Pilule Logynon

Logynon : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Pour toute femme en âge de procréer et sexuellement active, la question du moyen de contraception pour lequel elle optera est incontournable.

Pratique, facile d’accès et extrêmement fiable, la pilule contraceptive fait partie des solutions largement plébiscitées par les Françaises.

Issue des laboratoires Bayer, un des leaders pharmaceutiques mondiaux, la pilule combinée Logynon offre une protection quasi parfaite contre les grossesses non désirées.

Tour d’horizon de cette pilule oestroprogestative.

Comment fonctionne la pilule Logynon?

Cette pilule contraceptive, produite par le laboratoire pharmaceutique Bayer, est une pilule dite « combinée », encore appelée oestroprogestative : elle associe deux hormones synthétiques, le levonorgestrel et l’éthinylestradiol. La combinaison de ces deux hormones artificielles bloque le processus naturel de reproduction de la femme.

Pour mieux comprendre, intéressons-nous au cycle qui permet à une femme n’utilisant pas de moyens contraceptifs, de tomber enceinte.

Chaque mois, à peu près au milieu de son cycle, une femme va ovuler. Grâce à l’action d’une hormone naturelle appelée progestérone, ses ovaires vont produire et libérer dans l’utérus un ovule.

Si cette femme et son partenaire ont un rapport sexuel au moment de l’ovulation, les spermatozoïdes relâchés lors de l’éjaculation peuvent atteindre et féconder cet ovule. Ce dernier peut alors commencer sa migration vers l’utérus via les trompes de fallope, puis s’attacher à l’endomètre (la paroi utérine) pour débuter le développement d’un embryon.

A l’inverse, il se peut que la fécondation n’ait pas lieu. L’ovule est alors expulsé de l’utérus avec la doublure de l’endomètre : ce sont les règles, ou saignements menstruels. L’évacuation de ces tissus, destinés à accueillir un embryon, est régulée par une hormone appelée œstrogène.

Ainsi, en imitant l’action de la progestérone, le levonorgestrel va inhiber la libération d’un ovule par l’ovaire. En absence d’ovule à féconder, la grossesse est impossible.

De plus, en favorisant la production d’œstrogène, l’éthinylestradiol va altérer la densité de la paroi utérine : aussi si un ovule fécondé venait à se trouver dans l’utérus, la mauvaise qualité de l’endomètre ne lui permettrait pas de s’y implanter correctement.

Enfin, en agissant collectivement, les principes actifs de la pilule Logynon vont modifier la consistance de la glaire cervicale, c’est à dire du fluide qui se trouve naturellement dans le vagin de la femme.

En l’absence de contraception hormonale, la glaire cervicale s’adapte aux différentes phases du cycle menstruel, devenant un allier précieux des spermatozoïdes au moment de l’ovulation, notamment.

A l’inverse, sous l’action de la pilule Logynon, le fluide vaginal va s’épaissir, de manière à entraver les déplacements des spermatozoïdes.

Ainsi, en agissant à la fois sur la production de progestérone et d’œstrogène, et en interférant ainsi avec le cycle naturel suivi mensuellement par l’organisme de la femme, la pilule Logynon permet de se protéger contre une grossesse non désirée.

Composition de la pilule Logynon

La pilule Logynon est une pilule contraceptive hormonale combinée : elle est composée de deux hormones de synthèse copiant l’action d’hormones naturellement présente dans l’organisme féminin.

Focus sur les principes actifs de ce contraceptif

Les deux hormones actives de la Logynon (ingrédients médicamenteux de la pilule), sont l’Ethinylestradiol et le Levonorgestrel.

Le Lévonorgestrel imite l’action de la progestérone : il a pour fonction de « tromper » les ovaires et ainsi, de bloquer la production ainsi que la libération d’un ovule. Il inhibe l’ovulation (voir supra).

L’éthinylestradiol, quant à lui, a pour fonction de simuler l’activité de l’oestrogène. Cette dernière a un rôle essentiel dans la constitution et la dégradation de l’endomètre (voir supra). Elle entrave ce que l’on appelle la nidification (l’installation d’un ovule fécondé dans l’utérus d’une femme).

Associées, ces deux hormones modifient par ailleurs la composition de la glaire cervicale, faisant du vagin un environnement inhospitalier pour les spermatozoïdes (voir supra).

Excipients (ingrédients non médicamenteux):

  • lactose
  • amidon de maïs
  • povidone
  • stéarate de magnésium (E572)
  • sucrose
  • polyéthylène glycol 6000
  • carbonate de calcium (E170)
  • talc
  • cire de montan glycol
  • glycérine (E422)
  • dioxide de titanium (E171)
  • pigment d’oxyde ferrique (rouge et jaune) (E172)

Pour qui ? Quels sont les avantages de la pilule Logynon ?

Cette pilule est destinée à toutes les femmes en âge de procréer, active sexuellement et désirant se prémunir d’une grossesse non désirée.

Toutefois, en raison des risques graves potentiellement liés à la prise d’un contraceptif hormonal, quel qu’il soit, la pilule Logynon est exclusivement vendue aux patientes disposant d’une ordonnance médicale.

De plus, la pilule contraceptive, parce qu’elle doit être prise tous les jours et à heure fixe, n’est pas nécessairement adaptée à tous les styles de vie et à toutes les personnalités.

Aussi, avant de vous prescrire la Logynon, votre médecin traitant, ou votre gynécologue, prendra soin de vous ausculter, d’évaluer les risques en rapport avec votre état de santé, de discuter avec vous de votre situation personnelle et de vous exposer d’autres types de contraception peut-être plus indiqués pour vous (voir infra : les risques).

Si, à l’issu de cet entretien, la Logynon apparaît comme la solution contraceptive répondant à vos besoins, sachez qu’elle dispose de nombreux avantages.

Sa fiabilité est sans égal : si la Logynon fait l’objet d’une prise scrupuleuse, elle écarte à 99% les risques d’une grossesse non désirée. Sa prise est par ailleurs simple et régulière (voir infra).

Elle est issue des laboratoires de recherche du groupe Bayer, et reste produite par ce leader mondial dans le domaine pharmaceutique. Un véritable gage de qualité et de sérieux.

Autre avantage et non des moindres : la Logynon a un effet bénéfique sur les symptômes pré-mensuels, maux de ventre, sautes d’humeur passagères, boutons et autres migraines… Elle régule également les règles en elles-mêmes : celles-ci sont plus régulières, le flux est bien souvent plus légers, et les crampes abdominales moins prononcées.

Enfin, bien que les études soient toujours en cours, la pilule Logynon, si elle est prise sur le long terme, pourrait réduire les risques de cancer des ovaires et de l’utérus.

Attention toutefois, à l’image des autres contraceptifs oraux, la pilule Logynon ne protège pas de maladies et infections sexuellement transmissibles (IST).

Seule l’utilisation de préservatifs, masculins comme féminins, écarte le risque de contamination par une IST.

Renseignez-vous auprès de votre médecin ou des professionnels de la santé du planning familial.

Précaution d’emploi

Si la pilule Logynon est à la portée d’un grand nombre de femmes, il n’en reste pas moins que l’observation de certaines précautions d’emploi en garantit l’exacte fiabilité.

  • Suivre scrupuleusement le mode d’administration de cette pilule revient à la première des précaution (voir infra : comment prendre la Logynon).
  • Si la consommation d’alcool n’affecte pas directement l’efficacité de votre pilule contraceptive, elle peut néanmoins en dégrader indirectement la fiabilité. Un oubli est vite arrivé sous l’effet de l’alcool : or la protection quasi parfaite qu’offre la Logynon tient dans la régularité avec laquelle les doses journalières seront prises. Veillez donc à modérer votre consommation d’alcool.
  • Si vous êtes intolérante au lactose, la pilule Logynon risque de vous être contre-indiquée. Le lactose fait en effet partie de la liste des excipients de cette pilule orale (voir supra).
  • Si vous devez subir une intervention chirurgicale, vous serez peut-être contrainte de suspendre votre contraception hormonale orale, en raison d’un risque accru de thrombose (voir infra). Informez-bien votre chirurgien sur votre mode de contraception. Il évaluera avec vous la meilleure attitude à adopter.
  • Pilule, grossesse et allaitement
    • Grossesse et traitement hormonal ne font pas bon ménage : aussi, si vous suspectez d’être enceinte, ou si votre grossesse est confirmée, suspendez la prise de votre pilule.

De même, dans le doute d’une éventuelle grossesse, passez un test le plus rapidement possible, et renoncez à la prise d’un contraceptif hormonal avant d’avoir obtenu les résultats de ce test.

  • Si vous allaitez ou projetez de le faire, il est déconseillé d’utiliser la Logynon. Une autre méthode de contraception pourra vous être indiquée par votre médecin ou votre gynécologue.

Enfin, si vous projetez de procréer et arrêtez la pilule Logynon en conséquence, il est recommandé d’utiliser une méthode de contraception alternative le mois qui suit l’arrêt et qui précède la survenue des règles naturelles.

Toutefois, sachez qu’aucun dommage sur l’enfant à naître ne sera à déplorer si vous tombez enceinte le premier mois après l’arrêt de la pilule.

Stockage et conservation

Comme tout élément possédant un principe médicalement actif, la pilule contraceptive se doit d’être stockée et conservée hors de la vue et de la portée des enfants.

La Logynon dispose d’une date de péremption, inscrite sur la plaquette elle-même. N’utilisez pas les pilules dont la date de péremption est dépassée. Son efficacité médicale et donc sa fiabilité pourraient être remise en cause.

Enfin, un contraceptif hormonal libère, comme son nom l’indique, des hormones. Pour la protection de la planète et de l’environnement, ne jetez pas vos pilules inutilisées au tout à l’égout ou aux ordures ménagères. Préférez confier vos plaquettes/pilules non utilisées à votre pharmacien.

Posologie: quand et comment prendre la pilule Logynon ?

La pilule contraceptive Logynon se présente sous deux formats : une version standard de 21 comprimés, et une version ED de 28 jours.

Quel que soit le format que vous choisirez, il vous sera fortement recommandé de prendre la pilule Logylon à heure fixe, avec un grand verre d’eau. Les comprimés ne sont pas sécables : prenez les d’un seul coup, sans les mâcher.

La version standard de 21 comprimés se prend comme il suit : une prise journalière pendant 21 jours consécutifs, soit 3 semaines sans interruption, puis une période de pause de 7 jours.

Commencez par prendre le comprimé marqué « jour 1 » et suivez le sens des flèches pour prendre les pilules suivantes. Prenez un comprimé chaque jour pendant 21 jour, puis observez une pause de 7 jours sans prendre de pilule.

Une fois cette semaine terminée, entamez une nouvelle plaquette de 21 jours.

Afin de vous remémorer le jour de reprise de votre pilule, la plaquette est munie d’un calendrier hebdomadaire à cocher. Si vous avez pris votre première pilule un mardi par exemple, vous pourrez enfoncer la coche « mardi » sur votre plaquette.

Vous saurez alors que la reprise de votre prochaine plaquette se fera automatiquement un mercredi, après la pause de 7 jours.

Vous observerez, après quelques jours sans prendre votre pilule, la survenue de saignements intimes, comme des règles. Il se peut que ces saignements perdurent alors que vous devez rependre une nouvelle plaquette. Ne vous inquiétez pas, c’est tout à fait normal.

Par ailleurs, il n’est pas nécessaire d’utiliser un autre moyen de contraception durant ces 7 jours de pause. Si vous avez pris correctement votre pilule le cycle précédent, vous serez parfaitement protégée.

La version ED de 28 comprimés se prend comme il suit : une prise journalière pendant 28 jours consécutifs, puis reprise d’une nouvelle plaquette sans interruption.

Aussi, cette formule sera-t-elle privilégiée par les femmes qui ne souhaitent pas observer une pause dans la prise de leur pilule.

Chaque plaquette se compose ainsi : six comprimés de couleur marron clair et contiennant 50 mcg de lévonorgestrel et 30 microgrammes d’éthinylestradiol ; cinq comprimés blancs se composant de 75  mcg de lévonorgestrel et 40 mcg d’éthinylestradiol ; dix comprimés ocres de 125 mcg de lévonorgestrel et 30 microgrammes d’éthinylestradiol.

Dans sa version ED de 28 jours, s’ajoutent 7 comprimés non actifs, en lieu et place des 7 jours de pause de la plaquette 21 jours.

Il est impératif de suivre rigoureusement le mode d’administration de cette pilule, faute de quoi son efficacité contraceptive peut être remise en cause.

Quand commencer à prendre la pilule Logynon?

Si vous prenez pour la première fois un contraceptif oral ou recommencez la pilule après une période de pause, il vous sera recommandé d’entamer votre plaquette de Logylon le premier jour de vos prochaines règles.

Vous serez ainsi protégée d’une grossesse non désirée dès le début du traitement.

Si vous prenez la Logynon à la suite d’une autre pilule contraceptive, trois cas peuvent se présenter :

  • Votre précédent contraceptif hormonal courrait sur 21 jours. Dans cette situation, finissez la plaquette précédente et entamez sans pause de 7 jours votre traitement à la Logynon. Vous ne saignerez qu’une fois votre première plaquette de Logynon terminée. Vous bénéficierez d’une protection contre une grossesse non désirée dès l’entame de votre plaquette Logynon.
  • Votre précédent contraceptif oral comportait 28 pilules. Dans ce cas, entamez votre plaquette Logynon le jour suivant la prise du dernier comprimé actif de votre précédente pilule contraceptive. N’avalez pas les 7 comprimés neutres de votre ancienne pilule. En agissant ainsi, vous serez couverte dès le premier jour de votre traitement à la Logylon. Vous constaterez l’apparition de vos règles durant la prise des 7 comprimés inactifs de votre plaquette Logynon.
  • Vous preniez jusqu’à présent une pillule micro-dosée (uniquement dosée en progestérone) : commencez la Logynon le premier jour de vos prochaines règles, même si vous avez déjà pris la pilule quotidienne micro-dosée ce jour là. Vous serez dès lors protégée contre les grossesses indésirables.

En cas de doutes, demandez conseil au praticien médical qui vous aura prescrit la Logynon. Disposant des informations nécessaires sur vos pratiques contraceptives précédentes, il saura vous préconiser les bons gestes pour être protégée le plus rapidement possible.

Si vous souhaitez commencer la Logynon après une fausse-couche ou un avortement, survenus durant les trois premiers mois de votre grossesse, il vous sera certainement conseillé de commencer votre pilule dès que possible. Vous bénéficierez immédiatement des effets de votre contraceptif oral.

Si vous avez subi un avortement ou une fausse-couche après 3 mois de grossesse, il est probable que votre médecin vous préconise d’utiliser dans les premiers temps, en plus de la pilule Logynon, un contraceptif mécanique (tel que le préservatif).

Si vous souhaitez reprendre une contraception hormonale après avoir eu un enfant, il vous sera conseillé de prendre la première pilule de Logylon 21 jours après votre accouchement. Il n’est pas nécessaire d’attendre le retour de vos règles. Toutefois, par mesure de précaution, il vous sera peut-être conseillé d’utiliser par ailleurs une protection contraceptive mécanique, telle que le préservatif, les 7 premiers jours de votre cycle.

Que faire si j’oublie ma pilule Logynon ?

Il est fortement recommandé, pour que l’effet contraceptif soit optimum, de prendre sa pilule Logynon avec une régularité exemplaire : chaque jour, sensiblement à la même heure.

Or, il arrive que malencontreusement, on puisse oublier de prendre sa pilule à l’heure fatidique.

Deux cas de figure se présentent :

  • il s’est passé moins de 12 heures entre le moment où vous deviez prendre votre pilule et le moment où vous vous en apercevez.

C’est la situation la moins problématique : prenez simplement la pilule manquée dès que possible, et reprenez votre prise quotidienne comme si de rien n’était, quitte à prendre deux pilules le même jour.

Pas d’inquiétude, l’effet contraceptif de votre pilule devrait être intacte.

  • Il s’est écoulé plus de 12 heures entre votre prise habituelle et la prise de conscience de votre oubli, ou vous avez manqué plusieurs pilules.

Voici ce que vous devez faire immédiatement : prenez la pilule manquée dès que possible, même si vous prendrez deux pilules le même jour.

Si vous avez raté deux pilules consécutives (ou plus), laissez l’avant-dernière (et les précédentes le cas échéant) dans la plaquette et prenez la dernière pilule oubliée dès que possible.

Par mesure de précaution, utilisez d’autres moyens de contraception mécaniques jusqu’à la fin de votre plaquette (notamment les préservatifs masculins ou féminins), pour éviter de tomber enceinte.

Puis calculez le nombre de pilules restantes après la dernière pilule oubliée. Si vous avez oublié de prendre votre pilule deux jours consécutifs, n’incluez pas la première pilule oubliée dans ce décompte.

  • S’il vous reste 7 pilules ou plus dans la plaquette : protégez-vous au moyen d’autres contraceptifs pendant au moins 7 jours. Continuez votre plaquette jusqu’à la fin et observez les 7 jours de pause si votre plaquette contient 21 pilules.

Attention, si votre oubli d’une ou plusieurs pilules a eu lieu lors de la semaine de reprise (jours 1 à 7), ou si votre pause a duré plus de 7 jours, et que vous avez eu des rapports sexuels sans protection, il se pourrait que vous soyez enceinte. Rapprochez vous de votre médecin, gynécologue, sage-femme, planning familial ou encore pharmacien pour adopter la conduite idoine.

  • S’il vous reste moins de 7 pilules dans la plaquette, utilisez bien un moyen de contraception alternatif pour vous prémunir d’une éventuelle grossesse, pendant au moins 7 jours.

N’observez pas la pause de 7 jours après la fin de votre plaquette. Enchainez deux plaquettes. Si vous avez la version ED 28 jours, n’avalez pas les 7 comprimés non-actifs. Entamez une nouvelle plaquette dès la fin de la prise des comprimés actifs.

Si vous constatez que vous n’avez pas de saignements à la fin de la deuxième plaquette, il se pourrait que vous soyez enceinte. Faites un test de grossesse avant de reprendre une nouvelle plaquette.

Que faire si je perds une pilule de ma plaquette?

Deux solutions s’offrent à vous en cas de perte d’une pilule :

  • Vous prenez la pilule du jour suivant, et continuez votre plaquette jusqu’à la fin, en décalant d’un jour chaque prise. Votre cycle sera raccourci d’un jour, mais votre protection hormonale restera inchangée. Observez la pause de 7 jours ou prenez les 7 comprimés inactifs, puis ouvrez une nouvelle plaquette. Votre reprise en cas de pause s’effectuera un jour avant la reprise « normale » (soit un mardi à la place d’un mercredi par exemple)
  • Vous ouvrez, si vous en avez, une nouvelle plaquette et prenez la pilule correspondant au jour de la pilule perdue. Cela vous permettra de garder votre cycle inchangé. Continuez la plaquette ainsi ouverte jusqu’à la fin. Vous pouvez conserver vos plaquettes partiellement entamées et les utiliser en cas de nouvelles pertes.

Que faire si je vomis ou j’ai la diarrhée après avoir pris ma pilule ?

En cas de vomissements ou de diarrhées violentes, il se peut que votre corps n’ait pas absorbé la dose quotidienne d’hormones nécessaires à votre parfaite protection.

Si vous vous sentez mieux moins de 12 heures après avoir ingéré votre pilule, prenez la pilule suivante de votre plaquette ou ouvrez une nouvelle plaquette pour reprendre la pilule que vous pourriez avoir vomi ou expulsé (vous pouvez vous reporter à la rubrique : Que faire si je perds une pilule ?)

En revanche, si vous êtes toujours malade plus de 12 heures après avoir pris votre pilule Logynon, votre situation se rapproche d’un oubli (voir la rubrique : que faire si j’oublie ma pilule plus de 12 heures ?).

Contactez un praticien dès que vous le pouvez : il pourra à la fois soulager vos maux digestifs, et vous préconiser une solution de contraception alternative.

Je n’ai pas mes règles, suis-je enceinte ?

Il peut arriver que vous ne saigniez pas après l’arrêt momentané des 7 jours (plaquette de 21 pilules) ou pendant la prise des pilules non-active.

Si vous avez pris votre pilule correctement, le risque que vous soyez enceinte est faible. En revanche, si vous avez eu une conduite à risque (oubli de pilule par exemple), ou si au terme d’une seconde plaquette vous n’avez toujours pas vos règles, la question doit se poser sérieusement.

Dans le doute, faites un test de grossesse ou parlez en à votre médecin. Ce dernier pourra vous prescrire divers examens prouvant ou infirmant une grossesse.

S’il s’avère que vous êtes enceinte, suspendez immédiatement la prise de votre contraceptif hormonal.

Que faire en cas de surdosage ?

Si vous prenez plus de pilule que nécessaire, ou si vous suspectez un de vos proches d’avoir ingéré plus qu’une pilule, parlez en dans les plus brefs délais à votre médecin ou votre pharmacien. Ils vous indiqueront la bonne marche à suivre.

Les symptômes d’un surdosage vont de vomissements à des pertes sanguines vaginales.

Les effets secondaires et indésirables de la pilule Logynon

Comme tout traitement hormonal, la Logynon n’est pas exempte d’effets secondaires, pour la plupart bénins, mais gênants.

S’ils ne concernent pas l’ensemble des femmes utilisant ce moyen de contraception, il est toutefois important de se familiariser avec les effets indésirables les plus courants.

Vous pourrez ainsi, si vous choisissez de prendre la pilule Logynon et que vous ressentez ces symptômes, agir au mieux et le plus rapidement possible.

Effets secondaires fréquents (1 personne sur 10 ou moins):

  • Maux digestifs : douleurs d’estomac, nausée
  • Douleurs mammaires
  • Céphalées
  • Humeur fluctuante
  • Prise de poids

Effets secondaires peu fréquents (1 personne sur 100 ou moins):

  • Œdèmes,
  • Douleurs abdominales sévères, vomissements,
  • Migraines,
  • Baisse ou perte de libido,
  • Irritation de la peau,
  • Gonflement des seins,
  • Saignements légers et/ou intermittents (spotting) entre les menstruations. Ils sont en règle générale dus à l’ajustement de l’organisme aux hormones. Si ces saignements perdurent au delà des premiers mois, parlez-en à votre médecin.

Effets secondaires exceptionnels (1 personne sur 1000 ou moins):

  • Caillots sanguins, phlébites et thromboses,
  • Attaque cardiaque, AVC,
  • Cancer de l’utérus,
  • Choc anaphylactique et allergie grave,
  • Dysfonction sévère hépatique,
  • Intolérance aux lentilles de contact,
  • Perte de poids,
  • Augmentation anormale du désir sexuel,Pertes vaginales ou mammaires anormales.

 

Lors de votre consultation, n’hésitez pas à aborder ce sujet avec votre médecin. Ce dernier pourra vous rassurer et répondre aux questions que vous vous posez.

Il pourra également, avant de vous administrer la pilule contraceptive Logynon, vous recommander des examens complémentaires.

Si toutefois, en dépit des précautions, vous ressentiez un de ces symptômes, ou déceliez un nouvel effet secondaire, avertissez sans attendre votre médecin.

Les risques et contre-indications à la prise de la Logynon

Une pilule contraceptive agit grâce aux hormones qu’elle contient. Ces dernières entrent directement en interaction avec la composition chimique de votre organisme.

Sa prise n’est donc pas anodine, et peut comporter des dangers, comme l’augmentation du risques de thrombose (formation de caillots sanguins) ou encore de cancer du sein et du col de l’utérus.

C’est pourquoi ce médicament est délivré uniquement sur prescription médicale. Il est primordial que vous soyez parfaitement transparente sur votre historique médical avant de vous faire prescrire cette pilule contraceptive.

Au regard des informations que vous lui fournirez, votre médecin pourra alors décider de vous prescrire des examens complémentaires : une prise de sang par exemple, une mammographie (radio des seins), ou un frottis (prélèvement d’un échantillon de muqueuse vaginale pour examen).

Il pourra également vous alerter sur les signes physiques annonciateurs d’une thrombose, ainsi que sur les réactions d’urgence à adopter par exemple.

Toutefois, sachez que si vous souffrez de problèmes de coagulation sanguine, ou que vous êtes touchée par une pathologie qui affecte la coagulation sanguine (déficience de la protéine C, protéine S, antithrombine III, facteur V), cette pilule ne vous sera pas recommandée.

De même, si vous avez subi une attaque cardiaque ou un AVC, une angine de poitrine, si vous êtes atteinte d’un diabète grave, d’un taux de cholestérol important, d’une hyperhomocystéinémie qui affectent la coagulation artérielle, cette pilule ne vous sera probablement pas prescrite.

Les migraines avec aura, les cancers du sein, les maladies du foie sont également des pathologies qui rendent la prescription de la pilule Logynon impossible.

Enfin, si vous souffrez de colite ulcérative de Crohn, d’un lupus érythémateux disséminé, du syndrome hémolytique et urémique, d’une anémie falciforme, d’une inflammation du pancréas, de varices, de porphyrie : votre médecin pourra refuser de vous prescrire la Logynon ou vous l’autoriser sous une surveillance étroite.

Interactions médicamenteuses

Durant la consultation préalable à la prescription de la Logynon, il est également indispensable de prévenir votre médecin de toute autre prise médicamenteuse.

De même qu’il est important de prévenir votre médecin de votre moyen de contraception avant qu’il ne vous prescrive un médicament pour une toute autre pathologie.

Certains produits curatifs peuvent en effet réduire ou annuler l’efficacité de votre pilule, à l’image de certains traitements contre l’épilepsie, certains anti-fongiques, certains antibiotiques, certains sédatifs (barbituriques).

Si vous devez absolument observer un traitement incluant un médicament interagissant avec votre pilule, votre médecin pourra vous indiquer une méthode de contraception alternative et vous préciser combien de temps il vous faudra y avoir recours.