Méliane

Méliane (Femodette, Carlin): posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

En France, on est adepte de la pilule contraceptive : voici comment pourraient se résumer les conclusions d’une étude statistique, menée en 2013 (source).

Appelées à se prononcer sur leur moyen de contraception préféré, plus de 36% des françaises déclaraient privilégier la pilule seule, contre 22% en faveur du préservatif. Ce qui fait de la méthode hormonale orale la première des protections contre les grossesses non désirées.

Fiabilité, simplicité et facilité d’accès ont largement contribué à faire le succès de ce mode de contraception.

Issue des laboratoires Bayer, un des leaders pharmaceutiques mondiaux, la pilule Méliane (aussi appelée Femodette, Efezial, Carlin ou Harmonet) peut revendiquer une fiabilité flirtant avec les 100%.

Tour d’horizon de cette pilule minidosée, tenant son efficacité de deux principes actifs combinés : l’Ethinylestradiol et le Gestodene.

Comment fonctionne la pilule Méliane (Carlin, Harmonet) ?

La Méliane, pilule contraceptive orale combinée microdosée, est produite et commercialisée par un des leaders mondiaux parmi les laboratoires pharmaceutiques, le groupe Bayer. Autorisée et mise sur le marché en 1995, la pilule Méliane est dite de 3ème génération : elle tire son efficacité de l’association de deux hormones synthétiques, l’Ethinylestradiol et le Gestodene.

Le fonctionnement de la pilule Méliane, comme celui d’autres contraceptifs oraux oestroprogestatifs, repose sur la connaissance du cycle menstruel de la femme : c’est en contrecarrant chaque étape amenant à la potentielle fécondation et nidation d’un ovule dans l’utérus que la Méliane prévient le risque d’une grossesse naturelle.

L’Ethinylestradiol et le Gestodene vont tout d’abord « duper » le corps de la femme, en lui faisant croire qu’il a déjà ovulé.

Chaque mois, en l’absence de méthode contraceptive hormonale, l’un des ovaires de la femme va libérer un ovule : c’est l’ovulation. A l’origine de cette libération, un signal hormonal : la baisse du taux d’estrogènes et de progestérones dans le corps.

En maintenant ces taux constants, Méliane endort donc la fonction ovulatoire des ovaires. En l’absence d’ovule à féconder, la conception est par conséquent impossible.

L’Ethinylestradiol et le Gestodene vont ensuite modifier la consistance d’une muqueuse indispensable à la bonne implantation d’un ovule fécondé dans l’utérus : l’endomètre.

En altérant la qualité de ce dernier, en l’épaississant plus précisément, la pilule Méliane corrompt le succès de la nidation et dégrade les chances qu’un embryon puisse « s’accrocher » correctement.

Enfin, l’Ethinylestradiol et le Gestodene vont épaissir et assécher les fluides naturellement présents dans le vagin d’une femme. Ce qu’on appelle la glaire cervicale est normalement un allier primordial des spermatozoïdes dans leur cheminement vers l’ovule à féconder.

En présence de cette contraception hormonale, les gamètes mâles perdent leur atout mobilité ainsi qu’une source de nutrition.

Composition de la pilule Méliane (Carlin, Harmonet)

Associant deux hormones de synthèse imitant l’action d’hormones naturelles nécessaires au processus de reproduction des humaines, cette contraception est dite « contraceptive hormonale combinée ».

Focus sur les principes actifs de la pilule Méliane : l’Ethinylestradiol et le Gestodene

Les deux ingrédients médicamenteux de la Méliane sont l’Ethinylestradiol et le Gestodene. Un comprimé contient 0,075mg de Gestodene et 0,020mg d’Ethinylestradiol.

Dérivé de synthèse de l’estradiol, l’Ethinylestradiol est un stéroïde oestrogénique de synthèse, actif par voie orale. Il active les récepteurs d’estrogènes (signal hormonal en lien avec l’ovulation), stimulant leur production.

Le Gestodene, quant à lui, est une hormone stéroïdienne stimulant l’action et la production de la progestérone, essentielle à la bonne constitution de l’endomètre.

Ils vont tour à tour entrer en action pour endormir les stimuli hormonaux susceptibles de provoquer l’ovulation, modifier la consistance de l’endomètre et entraver la nidation (c’est à dire l’implantation d’un ovule fécondé dans l’utérus), et enfin gêner la progression des spermatozoïdes en épaississant les fluides présents naturellement dans la cavité vaginale et l’utérus. (Voir supra : comment fonctionne la pilule).

Excipients

Voici la liste des ingrédient de cette pilule, considérés comme non-médicamenteux :

  • Lactose monohydraté
  • amidon de maïs
  • polyvidone
  • stéarate de magnésium
  • saccharose
  • macrogol 6 000
  • carbonate de calcium
  • talc
  • cire de lignite

Méliane, Carlin 20, Harmonet/Fenodette : quelles différences ?

Les pilules de 3ème génération Méliane, Carlin 20 et Harmonet (autrement appelée Fenodette) ont rigoureusement les mêmes principes actifs dans des proportions strictement identiques.

Seules une variation extrêmement minime des excipients, c’est à dire des ingrédients qui n’ont aucune valeur médicale, peut être constatée.

En détail : Carlin 20 est ce qu’on appelle un médicament générique. Selon la réglementation en vigueur, la pilule Carlin 20 est conçue à partir des molécules Ethinylestradiol et Gestodene, qui ont été autorisées, mises sur le marché et dont le brevet d’exploitation est tombé dans le domaine public.

La pilule oestroprogestative Carlin 20 respecte, par ailleurs, comme tous les médicaments génériques, la formulation et le dosage d’ingrédients actifs du médicament d’origine (ici la Méliane).

La pilule Harmonet quant à elle, également connue sous le nom commercial de Fenodette, est un produit du groupe pharmaceutique Pfizer.

Tout comme la Méliane, la pilule Harmonet a été autorisée et mise sur le marché en 1995. Produites par deux laboratoires différents, Méliane et Harmonet sont en revanche en tout point identiques médicalement parlant.

Pour qui ? Quels sont les avantages de la pilule Méliane ?

Cette pilule (et sa version générique, Carlin) est très accessible : toutes les femmes présentant des signes de fertilité, souhaitant se protéger d’une grossesse non désirée, peuvent, après avis médical, suivre ce traitement.

Cependant, tout traitement hormonal, quel qu’il soit, peut potentiellement avoir des répercutions graves sur la santé d’une femme dont les antécédents médicaux personnels, ou familiaux, sont autant de facteurs de risques de développer certaines pathologies.

Aussi, Méliane (et sa version identique, Harmonet) n’est pas recommandé aux femmes ayant eu :

  • thrombose
  • embolie pulmonaire
  • infarctus ou un accident vasculaire cérébral (AVC)
  • maladie pouvant favoriser la survenue d’une crise cardiaque
  • diabète sous certaines conditions
  • hypertension artérielle
  • cholestérol
  • troubles de la coagulation sanguine
  • inflammation du pancréas
  • affection du système hépatique (tumeur)
  • cancer du sein ou de l’appareil génital
  • saignements vaginaux inexplicables
  • allergies aux composants de la pilule

Par ailleurs, les femmes souffrant des affections suivantes devront faire l’objet d’un suivi médical très étroit pour bénéficier d’une contraception à base de Méliane :

  • dépression
  • maladie de Crohn ou une recto­colite hémorragique
  • syndrome urémique hémolytique
  • drépanocytose
  • épilepsie
  • lupus érythémateux disséminé́
  • perte auditive durant la grossesse
  • porphyrie durant la grossesse
  • herpès gestationnel
  • chloasma
  • angiœdème

Par ailleurs, la pilule contraceptive, pour conserver son efficacité, demande une certaine rigueur de la part de l’utilisatrice. Certains styles de vie peuvent donc être en contradiction avec ce besoin de régularité.

Enfin, comme tout autre dispositif de contraception hormonal, la pilule Méliane ne protège pas des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) et en particulier de type infections au VIH (SIDA). Si votre vie sexuelle est plutôt libérée, privilégiez le préservatif, masculin comme féminin.

C’est pourquoi, avant toute prescription, votre médecin traitant ou votre gynécologue, vous interrogera sur votre état de santé, celle de vos proches. Il pratiquera quelques vérifications élémentaires (tensions, rythme cardiaque) et pourra demander des examens médicaux complémentaires s’il les juge nécessaires (mammographie, prise de sang, frottis).

Cet entretien déterminera si un contraceptif hormonal oral en général, et la Méliane (Carlin, Harmonet) en particulier, correspond à vos besoins et est compatible avec votre état de santé.

Sachez que, si vous et votre médecin optez pour cette pilule, sa fiabilité approche des 100%, si la pilule fait l’objet d’une prise scrupuleuse. Sa prise, simple et régulière (voir infra, section posologie), permet donc d’écarter tout risque de grossesse non-désirée.

Les laboratoires de recherche du groupe Bayer l’ont créée, et produisent toujours cette pilule. Ce traitement bénéficie donc du sérieux et de la renommée de ce groupe pharmaceutique mondialement reconnu.

Enfin, de nombreuses femmes affirment que ce mode de contraception aurait un effet positif sur les symptômes ressentis juste avant les règles : maux de ventre, sautes d’humeur passagères, boutons, migraines, poitrine gonflée…

D’autre part, la régularité des règles obtenue grâce à la pilule Méliane, l’affaiblissement du flux, et l’amoindrissement des crampes abdominales durant les premiers jours de règles, constituent également des avantages non négligeables.

Précaution d’emploi

Bien que la Méliane soit facile d’accès et d’une utilisation simple, il convient tout de même de respecter certaines règles, propices à l’efficacité sans faille de ce contraceptif oral.

  • Ce mode de contraception doit être pris régulièrement et conformément à son mode d’emploi (voir infra : comment prendre la Méliane).
  • L’alcool ne constitue pas intrinsèquement une contrindication. Toutefois, l’alcool perturbant vos réflexes et votre mémoire consciente, sachez que les oublis sont plus fréquents lorsque vous en consommez. De même, la prise excessive d’alcool peut conduire à des vomissements, qui peuvent entraver l’absorption complète des hormones. Or, seule la prise sans accrocs de la pilule vous offre une protection quasi parfaite contre les grossesses non désirées. Veillez donc à modérer votre consommation d’alcool.
  • Si une intolérance à certains sucres vous a été diagnostiquée, parlez en au médecin susceptible de vous prescrire la Méliane. Certains de ces sucres (saccharose) font partie des excipients (voir supra).
  • Il vous sera déconseillé d’utiliser la Méliane si vous êtes intolérante au galactose, si vous souffrez d’un déficit en lactase de Lapp ou d’un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares). En effet, cette pilule contient du lactose.
  • Une intervention chirurgicale programmée doit également faire l’objet d’un signalement à votre médecin ou votre gynécologue. Ces derniers pourront vous conseiller de suspendre votre traitement, si vous êtes immobilisée longtemps, en raison des risques de thrombose (voir infra).

Pilule, grossesse et allaitement

Un traitement hormonal n’a pas lieu d’être en cas de grossesse : aussi, si vous suspectez d’être enceinte, ou si votre grossesse est confirmée, suspendez la prise de votre pilule.

De même, si vous avez un doute, vérifiez votre état le plus rapidement possible en faisant un test de grossesse. Dans l’intervalle, avant même d’avoir les résultats, renoncez à la prise d’un contraceptif hormonal.

Si vous projetez de procréer, et que vous avez arrêté la pilule, il est recommandé d’attendre survenue des premières règles naturelles avant d’abandonner toute méthode de contraception.

Toutefois, sachez que la découverte d’une grossesse sous pilule, ou le premier mois suivant l’arrêt, n’a aucune incidence sur le fœtus et ne nécessite pas une IVG (interruption volontaire de grossesse).

Si vous allaitez ou projetez de le faire, la Méliane est généralement déconseillée. Une autre méthode contraceptive, éventuellement orale, pourra vous être indiquée par votre médecin ou votre gynécologue.

Saignements entre les règles

Durant les premiers mois du traitement par la Méliane, l’utilisatrice peut constater des saignements entre les règles, c’est à dire, en dehors de la semaine de pause.

Si toutefois ces saignements venaient à persister, ou s’ils apparaissaient au bout de quelques mois, il est fortement recommandé d’en informer votre médecin ou gynécologue. Ce dernier poussera les investigations pour en connaître l’origine.

Stockage et conservation

La pilule contraceptive est un médicament, elle contient des principes médicamenteux actifs.

Elle se doit donc d’être stockée et conservée hors de la vue et de la portée des enfants.

Une date de péremption est inscrite sur les plaquettes de la Méliane. Pour des questions de fiabilité, n’utilisez pas une plaquette de pilules dont la date de péremption est dépassée.

Enfin, un contraceptif hormonal libère, comme son nom l’indique, des hormones. Faites un geste pour la planète et l’environnement, confiez vos plaquettes/pilules non utilisées à votre pharmacien et ne les jetez pas au tout à l’égout ou aux ordures ménagères.

Quand et comment prendre la pilule Méliane (Carlin, Harmonet)?

La pilule contraceptive Méliane se présente sous une forme standard : une plaquette contient 21 comprimés.

La pilule Méliane s’administre par voie orale : à heure fixe, prenez votre comprimé journalier avec un grand verre d’eau. Les comprimés ne doivent pas être ni mâchés ni coupés : avalez-les dans leur globalité d’un seul coup.

Posologie de Méliane (Carlin, Harmonet)

La posologie de la Méliane est simple : durant 21 jours consécutifs, soit 3 semaines, sensiblement à la même heure chaque jour, prenez votre comprimé journalier.

Puis, pendant 7 jours, observez une pause. Vous devriez voir apparaître des saignements, semblables à des règles, dans les 2/3 jours suivants cet arrêt momentané.

Même si ces saignements dits « hémorragies de privation » n’ont pas encore cessé, vous devez commencer une nouvelle plaquette de 21 pilules au terme de ces 7 jours.

L’utilisation d’un autre moyen de contraception n’est pas nécessaire durant ces 7 jours de pause. Si vous avez pris correctement votre pilule le cycle précédent, vous serez parfaitement protégée.

Vous entamerez une plaquette toujours le même jour de la semaine. Si vous avez pris votre première pilule un lundi, vous arriverez au terme de votre plaquette un dimanche et commencerez donc une nouvelle plaquette un lundi, après avoir observé un arrêt d’une semaine.

La Méliane (connue sous ses autres noms Carlin, Harmonet) est parfaitement efficace chez les utilisatrices suivant parfaitement la posologie et le mode d’emploi : autant que faire ce peut, évitez les oublis, soyez ponctuelle dans votre prise, n’attendez pas la fin des saignements avant de reprendre une nouvelle plaquette…

Quand commencer à prendre Méliane?

Si vous prenez pour la première fois un contraceptif oral ou recommencez la pilule après une période de pause, il vous sera recommandé d’entamer votre plaquette de Méliane le premier jour de vos prochaines règles.

Vous serez ainsi protégée d’une grossesse non désirée dès le début du traitement.

Si vous abandonnez un autre contraceptif hormonal estroprogestatif pour prendre la Méliane, voici la marche à suivre :

Vous preniez d’autres contraceptifs oraux combinés :

  • Votre ancienne pilule se présentait sous forme de plaquette de 21 comprimés : enchainez deux plaquettes. Dès la fin de la plaquette de votre ancienne pilule, prenez le 1er comprimé de Méliane sans observer les 7 jours de pause.
  • Votre ancienne pilule se présentait sous forme de plaquette de 28 comprimés : si possible, commencez la plaquette Méliane lorsque vous avez pris tous les comprimés actifs de votre ancienne plaquette, c’est à dire les 21 premiers comprimés. Au plus tard, prenez le premier comprimé de Méliane le jour suivant la prise du dernier cachet (inactif) de votre ancienne plaquette. N’observez surtout pas de pause entre la fin de votre ancienne plaquette et la reprise de votre plaquette de Méliane. Vous seriez susceptible de ne pas imméditement bénéficier de ces effets contraceptifs.

Vous aviez recours à un anneau vaginal ou à un patch :

  • Vous changez l’anneau ou le patch : prenez le 1er comprimé de Méliane le jour du retrait. Au plus tard, vous pourrez entamer votre plaquette le jour prévu pour la nouvelle pose.

Si vous souhaitez changer de méthode de contraception, en passant d’une méthode progestative seule à la pilule Méliane, voici la marche à suivre :

En préambule, attention ! Quelle que soit la méthode progestative que vous aviez choisie auparavant (voir ci-dessous), vous devrez utiliser une autre méthode contraceptive, de préférence une méthode mécanique, parallèlement à la prise des 7 premiers comprimés.

Lorsque vous débuterez votre plaquette de Méliane, vous ne serez en effet pas protégée contre une grossesse non désirée, et ce durant une semaine.

Si vous avez des rapports sexuels, protégez vous avec un préservatif masculin ou féminin par exemple.

  • Vous preniez une pilule progestative : dans ce cas, vous pouvez commencer à prendre la Méliane à n’importe quel moment du cycle. Ne prenez pas deux pilules le même jour. Prenez la première pilule de Méliane le lendemain de l’arrêt de votre ancienne pilule.
  • Vous aviez un implant ou un système intra­utérin délivrant un progestatif : prenez votre 1er comprimé de Méliane le jour-même du retrait.
  • Vous aviez recours à une méthode injectable : prenez le 1er comprimé de Méliane le jour prévu pour une nouvelle injection.

Si vous avez subi une interruption volontaire de grossesse (avortement) ou une fausse couche durant les trois premiers mois de votre grossesse, vous pouvez entamer la prise de Méliane à n’importe quel moment. Le traitement sera actif de suite.

Si, en revanche, une interruption de grossesse ou un accouchement prématuré est intervenu au cours du second trimestre de votre grossesse, il vous sera recommandé de commencer la Méliane 21 à 28 jours après votre accouchement.

Un contraceptif mécanique ou barrière (à l’image du préservatif) sera alors nécessaire en complément de la pilule pendant les 7 premiers jours de prise.

De même, si vous avez accouché au terme de votre grossesse et que vous souhaitez prendre/reprendre la pilule Méliane, veuillez attendre 21 à 28 jours après votre accouchement. Il vous sera également recommandé d’utiliser de préférence un contraceptif barrière, parallèlement à la prise de votre pilule, la première semaine d’utilisation.

Attention, si vous avez eu un rapport sexuel non protégé avant de reprendre la Méliane, il se pourrait que vous soyez enceinte. Procédez donc à une vérification (test de grossesse) avant toute reprise de contraceptif hormonal, ou attendez vos prochaines règles.

En cas de doutes, n’hésitez pas à demander conseil auprès du praticien médical qui vous aura prescrit la Méliane : il connaît vos antécédents médicaux, votre passé contraceptif, et pourra vous aider au mieux à bien gérer cette période de transition.

Que faire si mes règles ne surviennent pas pendant la période d’arrêt entre deux plaquettes ?

Il peut arriver que les « hémorragies de privation» ne se manifestent pas alors que vous avez correctement pris votre pilule, que vous n’avez pas eu de vomissements ou de diarrhées sévères, ou encore que vous n’avez pas suivi d’autres traitements.

Le risque que soyez enceinte est faible. Entamez une nouvelle plaquette à la fin des 7 jours d’interruption et soyez vigilante quant à l’arrivée de vos prochaines règles.

En revanche, si par deux fois consécutives, vos règles viennent à manquer, il se peut que vous soyez enceinte.

Consulter le plus rapidement possible votre médecin ou gynécologue. Suspendez vos prises journalières dans l’attente d’une confirmation ou infirmation de votre grossesse.

Demandez conseil à votre médecin quant à l’utilisation d’une contraception de substitution fiable jusqu’à la reprise de votre pilule.

Que faire en cas de problème (oubli, perte, vomissement, surdosage)?

La fiabilité quasi parfaite de la pilule contraceptive Méliane (et ses équivalents Carlin & Harmonet) n’est vérifiable que lorsque la patiente suit précisément la posologie et mode d’admission recommandés, soit 1 comprimé par jour, sensiblement à la même heure, durant 21 jours, puis observation d’une pause de 7 jours.

En cas d’oubli, il est nécessaire d’avoir les bons réflexes pour éviter de tomber enceinte.

Que faire si j’oublie ma pilule Méliane (Carlin, Harmonet) ?

Deux cas de figure se présentent :

Il s’est passé moins de 12 heures entre le moment où vous deviez prendre votre pilule et le moment où vous vous en apercevez.

  • L’effet contraceptif de votre pilule Méliane reste intact si vous prenez immédiatement la pilule manquante. A la suite de quoi, vous pouvez reprendre votre rythme habituel jusqu’à la fin de votre plaquette. Si vous devez prendre la pilule manquante et la pilule régulière le même jour, n’hésitez-pas, cela n’aura pas d’incidence néfaste sur votre métabolisme.

Il s’est écoulé plus de 12 heures entre votre prise habituelle et la prise de conscience de votre oubli, ou vous avez manqué plusieurs pilules.

Dans ce cas, le risque de grossesse est réel, et augmente relativement au nombre de pilules omises, ainsi qu’au moment du cycle où l’oubli est intervenu. Plus l’oubli se rapproche du début ou de la fin de la plaquette, plus le risque est élevé.

Voici ce qu’il faut faire :

  • Vous avez oublié un comprimé la première semaine :

Votre premier geste : prendre la pilule que vous avez oublié, même si vous devez avaler deux pilules la même journée, voire au même moment. Reprenez ensuite le rythme régulier de vos prises, et ayez recours, en concomitance, à une protection mécanique (préservatif par exemple) durant les 7 prochains jours.

Si vous avez eu des rapports sexuels non protégés pendant les 7 jours précédant l’oubli, ou que vous avez oublié d’entamer une nouvelle plaquette après votre semaine de pause, une grossesse peut survenir. Il vous est alors recommandé de consulter votre médecin.

  • Vous avez oublié un comprimé la deuxième semaine :

Votre premier geste: c’est de prendre le comprimé oublié, même si cela implique d’ingérer deux pilules le même jour, voire en même temps. Renouez ensuite avec rythme habituel de vos prises, tous les jours et sensiblement à la même heure.

L’efficacité contraceptive de votre pilule ne devrait pas avoir été altérée par cet oubli. Il n’est donc pas nécessaire de prendre des précautions supplémentaires.

  • Vous avez oublié un comprimé la troisième semaine :

Vous pouvez prendre la pilule oubliée dès que possible, même si vous devez pour cela prendre deux comprimés le même jour, voire en même temps. Puis, retrouvez votre cadence de prise habituelle, quotidiennement à la même heure.

N’observez pas de pause à la fin de votre plaquette : enchainez directement avec une nouvelle plaquette. Vous n’aurez probablement pas de saignements avant la fin de la seconde plaquette. En revanche, vous pouvez présenter ce que l’on appelle des spottings : c’est à dire de très légères pertes sanguines intermittentes. Plus rarement, des saignements plus conséquents, s’apparentant à des règles, peuvent survenir durant la seconde plaquette.

  • Vous pouvez également choisir de stopper immédiatement vos prises, avant la fin de votre plaquette.

Notez bien le jour de votre oubli si vous comptez observer la pause des 7 jours, puisque votre arrêt anticipé avancera votre jour de reprise. Par exemple : si votre jour habituel de reprise est le jeudi, mais que vous avez oublié votre pilule un mardi, vous entamerez votre nouvelle plaquette le mardi suivant.

Vous pouvez aussi choisir d’écourter la pause entre deux plaquettes. Toujours suivant le même exemple : si votre oubli a lieu un mardi et que vous souhaitez conserver le jeudi comme jour de reprise, entamez votre nouvelle plaquette le premier jeudi suivant votre oubli, votre pause se réduisant donc à deux jours.

Que vous choisissiez l’une ou l’autre de ces recommandations, si vous l’observez rigoureusement, le risque de grossesse est écarté. En revanche, si à la fin de votre deuxième plaquette, vous n’observez pas de saignements durant la période de pause de 7 jours, il convient de consulter un médecin.

Vous pourriez être enceinte. Il est donc nécessaire de vérifier votre état avant toute reprise d’un contraceptif hormonal.

Vous avez oublié plusieurs pilules:

Potentiellement, le risque que vous soyez enceinte devient plus important. Nous vous recommandons de prendre contact avec votre médecin, de manière à ce qu’il vous indique la marche à suivre. Il pourra vous recommander de faire un test de grossesse (test urinaire ou sanguin).

S’il s’avère que vous portez un enfant, suspendez immédiatement la prise de votre contraceptif hormonal.

Que faire si je vomis ou j’ai la diarrhée après avoir pris ma pilule ?

Vous avez pris votre pilule et vous avez vomi dans les 3 ou 4 heures suivantes, ou vous avez eu une diarrhée sévère ? Il se peut alors que l’absorption du comprimé n’ai pas été complète et remette en cause la fiabilité de votre contraceptif.

La situation se rapproche pour votre organisme d’un oubli : reportez-vous aux instructions données ci-dessus ou rapprochez vous d’un médecin pour qu’il vous conseille sur les suites à donner.

Voici tout de même quelques recommandations :

  • Si vos vomissements ou diarrhées se calment dans les 12 heures qui suivent la prise de votre comprimé journalier, prenez le comprimé équivalent d’une plaquette de réserve. Puis, reprenez le cours de votre plaquette normale, en respectant l’heure suivante de prise, quitte à ingérer deux comprimés la même journée. En suivant ce procédé, l’efficacité de pilule reste inchangée.
  • Si vous êtes toujours malade plus de 12 heures après la prise de votre pilule quotidienne, et qu’il vous est impossible d’ingérer un comprimé de substitution, l’efficacité de votre contraceptif hormonal peut être remise en cause.

Reportez-vous à minima aux consignes données pour contrecarrer les effets d’un oubli de plus de 12 heures (voir infra).

Cependant, il est chaudement recommandé de prendre attache avec un médecin. Ce dernier pourra non seulement soulager vos maux gastriques et digestifs, mais également vous informer sur la conduite à tenir les jours et/ou semaines à venir.

Que faire en cas de surdosage ?

Vous avez pris plus de Méliane qu’il n’était indiqué ou vous suspectez un de vos proches d’être victime d’un surdosage ?

Sachez qu’aucune conséquence grave n’a été déplorée en cas de surdosage en Méliane.

Une gêne digestive pourrait toutefois se manifester (nausée, vomissements). Les plus jeunes pouvant constater de légers saignements vaginaux.

Cependant, pour plus de sécurité, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin, de votre pharmacien ou du centre anti-poison le plus proche.

Les effets secondaires et indésirables de la pilule Méliane

Comme tout médicament, en interagissant avec votre organisme, la Méliane est susceptible de provoquer des effets non désirés en premier lieu, mais directement liés à sa prise.

Bien que toutes les femmes ne soient pas sujettes aux effets secondaires, il est toutefois important d’en être informée.

Avec les contraceptifs estroprogestatifs, dont fait partie la Méliane, des répercutions des plus graves sur la santé, bien que rares, peuvent être constatés : accidents thromboemboliques veineux et artériels notamment.

Voici un panorama des effets indésirables les plus souvent rapportés durant les essais cliniques et durant le suivi après commercialisation.

Très fréquents (plus de 10 utilisatrices sur 100)

  • Maux de tête à tendance migraineuse
  • Saignements irréguliers (entre les règles)

Fréquents (de 1 à 10 utilisatrices sur 100)

  • Vaginite, candidose vaginale
  • Modification de l’humeur dont dépression
  • Risque de diminution ou d’augmentation de la libido
  • Nervosité
  • Nausées, vomissements, douleurs abdominales
  • Acné
  • Tensions et/ou écoulement des seins
  • Douleurs durant les règles
  • Modification des sécrétions vaginales et des règles
  • Oedemes et autres gonflements
  • Variations du poids de la patiente (voir infra)

Peu fréquents (1 à 10 utilisatrices sur 1000)

  • Variations de l’appétit
  • Crampes abdominales
  • Ballonnement
  • Eruption cutanée (tâches brunes sur le visage)
  • Augmentation de la pilosité
  • Chute des cheveux
  • Hypertension artérielle
  • Augmentation des triglycérides dans le sang (« cholestérol »)

Rares (1 à 10 utilisatrices sur 10.000)

  • Réactions allergiques sévères : urticaire, gonflements, troubles circulatoires et/ou respiratoires
  • Hyperglycémie
  • Irritation par les lentilles de contact
  • Jaunisse
  • Modules sous la peau (érythème noueux)

Très rares (moins d’une utilisatrice sur 10.000)

  • Aggravation d’un lupus, de la porphyrie ou de la chorée (survenue de mouvements incontrôlables, brusques et irréguliers)
  • Inflammation du nerf optique pouvant partiellement ou totalement priver l’utilisatrice de la vue ; formation d’un caillot de sang au niveau de la rétine
  • Affections du pancréas
  • Erythème polymorphe
  • Syndrome hémolytique urémique
  • Hyperplasie nodulaire focale ou adénome hépatique
  • Tumeur maligne du foie
  • Augmentation du risque de calculs biliaires ou obstruction du flux biliaire
  • Plus rarement : colite ischémique

Accidents thrombo-emboliques

Cette pilule fait partie des contraceptifs oraux combinés, associant deux hormones synthétiques imitant estrogènes et progestérone.

Comme toutes les pilules estroprogestatives, prendre Méliane est un facteur de risque aggravant concernant les thromboses veineuses et artérielles.

Un accident thromboembolique peut avoir de très lourdes conséquences sur votre santé. Aussi est-il indispensable, avant toute prise de Méliane, de s’entretenir en toute transparence avec votre gynécologue ou votre médecin sur vos antécédents médicaux personnels et familiaux.

Une thrombose veineuse, ou thrombo-embolie veineuse, se caractérise par la formation d’un caillot de sang dans les vaisseaux : vous pourriez développer une thrombo-embolie pulmonaire ou une phlébite. Sachez que si vous avez plus de 35 ans, que vous êtes en surpoids, qu’un membre de votre famille proche a déjà présenté une thrombose veineuse à un âge relativement jeune, vous avez davantage de risques d’être confrontée à ce problème.

Une thrombose artérielle,  ou thrombo-embolie artérielle, se caractérise quant à elle par l’obstruction d’une artère pouvant donner lieu à une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Si vous utilisez la Méliane et que vous fumez, que vous avez un taux élevé de graisses dans le sang, que vous êtes obèse, que l’un de vos parents ou frères et sœurs ont présenté une affection similaire à un âge relativement jeune, que vous êtes sujette à une hypertension artérielle, que vous souffrez de migraines, ou que vous souffrez d’une maladie cardiaque et/ou vasculaire, vos facteurs de risque augmentent. Soyez vigilante et parlez-en à votre médecin.

Les signes d’un accident thromboembolique sont les suivants et doivent vous amener à consulter un médecin immédiatement :

  • Douleur sévère dans une jambe, gonflement soudain
  • Douleur sévère dans la poitrine, irradiant ou non dans le bras gauche
  • Essoufflement brutal
  • Survenue sans cause apparente et brutale d’une toux
  • Maux de tête inhabituels, aggravation d’une migraine
  • Trouble de la vision : perte totale ou partielle, dédoublement de la vue
  • Trouble du langage
  • Vertiges, évanouissements
  • Engourdissement d’une partie latérale du corps

Méliane et prise de poids

Un des effets secondaires de la pilule contraceptive le plus communément avancé est la prise de poids.

Il est vrai que les pilules de premières générations, fortement dosées en estrogènes, avaient un impact non négligeable sur la prise de poids : les estrogènes sont reconnues comme favorisant le stockage des graisses.

Toutefois, les pilules de troisième génération, dont la Méliane fait partie, associent substituts d’estrogènes et de progestérones. Elles vont donc dans le sens d’une diminution des concentrations d’estrogènes, et évitent donc aux femmes de prendre du poids.

Toutefois, tout traitement à base d’hormones peut modifier la sensation de faim ressentie chez l’utilisatrice. La pilule Méliane peut lui « ouvrir l’appétit ».

Il faut donc veiller à conserver de bonnes habitudes alimentaires, manger de tout et en proportion raisonnable, pour conserver votre ligne.

Interactions médicamenteuses

La pilule Méliane peut entrer en interaction avec d’autres médicaments et peut en provoquer la diminution de l’efficacité. Veillez à mentionner votre mode de contraception à votre médecin avant qu’il ne vous prescrive un traitement.

A l’inverse, si vous preniez auparavant un traitement (sous prescription médicale ou non, préparations à base de plantes), la Méliane peut être contre-indiquée.

Vérifiez avec votre médecin que ce traitement n’altérera pas la performance de votre contraceptif oral oestroprogestatif.

Si vous devez absolument observer un traitement incluant un médicament interagissant avec votre pilule, votre médecin pourra vous indiquer une autre méthode contraceptive et vous préciser combien de temps il vous faudra y avoir recours.

La Méliane (également nommée Carlin & Harmonet) ne doit pas être utilisée en association avec :

  • Le millepertuis
  • Les traitements de l’épilepsie (sous conditions) : carbamazépine, fosphénytoïne, oxcarbazépine, phénobarbital, phénytoïne, primidone, topiramate

L’efficacité de la lamotrigine peut être diminuée, les crises pouvant survenir plus fréquemment.

  • Certains anti-infectieux : efavirenz, nevirapine, nelfinavir, ritonavir, rifampicine, rifabutine
  • Le modafinil

Par ailleurs, ce contraceptif oral peut avoir une incidence sur les résultats de certaines analyses biologiques. N’hésitez pas à faire mention de votre prise de Méliane lorsque vous devez effectuer un examen sanguin.