecin.

Si vous souhaitez au contraire attendre un bébé, il est préférable de commencer les essais lors du cycle suivant.

Une grossesse survenant juste après l’arrêt de la pilule n’a pas de risques supplémentaires de mal se dérouler. En revanche, il sera plus difficile d’établir la date d’accouchement.

Que faire en cas d’oublis de Zoely ?

Les oublis de pilule peuvent en altérer l’efficacité contraceptive. Il convient donc de savoir comment réagir en cas d’omission.

Oubli de moins de 24h

Votre pilule est toujours fiable : prenez simplement le comprimé oublié aussi rapidement que possible après que vous ayez constaté votre oubli.

Puis, reprenez le cours de vos prises habituelles.

Oubli de plus de 24h

La fiabilité de votre contraceptif oral peut être remise en cause. Plus vous oubliez de comprimés, ou plus les pilules actives omises s’approchent du début ou de la fin de la plaquette, plus le risque de grossesse non désirée est grand.

  • L’oubli a lieu entre le 1er et 7e jour de la plaquette (comprimés blancs)

Si vous n’avez pas eu de relations sexuelles dans les 7 jours qui ont précédés votre oubli, prenez le cachet oublié dès que vous vous apercevez de votre omission, même si cela implique que vous en preniez deux en même temps.

Reprenez ensuite le rythme de vos prises habituelles, en utilisant une méthode de contraception complémentaire mécanique au cours de la semaine suivante.

Une mise en garde s’impose tout de même : si vous avez eu des rapports sexuels non protégés par une méthode barrière durant les 7 jours précédant votre oubli, ou si vous avez oublié plusieurs comprimés, il existe un risque de grossesse.

Dans ce cas, arrêtez votre plaquette, consultez votre médecin afin de vérifier que vous n’êtes pas enceinte.

  • L’oubli a lieu entre le 8e et 17E jour de la plaquette (comprimés blancs)

Prenez simplement le comprimé omis dès que vous vous en rendez compte, même si vous devez en prendre deux en même temps.

Reprenez ensuite votre pilule à l’heure habituelle, chaque jour jusqu’à la fin de la plaquette.

Si vous avez suivi la posologie correctement lors des 7 jours précédents votre oubli, vous n’avez pas besoin d’avoir recours à une autre méthode de contraception.

En revanche, si vous avez déjà oublié un comprimé de cette plaquette, vous devrez avoir recours à un autre moyen de protection mécanique jusqu’à ce que vous avez pris correctement les comprimés pendant 7 jours d’affilée.

  • L’oubli a lieu entre le 18e et le 24e jour de la plaquette (comprimés blancs)

Le risque de grossesse est réel et plus élevé à ce moment du cycle.

Deux options se présentent à vous si vous n’avez pas manqué de comprimés précédemment (dans le cas contraire, suivre uniquement l’option n°1)

Option n°1:

Dès que vous vous en apercevez, prenez le comprimé oublié. Vous pourrez en prendre deux de façon concomitante. Puis, suivez votre traitement à l’heure habituelle.

Le lendemain de la prise du dernier cachet blanc actif, entamez directement une nouvelle plaquette, sans observer la pause thérapeutique correspondant à la prise des cachets jaunes.

Si c’est le premier oubli de la plaquette, vous n’aurez pas besoin de vous protéger par une méthode mécanique (préservatif par exemple). Dans le cas contraire, vous devrez avoir recours à un moyen de contraception complémentaire non hormonal.

Vous constaterez certainement une absence de règles à la fin de la première plaquette et devrez certainement attendre la prise des comprimés jaunes de la seconde.

En revanche, il est possible que vous subissiez quelques pertes sanguines brunâtres, légères et intermittentes (spottings) dans l’intervalle.

Option n°2

Vous pouvez dès que vous vous en apercevez, arrêter de prendre les comprimés blancs actifs.

Vous devrez alors prendre au maximum 3 cachets jaunes, de manière à ce que votre oubli et la prise des cachets inactifs n’excèdent pas 4 jours.

A la fin de la prise des cachets placébo, vous pourrez entamer une nouvelle plaquette. Attention, veillez bien à reporter sur votre plaquette votre nouveau « premier jour » de prise. Il deviendra alors votre jour référence de début de traitement.

Si vous ne savez pas combien de cachets actifs blancs vous avez omis, suivez la première option, et protégez-vous durant 7 jours à l’aide d’une méthode mécanique tout en vous assurant de prendre le plus scrupuleusement possible votre pilule.

Contactez ensuite votre médecin car une grossesse est possible.

  • L’oubli a lieu entre le 24e et le 28e jour de la plaquette (comprimés jaunes)

Dans la mesure où ces comprimés ne sont pas actifs, oublier de les prendre ne porte pas à conséquence : ZOELY est toujours fiable.

Dans ce cas, laissez le comprimé non pris et retrouvez le rythme habituel de votre traitement.

***

Si vos règles venaient à manquer, que vous avez eu une conduite à risque et que vous suspectez une grossesse, interrogez votre médecin sur la conduite à tenir. En attendant, abstenez vous de prendre votre pilule et utilisez une autre méthode de type préservatif ou diaphragme.

Vous avez subi des troubles gastro-intestinaux

Si vous avez souffert ou souffrez de vomissements sévères ou d’une diarrhée importante, les principes actifs de votre pilule peuvent avoir été absorbés de manière incomplète.

Cette situation revient à avoir oublié une pilule. Prenez donc immédiatement le comprimé manquant d’une plaquette de réserve, dans les 24 heures suivant votre dernière prise si possible. Puis reprenez votre traitement au rythme habituel.

Si cela n’est pas possible, ou si vous avez souffert de troubles gastriques pendant plus de 24 heures, vous devez vos rapporter à la rubrique « que faire en cas d’oubli de plus de 24h ».

Sachez que ces conseils ne sont valables que pour les comprimés blancs. Si la malabsorption ne concerne que les comprimés jaunes, la fiabilité de votre contraceptif oral combiné est préservée.

Que faire en cas de surdosage ?

Vous avez pris plus de ZOELY que vous ne deviez ou vous en suspectez quelqu’un de votre entourage : rassurez-vous. Les études ont démontré que l’ingestion par une femme d’une dose allant jusqu’à 5 fois la dose quotidienne recommandée n’avait pas d’incidences graves sur la santé.

Vous pourrez toutefois ressentir des symptômes gênants tels que nausées, vomissements.

Les jeunes filles pré-pubères pourraient avoir des saignements vaginaux de faible intensité.

Si toutefois vous pensez qu’un jeune enfant a consommé certaines de vos pilules, prenez conseil auprès de votre pharmacien, de votre médecin ou du service d’urgence pédiatrique le plus proche de votre localisation.

Les précautions d’usage de Zoely

Comme tout médicament, quelques recommandations sont à prendre en considération pour un traitement en toute sécurité.

Conduite de voitures et utilisation de machines

Il n’a pas été établi qu’un effet négligeable sur votre capacité à conduire des véhicules ou utiliser des machines pouvait exister.

Régime alimentaire

Les traitements hormonaux ne font pas grossir. En revanche, ils peuvent « ouvrir » l’appétit de celles qui les suivent.

Il est donc important de conserver ou d’acquérir une bonne hygiène alimentaire et de veiller à ne pas augmenter les proportions de ses repas.

En revanche, si vous souffrez d’une intolérance à certains sucres, contactez votre médecin avant de prendre cette pilule. Elle contient en effet du lactose.

ZOELY et infections sexuellement transmissibles (IST)

Attention ! Rien ne serait plus faux que vous croire protégée contre les maladies sexuellement transmissibles, en particulier contre l’infection par le VIH, en prenant ZOELY.

Pour apprendre plus sur les MST et IST, cliquez ici.

Stockage et conservation

Ce médicament contient des principes actifs à prendre suivant une posologie précise. Veillez à ce que les enfants ne puissent pas y avoir accès. Gardez donc vos pilules hors de la vue et de la portée des plus jeunes.

Ce médicament possède une date de péremption : ne l’utilisez pas lorsque celle-ci est dépassée. Elle fait par ailleurs référence au dernier jour du mois indiqué.

Aucune précaution de conservation n’est nécessaire. Gardez-les tout de même dans un endroit propre et sec.

Ce médicament ne doit pas être jeté au tout à l’égout ou aux ordures ménagères. Les pilules dont vous n’avez plus besoin peuvent être reprises par votre pharmacien.

Ce dernier fera en sorte que les comprimés soient détruits de manière à réduire l’impact sur l’environnement. Faites un geste pour notre planète !

Risques, dangers et effets secondaires de Zoely

ZOELY est un médicament et en tant que tel, sa prise engendre des risques potentiels qu’il convient de connaître. Vous pourrez alors réagir de la meilleure des manières si vous veniez à y être confrontée.

En tout état de cause, à la moindre modification de votre santé, arrêtez immédiatement de prendre votre contraceptif oral et consultez au plus vite votre médecin.

Si vous ressentez un effet secondaire, qu’il soit ou non dans la liste qui suit, n’hésitez pas à le déclarer via le système national de déclaration.

Cela participe à améliorer la sécurité autour des médicaments.

Pilule Zoely: les effets secondaires

Les effets secondaires sont associés à la prise du médicament sans pour autant être désirés en première intention.

Souvent bénins, bien que gênants, ces symptômes peuvent parfois être graves et vous mettre en danger.

Effets indésirables très fréquents

Plus d’une femme sur 10 rencontre les symptômes suivants :

  • Acné ;
  • Absence ou irrégularité des règles.

Effets indésirables fréquents

De 1 à 10 femmes sur 100 ressentent ces effets secondaires

  • Baisse de la libido ;
  • Dépression / humeur dépressive ;
  • changements d’humeur ;
  • maux de tête ou migraine ;
  • nausées (envie de vomir) ;
  • règles abondantes ;
  • douleur dans les seins ;
  • douleur / lourdeur dans le bas du ventre ;
  • prise de poids.

Effets indésirables peu fréquents

Chez 1 à 10 femmes sur 1000, la prise de ZOELY a ces effets secondaires :

  • augmentation de l’appétit ;
  • rétention d’eau (œdème) ;
  • bouffées de chaleur ;
  • abdomen gonflé ;
  • augmentation de la transpiration ;
  • perte de cheveux ;
  • démangeaisons ;
  • peau sèche ;
  • peau grasse ;
  • lourdeur des membres ;
  • règles régulières mais très peu abondantes ;
  • augmentation du volume des seins ;
  • grosseur dans le sein ;
  • production de lait en l’absence de grossesse ;
  • syndrome prémenstruel ;
  • douleur pendant les rapports sexuels ;
  • sécheresse du vagin ou de la vulve ;
  • spasmes de l’utérus ;
  • irritabilité ;
  • augmentation des enzymes du foie.

Effets indésirables rares :

Pour 1 à 10 femmes sur 10 000, la prise de cette pilule iduit les effets suivants :

Caillots sanguins dans une veine ou une artère, par exemple :

  • dans une jambe ou un pied (thrombose veineuse profonde, TVP),
  • dans un poumon (embolie pulmonaire, EP),
  • crise cardiaque,
  • accident vasculaire cérébral (AVC),
  • mini-AVC ou symptômes temporaires de type AVC, connus sous le nom d’accident ischémique transitoire (AIT),
  • caillots sanguins dans le foie, l’estomac/l’intestin, les reins ou un œil ;

Mais également :

  • diminution de l’appétit ;
  • augmentation de l’appétit sexuel ;
  • troubles de l’attention ;
  • sécheresse des yeux – intolérance aux lentilles de contact ;
  • sécheresse de la bouche ;
  • taches de pigmentation brun doré, principalement sur le visage (masque de grossesse) ;
  • pousse excessive des poils ;
  • odeur vaginale ;
  • inconfort au niveau du vagin ou de la vulve ;
  • faim ;
  • maladie de la vésicule biliaire.

De vives réactions allergiques ont été signalées par des utilisatrices de ce contraceptif hormonal.

Cependant, il n’est pas possible d’établir des statistiques fiables au vu de leur nombre très limité.

Focus sur le risque cardio-vasculaire

Le risque d’apparition d’un caillot sanguin est réputé plus important chez les utilisatrices de contraceptifs oraux combinés que chez les femmes n’utilisant pas de contraceptifs ou ayant recours à une autre méthode de contrôle des naissances.

5 à 7 femmes sur 10.000 prenant un contraceptif hormonal combiné formulé à partir du lévonorgestrel, de la noréthistérone ou du norgestimate, développeront un caillot sanguin sur une période d’un an, contre 2 sur 10.000 chez les femmes non enceintes qui ne prennent pas de contraceptifs oraux.

Rares, les caillots sanguins peuvent, dans les cas les plus graves, bloquer des vaisseaux sanguins et laisser des séquelles handicapantes, voire conduire à la mort.

Sachez que vous êtes le plus exposée au risque lorsque vous initiez une contraception par pilule estroprogestative, et ce pendant toute la durée de la première année d’utilisation.

Le risque est également présent plus fortement lorsque vous reprenez une contraception hormonale orale après une pause d’au moins 4 semaines.

Les caillots peuvent apparaître :

  • Dans une veine (« thrombose veineuse» ou  de  « thrombo-embolie veineuse» [TEV]) ;
  • Dans une artère (« thrombose artérielle» ou  de  « thrombo-embolie artérielle» [TEA]).

Faire le point sur les facteurs de risque cardio-vasculaires

Nous ne sommes pas toutes égales face au risque cardio-vasculaires : certains antécédents médicaux l’augmentent sans que l’on n’y puisse rien, tandis que d’autres facteurs peuvent être résorbés.

Focus sur le risque de cancers

Chez les femmes utilisant un contraceptif oral, le risque de connaître un cancer du sein est supposé plus important, bien que le lien de cause a effet n’a pas pu être formellement établi.

Il est possible qu’en raison de leur suivi médical plus étroit, les femmes sous pilules estroprogestatives soient diagnostiquées plus fréquemment.

Au moindre constat de grosseur au niveau de votre poitrine, consultez sans tarder et arrêtez votre pilule.

Chez les utilisatrices de pilules contraceptives, il a été constaté dans de rares cas des tumeurs hépatiques (du foie) bénignes, ou malignes (cancéreuses) dans de plus rares cas encore.

Si vous ressentez subitement une très vive et inhabituelle douleur abdominale, consultez votre médecin.

Enfin, il apparaît que la fréquence du cancer du col de l’utérus soit plus importante chez les femmes sous contraceptif oral combiné que chez les femmes utilisant une autre méthode de contrôle des naissances.

Toutefois, le lien de causalité n’a pas été prouvé de façon certaine.

Focus sur les troubles du cycle liés à Zoely

  • Absence de règles

Les saignements mensuels, ou hémorragies de privation, apparaissent généralement 2 à 3 jours après l’arrêt des comprimés actifs et durent habituellement 3 ou 4 jours.

Toutefois, une absence de pertes sanguines peut être constatée, sans qu’une grossesse ait débuté pour autant. Les essais cliniques font état de cette situation dans 18% à 32% des cycles.

Si vous ne voyez pas vos règles arriver, mais que vous avez par ailleurs correctement pris votre pilule, si vous n’avez pas connu de troubles gastro-intestinaux, ou si vous n’avez pas pris d’autres médicaments, il n’y a pas lieu de redouter une grossesse non désirée.

Toutefois, si vos règles viennent à manquer deux cycles consécutifs, vérifiez votre état avant de poursuivre le traitement.

  • Spottings

Très fréquentes les premiers mois d’utilisation, des pertes sanguines irrégulières et de faible intensité peuvent survenir avec la prise d’un contraceptif oral combiné.

Ces saignements ne doivent pas vous conduire à arrêter votre traitement.

En règle générale, ces saignements inattendus disparaissent au bout de trois mois, lorsque votre organisme s’est habitué au traitement.

S’ils persistent au delà de 3 mois, ou s’ils surviennent alors que vous ne les aviez pas constaté à l’initiation de votre contraception, contactez votre médecin.

Zoely: contres-indications

Certaines situations ou état de santé ne permettent pas de prendre ce contraceptif hormonal ou seulement sous certaines conditions.

Si vous développez une des pathologies suivantes en cours de traitement, stoppez le immédiatement et consultez votre médecin.

N’oubliez pas de prendre d’autres précautions pour éviter de tomber enceinte.

Pathologies excluant la prise d’un contraceptif hormonal

Si vous souffrez des pathologies suivantes, la prise de cette pilule vous est formellement déconseillée :

Il faut d’abord porter une attention particulières aux maladies suivantes, pouvant augmenter le risque de caillots sanguins dans vos artères :

  • diabète sévère avec atteinte des vaisseaux sanguins,
  • pression artérielle très élevée,
  • taux très élevés de graisses dans le sang (excès de cholestérol ou triglycérides),
  • maladie appelée hyperhomocystéinémie ;

Les pathologies suivantes sont également concernées:

  • Caillot sanguin passé ou présent ;
  • Trouble de la coagulation sanguine (déficit en protéine C, un déficit en protéine S, un déficit en antithrombine III, une mutation du facteur V de Leiden ou la présence d’anticorps anti-phospholipides ;
  • crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral présents ou passés ;
  • angine de poitrine ancienne ou présente ;
  • accident ischémique transitoire (AIT) présent ou passé ;
  • migraine avec aura passée ou présente ;
  • inflammation du pancréas (pancréatite) associée à des taux de graisses élevés dans le sang ;
  • maladie du foie sévère et que votre foie n’a pas encore retrouvé un fonctionnement normal ;
  • tumeur du foi passée ou présente, même bénigne ;
  • cancer du sein ou des organes génitaux passé, présent ou suspecté ;
  • saignements vaginaux inexpliqués ou abondants inhabituels ;
  • allergie à l’estradiol ou au nomégestrol acétate, ou à l’un des autres composants contenus dans ce médicament – symptômes d’un angiœdèmede Quincke, tels qu’un gonflement du visage, de la langue et/ou de la gorge, et/ou des difficultés à déglutir ou une urticaire accompagnée de difficultés à respirer.

Situation réclamant un suivi médical particulier

  • Si vous devez être immobilisée ou opérée, demandez conseil à votre médecin. Ce dernier vous recommandera peut être de suspendre votre traitement jusqu’à ce que vous retrouviez votre mobilité.
  • angiœdème héréditaire : les produits contenant des estrogènes peuvent provoquer ou aggraver les symptômes d’un angiœdème ;
  • cancer du sein chez l’un de vos proches ;
  • épilepsie ;
  • maladie du foie (par exemple, une jaunisse) ou de la vésicule biliaire (par exemple, des calculs biliaires) ;
  • diabète ;
  • dépression ;
  • maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique (maladies inflammatoires chroniques des intestins) ;
  • lupus érythémateux disséminé (LED) (une maladie qui affecte vos défenses naturelles) ;
  • syndrome hémolytique et urémique (SHU) (un trouble de la coagulation sanguine qui entraîne une défaillance des reins) ;
  • drépanocytose (maladie héréditaire qui touche les globules rouges) ;
  • taux élevés de graisses dans le sang (hypertriglycéridémie) ou des antécédents familiaux de ce trouble. L’hypertriglycéridémie a été associée à une augmentation du risque de pancréatite (inflammation du pancréas) ;
  • inflammation des veines situées sous la peau (thrombophlébite superficielle) ;
  • varices ;
  • maladie apparue pour la première fois ou aggravée pendant une grossesse ou une utilisation antérieure d’hormones sexuelles (par exemple, perte d’audition, porphyrie, herpès gestationnel, chorée de Sydenham ;
  • chloasma ou «masque de grossesse», taches de pigmentation brunes/jaunâtres, particulièrement sur le visage : évitez de vous exposer au soleil ou en cabine UV.

En post partum immédiat, le risque de développer un caillot sanguin est accru. Veillez donc à suivre les conseils de votre médecin concernant la reprise d’une contraception par pilule estroprogestative.

Age et tabagisme

Tabagisme et contraception orale ne font pas bon ménage. En effet, fumer est un facteur de risque aggravant les risques cardiovasculaires.

Passé 35 ans, votre gynécologue vous conseillera probablement un mode de contraception plus adéquate.

Grossesse

Un contraceptif n’a pas lieu d’être lorsque vous êtes enceinte.

Cependant, si vous tombez enceinte alors que vous prenez la pilule, sachez que le risque que votre grossesse soit pathologique ou que le fœtus porte une malformation n’est pas plus élevé que si elle était survenue en absence de contraception.

Vous devez néanmoins cesser d’utiliser votre pilule dès que vous prenez conscience de votre état et en discuter avec votre médecin.

Allaitement

Il est peu recommandé de prendre ZOELY lorsque vous allaitez, ses substances actives passant dans le lait maternel et pouvant altérer la santé de votre enfant.

Si vous prévoyez d’allaiter, demandez conseil en amont à votre médecin, afin d’opter pour une contraception plus adaptée.

Interactions médicamenteuses

ZOELY et certains médicaments ne peuvent pas être pris concomitamment :

  • Certains médicaments peuvent amenuiser la sécurité contraceptive de votre contraceptif oral.

Dans ce cas, votre médecin vous prescrira peut être un autre médicament. Il peut également vous indiquer si une contraception mécanique complémentaire doit être adoptée, et pour combien de temps.

  • Ce dernier peut amoindrir les propriétés curatives de vos médicaments.

Informez votre médecin de toute prise médicamenteuse (sur ordonnance ou non) avant qu’il vous prescrive ZOELY. De la même manière, prévenez le de votre méthode de contraception lorsqu’il vous délivre une ordonnance pour un médicament.

Sont concernés les médicaments utilisés pour traiter :

  • épilepsie : par exemple, primidone, phénytoïne, phénobarbital, carbamazépine, oxcarbazépine, topiramate, felbamate, lamotrigine ;
  • tuberculose : rifampicine ;
  • infection par le VIH : rifabutine, ritonavir, éfavirenz ;
  • infection par le virus de l’hépatite C : bocéprévir, télaprévir ;
  • autres maladies infectieuses : par exemple griséofulvine ;
  • hypertension artérielle pulmonaire : bosentan ;
  • médicaments à base de millepertuis ;
  • médicaments antifongiques contenant du kétoconazole.

Tests biologiques

Certains résultats d’analyse peuvent être perturbés par la prise d’un contraceptif hormonal.

Indiquez à votre médecin ou au laboratoire d’analyse votre méthode de contrôle des naissances avant vos analyses de sang ou d’urine.

Avis et témoignages des utilisatrices de ZOELY

Si les utilisatrices de ZOELY se disent satisfaites de l’efficacité contraceptive de ZOELY, ainsi que des impacts limités sur leur santé (risque moindre de problèmes sanguins par exemple), elles sont cependant nombreuses à se plaindre d’effets secondaires gênants :

  • Acnés : plus de 15% des femmes seraient concernées ;
  • Prise de poids : plus de 8% des femmes auraient grossit ;
  • Anomalies des hémorragies de privation : environ 10% des femmes.

Guide d’achat de la pilule Zoely

Avanat d’acheter un médicament, il est nécessaire de bien s’informer. C’est pour cette raison que nos professionnels de la santé ont préparé ce guide d’achat complet, concernant la pilule contraceptive Zoely.

En suivant ces informations, vous pourrez éviter les risques sur votre santé… et les arnaques!

Où acheter Zoely?

ZOELY est commercialisée en pharmacie, délivrée uniquement sur ordonnance.

Or, il peut parfois être contraignant de prendre rendez-vous avec son médecin pour un simple renouvellement d’ordonnance.

Achetez votre pilule en ligne peut alors être le choix de l’efficacité. Toutefois, faites attention aux sites vous proposant à l’achat des pilules contraceptives sans prescription : leurs produits sont la plupart du temps périmés ou contrefaits.

Treated est une pharmacie en ligne certifiée à travers toute l’Europe. Suite à l’envoie d’un questionnaire, analysé par des médecins sérieux, vous pourrez recevoir une e-prescription et procédez à l’achat on-line.

A quel prix ?

ZOELY ne bénéficie pas de remboursement par la Sécurité Sociale et son prix est libre : chaque pharmacie peut fixer le prix de vente à sa guise.

Treated.com propose un traitement pour 3, 6, 9 ou 12 mois, la fourchette de prix s’étalant de 96,99 euros à 240,99 euros.

FAQ

  • « Comment faire pour retarder mes règles ? »

Si vous ne prenez pas les comprimés jaunes et commencez directement une nouvelle plaquette, il est possible de retarder l’apparition des hémorragies de privation.

En revanche, vous pourrez au cours du second cycle avoir des spottings.

  • « Comment faire pour modifier le jour d’arrivée de mes règles ? »

Vous pouvez arrêter de prendre les comprimés actifs de votre plaquette avant l’heure et prendre les 4 comprimés placebos. 2 à 3 jours après la prise du dernier comprimé actif, vos règles devraient apparaître.

N’oubliez pas d’entamer une nouvelle plaquette le lendemain de la prise du dernier comprimé jaune.