Nuvaring (anneau vaginal)

Nuvaring (anneau vaginal) : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Vous en avez assez de devoir penser chaque jour à votre pilule mais souhaitez conserver une contraception hormonale : pourquoi ne pas opter pour l’anneau vaginal Nuvaring.

Contraceptif efficace, discret et peu contraignant, il se porte durant trois semaines et vous assure quatre semaines de protection.

Présentation de NUVARING, un anneau vaginal de référence.

Présentation de NUVARING

NUVARING est un moyen de contraception commercialisé par les laboratoires pharmaceutiques MSD France.

Il se présentant sous la forme d’un anneau imprégné d’hormones, à placer directement dans le vagin.

NUVARING est un contraceptif hormonal combiné : il tire en effet son efficacité de deux hormones, un estrogène et un progestatif.

Quelle pathologie permet-il de traiter ?

Ce dispositif vaginal permet de se prémunir contre une grossesse non désirée.

Contrairement aux préservatifs, cet anneau contraceptif ne protège pas les patients contre les IST & MST (infections et maladies sexuellement transmissibles).

Comment marche cet anneau vaginal?

L’anneau contraceptif contient deux hormones :

  1. un estrogène synthétique largement répandu dans les contraceptifs hormonaux : l’éthinylestradiol,
  2. un progestatif dérivé de la 19-nortestostérone : étonogestrel.

La combinaison de ces deux hormones permettent d’avoir le contrôle sur la capacité reproductrice de la femme en :

  • inhibant l’ovulation,
  • modifiant l’aspect de la glaire cervicale,
  • dégradant les capacités d’accueil de l’endomètre.

A qui s’adresse t’il ?

Ce moyen de contraception s’adresse aux femmes en âge de procréer ne désirant pas donner naissance dans l’immédiat.

Il a particulièrement été testé auprès des femmes âgées de 18 à 40 ans. En revanche, sa sécurité et son efficacité n’ont pas été établies pour les femmes âgées de moins de 18 ans, et pour les femmes en situation de préménopause.

Quels sont ses avantages ? Inconvénients ?

Comme vous le verrez plus loin dans la section réservée aux “Avis”, ce dispositif possède de nombreux avantages aux yeux des patientes l’ayant utilisé, mais aussi quelques inconvénients.

Commençons par les avantages : 

L’anneau contraceptif est un moyen de contraception à la fois discret et efficace.

Il est en outre pratique : il doit être placé dans le vagin durant 3 semaines, il ne nécessite pas de prises quotidiennes.

Son efficacité est par ailleurs conservée, même lorsque le dispositif est retiré du vagin, et ce pour une durée de 3 heures maximum. S’il constitue une gêne pour les partenaires, il peut donc être enlevé durant un rapport sexuel n’excédant pas 3 heures, sans pour autant qu’un risque de grossesse soit encouru.

Son efficacité reste également indemne si vous vomissez ou subissez des diarrhées aiguës, contrairement à la pilule contraceptive.

Il peut enfin permettre à la femme de modifier son cycle en repoussant ses règles, à titre exceptionnel.

Passons maintenant aux inconvénients : 

En revanche, il peut s’avérer onéreux : il ne bénéficie pas de remboursement de la part de la sécurité sociale. Son achat relève par ailleurs d’une prescription médicale stricte.

Il se conserve au frais et ne peut pas être stocké au réfrigérateur pour une durée excédant 1 mois : il est donc nécessaire de l’acheter mois par mois.

Il ne réduit pas les syndromes prémenstruels, contrairement à certaines pilules.

Il accroît les risques de mycoses vaginales chez les femmes sujettes à ce type d’infections.

Enfin, il est fréquemment source de pertes sanguines entre les règles à l’initiation du traitement (durant les trois premiers mois).

Nuvaring : quelle efficacité ?

Suite aux essais cliniques réalisés auprès de femmes âgées de 18 à 40 ans, notamment aux USA, en Europe et au Brésil, il peut être conclu que l’anneau procure une contraception des plus fiables.

L’indice de Pearl s’élève à 0,96, c’est à dire que sur 100 femmes, en un an d’utilisation conforme à la posologie, seule 0,96 femme tombera enceinte.

Sous quelle forme se présente-il?

Nuvaring se présente sous cette forme : anneau souple, transparent, quasiment incolore dont le diamètre externe est de 54 mm et le diamètre de section de 4 mm.

Il est vendu sous une seule et unique présentation : un sachet entouré d’un film constitué d’aluminium.

Ce dernier comporte 2 couches :

  1. une couche interne (composition : polyéthylène à la densité considérée comme faible)
  2. une couche externe (composition : polyéthylène téréphtalate / PET)

Ce sachet est étanche et peut être refermé. Il est contenu dans une boîte ne contenant qu’un seul et unique anneau.

Composition de Nuvaring

Cet anneau vaginal est composé de deux principes actifs :

  1. Ethinylestradiol : estrogène,
  2. Etonogestrel : progestatif.

La liste des ses excipients, ou ingrédients non médicamenteux, est la suivante :

  • Ethylène vinyle acétate ,
  • Ethylène vinyle acétate ,
  • Magnésium stéarate (E572).

Focus sur ses principes actifs

L’Ethinylestradiol et l’Etonogestrel fonctionnent en binôme.

Alors que l’estrogène modifie la composition et l’aspect de la glaire cervicale (gênant le passage des spermatozoïdes), le progestatif dérivé de la progestérone inhibe l’ovulation.

Il dupe le corps de la femme en lissant les fluctuations hormonales déclenchant l’ovulation.

Nuvaring est-il remboursé par la sécurité sociale ?

Nuvaring est un dispositif contraceptif ne bénéficiant d’aucune prise en charge par la sécurité sociale. Son coût revient à la charge unique de son utilisatrice.

Posologie : comment utiliser l’anneau vaginal Nuvaring ?

Il convient, pour assurer une pleine efficacité contraceptive, de bien positionner l’anneau et de respecter la durée pendant laquelle l’anneau doit rester en place dans le vagin.

Voici donc les recommandations pour bien utiliser son anneau.

Comment bien insérer et retirer un anneau vaginal ?

Contrairement au dispositif intra-utérin (ou stérilet), il n’est pas nécessaire de se rendre chez le gynécologue pour mettre en place son anneau contraceptif Nuvaring.

Votre médecin devra toutefois vous expliquer la marche à suivre lors d’une consultation préalable à son utilisation.

Vous pouvez insérer ce dispositif soit avec les doigts, soit en utilisant un applicateur fourni avec l’anneau.

Quelle que soit la méthode retenue, vous devrez vous laver soigneusement les mains avant d’ouvrir l’emballage. N’ouvrez l’emballage qu’immédiatement avant l’utilisation.

Si vous constatez que l’emballage ou le contenu sont visiblement dégradés, ne prenez pas de risques : n’utilisez pas ce dispositif.

Choisissez la position (debout avec une jambe relevée, accroupie ou couchée) la plus confortable pour vous, de manière à ce que vous soyez détendue. Le vagin doit en effet être souple pour pouvoir accueillir dans les meilleurs conditions ce moyen de contraception.

Insérer NUVARING avec les doigts seulement

Voici les étapes à suivre :

  • Otez NUVARING du sachet
  • Pincez l’anneau
  • Choisissez une position confortable pour insérer l’anneau
  • Insérez l’anneau dans le vagin avec une main, en écartant les lèvres à l’aide de l’autre main si nécessaire. Poussez ensuite avec vos doigts l’anneau dans le vagin. Arrêtez-vous au moment ou vous ne percevrez plus aucune gêne. Laissez ensuite l’anneau en place pendant 3 semaines.
  • NUVARING peut enfin être retiré avec vos doigts. Utilisez d’abord votre index en essayant de le passer directement dans l’anneau. Si vous n’y parvenez pas, tentez de vous saisir de Nuvaring en utilisant 2 doigts (index et majeur).

Insérer NUVARING avec l’applicateur

Voici les étapes à suivre :

  • retirez l’emballage de l’applicateur. Ce dernier n’est compatible qu’avec les anneaux NUVARING. Ne l’utilisez pas avec d’autres produits. (Par ailleurs, l’applicateur est à usage unique. Dès que l’anneau est positionné, veuillez jeter l’applicateur. Il doit être jeté à la poubelle, mais jamais dans les toilettes.)
  • chargez l’applicateur : tirez doucement le piston jusqu’à ce qu’il s’arrête.
  • positionnez l’anneau : pincez les côtés opposés de l’anneau et insérez l’anneau dans l’ouverture du cylindre. Poussez ensuite délicatement l’anneau dans le cylindre. La partie haute de Nuvaring (formant une sorte de “pointe”) doit absolument rester en dehors de l’ouverture de la forme cylindrique.
  • insérez l’applicateur avec douceur dans votre vagin. Tenez l’applicateur par son extrémité renflée, entre votre pouce et votre majeur. Lorsque ces derniers entrent en contact avec votre corps, poussez doucement le piston avec votre index. Le piston doit entrer entièrement dans le cylindre. Une sensation de pincement brève et légère peut être ressentie. 
  • lorsque l’anneau est repoussé hors de l’applicateur, vous pouvez le retirer lentement.
  • avant de jeter l’applicateur, veillez à ce que l’anneau ne soit pas resté coincé dedans.

Quel(s) dosage(s) ?

Un seul anneau doit être utilisé à la fois, et doit rester en place durant 3 semaines. Il est conseillé de noter le jour et l’heure d’insertion du premier anneau : ils deviendront la référence pour le retrait et l’insertion des anneaux suivants.

Son maintien dans le vagin est une condition sine qua non à son efficacité. Il est donc recommandé de vérifier de temps à autres sa présence, notamment lorsque vous avez des rapports sexuels.

Au bout de 3 semaines, vous devrez retirer l’anneau en place. Le retrait doit avoir lieu le même jour de la semaine que l’insertion.

Par exemple, si vous avez mis votre anneau un mardi à 22h, vous devez le retirer trois semaines plus tard, le mardi, sensiblement à la même heure. Vous devriez voir apparaître des saignements semblables à des règles dans les 2 ou 3 jours suivant le retrait.

Observez une semaine de pause thérapeuthique et insérer un nouvel anneau, que les hémorragies de privation (saignements) soient terminés ou non au terme de cette semaine.

Dans notre exemple, l’insertion d’un nouveau dispositif devra avoir lieu le mardi suivant à 22h.

Quand le commencer ? 

Pour répondre à ces questions sur la posologie de Nuvaring, il faut présenter différents cas de figures concernant les conditions d’utilisations réelles des patientes, à savoir :

Vous n’aviez pas de contraceptif auparavant

Vous devez insérer le premier anneau le premier jour du cycle (c’est à dire le jour où débutent vos règles).

Vous pouvez attendre entre le 2e et le 5e jour du cycle, mais sachez que dans ce cas, vous devrez avoir recours à une méthode de contraception, à l’exclusion des autres contraceptifs hormonaux, du diaphragme, de la cape cervicale, du préservatif féminin ainsi que des méthodes naturelles (voir precaution d’emploi), durant les 7 premiers jours de ce premier cycle d’utilisation de NUVARING.

Vous suiviez une autre méthode contraceptive estroprogestative

Ici aussi, différents cas de figures impliquent différentes posologies.

Pilule minidosée :

Vous devrez insérer ce dispositif vaginal au plus tard le jour suivant la pause thérapeuthique de 7 jours (plaquette de 21 comprimés) ou le lendemain de la prise du dernier cachet placébo (plaquette de 28 comprimés).

Si vous n’avez pas commis d’erreur de posologie lors du cycle précédent (pas d’oubli de pilule par exemple), vous pouvez également effectuer le relai par NUVARING n’importe quel jour du cycle.

En revanche, la période de pause thérapeutique ne doit jamais être dépassée avant de reprendre une contraception par anneau.

Patch contraceptif :

Vous devrez insérer votre anneau au plus tard le jour suivant la pause d’une semaine entre deux patchs contraceptif (soit le jour où vous deviez recoller un nouveau patch).

Si votre patch est resté en place durant tout le cycle et que vous avez scrupuleusement respecté les recommandations en vigueur, vous pouvez également placer votre anneau à tout moment du cycle.

Contraception progestative seule

Quelle qu’ait été votre méthode de contraception progestative seule précédente, il est recommandé d’avoir recours à une méthode de contraception dite barrière pendant les 7 premiers jours d’utilisation du dispositif vaginal.

Pilule microdosée

Vous pouvez placer votre anneau n’importe quel jour du cycle.

Forme injectable

Vous devrez placer le premier anneau le jour prévu pour l’injection suivante.

Implant ou d’un système intra-utérin (SIU) contenant un progestatif

Vous devrez initier votre contraception par Nuvaring le jour du retrait de votre stérilet (dispositif intra-utérin) aux hormones ou implant.

Vous avez avorté ou subi une fausse couche

Dans ces cas de figures, il faut faire attention à la période ou la fausse couche a été subie.

Fausse couche au cours du premier trimestre

Vous pouvez commencer votre contraception par anneau vaginal sans attendre. Vous n’aurez pas besoin d’utiliser une méthode de contraception complémentaire.

Toutefois, si vous avez eu des rapports sexuels avant de reprendre une contraception, vous devrez vous assurer de ne pas être enceinte.

Fausse couche au cours du deuxième trimestre

Si l’interruption de votre grossesse survient lors du deuxième trimestre, veuillez vous reportez aux recommandations formulées au paragraphe : “Après un accouchement”.

Après un accouchement

La pose d’un anneau vaginal doit idéalement survenir au cours de la quatrième semaine après l’accouchement ou l’interruption de grossesse du second trimestre.

Si vous reprenez une contraception par NUVARING passé ce délai, vous devrez utiliser une méthode complémentaire durant les 7 premiers jours d’utilisation de l’anneau.

Si vous avez repris une vie sexuelle avec pénétration sans protection, vous devrez au préalable vous assurez que vous n’êtes pas enceinte. Vous pouvez également attendre la survenue de vos prochaines règles.

Quand arrêter Nuvaring? 

Vous pouvez retirer Nuvaring quand bon vous semble.

Si vous désirez tomber enceinte, il est d’usage d’attendre d’avoir eu un cycle naturel avant d’essayer de concevoir. Il sera plus aisé de calculer la date d’ovulation, et donc la date présumée d’accouchement.

Si vous ne souhaitez pas avoir d’enfant, il est recommandé de reprendre une contraception en relai et de vous conformer aux règles de ce nouveau contraceptif.

Que faire en cas d’oubli ?

Oublier de reposer un anneau, comme son absence du vagin au cours du cycle, peut compromettre l’efficacité contraceptive de cet anneau.

Aussi, dès que vous vous apercevez de votre oubli, ou dès que vous constatez que l’anneau n’est plus à sa place, il convient de replacer un nouvel anneau.

Vous devrez, durant les 7 jours suivants, utiliser une méthode contraceptive complémentaire faisant barrage aux spermatozoïdes, comme le préservatif masculin.

Si vous savez fait l’amour en l’absence d’anneau (et ce en dehors de la période de pause thérapeutique), vous devrez exclure tout risque de grossesse avant de continuer cette contraception.

Plus le temps passé sans Nuvaring est important, plus le risque de grossesse est élevé. De même, plus le laps de temps passé sans anneau est proche de l’intervalle habituel de pause thérapeutique, et plus le risque d’attendre un enfant est grand.

Nuvaring a été en dehors du vagin moins de 3h

L’efficacité de l’anneau reste permanente jusqu’à 3 heures en dehors du vagin. Si vous vous apercevez de l’absence d’anneau dans ce laps de temps, placez dès que possible un nouveau dispositif vaginal.  

Nuvaring a été en dehors du vagin de plus de 3h

Au delà de 3h en dehors du vagin, la sécurité contraceptive peut être compromise, surtout lors de la 1ère et 2ème semaine du cycle.

Dès que vous vous rendez-compte de l’absence d’anneau, placez-en un nouveau. Vous devrez utiliser en complément une méthode de contraception mécanique (type préservatif masculin) pendant les 7 jours suivants.

Deux cas de figure se présentent :

  • vous avez utilisé l’anneau de façon continue pendant les 7 jours précédents : vous pouvez attendre que vos règles surviennent et insérer un nouvel anneau dans un délai maximal de 7 jours après le retrait ou l’expulsion de l’anneau précédent.
  • vous ne portiez pas d’anneau durant les 7 derniers jours, ou vous portiez un anneau depuis moins de 7 jours. Dans ce cas, vous pouvez réinsérer un nouvel anneau, qui marquera le début d’un nouveau cycle. Vous porterez donc ce nouvel anneau 3 semaines avant d’observer une période de pause thérapeutique.

Vous pourriez voir apparaître de légers saignements intermittents, ou spottings, en lieu et place de l’hémorragie de privation du premier anneau.

En cas de doute concernant la période durant laquelle Nuvaring est resté hors du vagin, il convient d’exclure toute grossesse avant une éventuelle reprise du traitement.

Vous avez gardé votre anneau contraceptif plus de quatre semaines

Vous avez oublié de retirer votre dispositif vaginal et l’avez porté plus de 4 semaines ? Il est possible que vous soyez enceinte. Avant toute reprise du traitement, vous devrez donc vous assurer que vous n’êtes pas enceinte.

Si les instructions d’utilisation n’ont pas été respectées, et qu’aucun saignement n’arrive durant l’intervalle sans anneau suivant, toute grossesse doit être écartée avant de repositionner un nouvel anneau.

Que faire en cas d’expulsion de Nuvaring?

Exceptionnellement, lorsque l’anneau a été mal positionné lors de la mise en place, lors du retrait d’un tampon, à l’occasion d’un rapport sexuel ou en cas de constipation sévère ou chronique, l’anneau peut être expulsé du vagin.

Une expulsion prolongée peut occasionner un échec de la contraception, ou favoriser l’apparition de spottings.

Aussi est-il recommandé de vérifier régulièrement la présence de votre anneau dans le vagin.

Si vous vous rendez compte de l’expulsion de votre anneau dans les trois heures suivantes, vous continuez à être protégée. Rincez-le simplement à l’eau claire et froide (voire tiède mais jamais chaude) et repositionnez-le dès que possible.

Si vous avez un doute sur le laps de temps qui s’est écoulé entre l’expulsion et son constat, reportez vous aux recommandations “L’anneau a été en dehors du vagin de plus de 3h”.

Que faire en cas de rupture de Nuvaring?

Dans de très rares cas, l’anneau contraceptif peut se rompre pendant son utilisation.

Si vous constatez une rupture, retirez immédiatement l’anneau vaginal endommagé et réinsérez un nouvel anneau dès que possible.

Vous devrez, par mesures de précaution, compléter votre contraception par une méthode mécanique, type préservatifs masculin, durant les 7 jours suivants.

Par ailleurs, une consultation auprès de votre praticien sera à envisager.

Que faire en cas de surdosage ?

Les contraceptifs hormonaux pris en surdosage n’entrainent à priori pas d’effets indésirables graves.

Toutefois, si vous utilisez plus de Nuvaring que nécessaire, vous pourriez voir apparaître des nausées, des vomissements.

Chez les jeunes filles n’ayant pas encore eu leurs règles, de légers saignements vaginaux pourraient être constatés.

Ces effets n’ont pas d’antidotes mais peuvent être soulagés par des traitements symptomatiques jusqu’à leur disparition spontanée.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à contacter immédiatement un professionnel de la santé dès que vous ressentez des anomalies physiques et/ou mentales après l’insertion de Nuvaring dans votre corps.

Les précautions d’usage

Voici quelques recommandations pour prendre en toute sécurité votre médicament.

Utilisation avec d’autres méthodes barrières féminines vaginales

L’anneau vaginal n’est pas compatible avec certains moyens de contraception, notamment avec certaines méthodes barrières féminines.

En effet, le placement d’un diaphragme, d’une cape cervicale ou d’un préservatif féminin peut être défaillant en cas d’utilisation concomitante avec un anneau vaginal.

Aussi, si vous devez recourir à une méthode de contraception barrière complémentaire à l’anneau, veuillez vous reporter sur l’utilisation d’un préservatif masculin.

Conduite et utilisation de machines

Aucun effet notable et délétère n’a été rapporté sur la capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines tout en portant NUVARING.

Nuvaring et utilisation de tampons périodiques

Vous pouvez tout à fait continuer à utiliser des tampons périodiques en parallèle à votre anneau vaginal. Ces derniers ne gênent pas l’absorption des hormones par le corps.

Une attention particulière devra cependant être accordée au retrait du tampon pour éviter tout risque d’expulsion de l’anneau.

Nuvaring et infections sexuellement transmissibles

Comme tout dispositif hormonal, l’anneau vaginal ne fait pas rempart aux infections et maladies sexuellement transmissibles, à l’image du VIH (SIDA).

Si vous pensez avoir contracté une IST et chercher à comprendre les traitements liés, cliquez ici.

Stockage et conservation de Nuvaring

Nuvaring doit, comme tout médicament, rester en dehors de la vue et de la portée des plus jeunes.

Votre anneau doit impérativement être conservé au frais et être retiré de son emballage uniquement lorsque que vous êtes sur le point de l’insérer dans votre vagin

Par ailleurs, votre anneau contient encore des hormones lorsque vous le retirez au terme des trois semaines de traitement. Vous devez donc, avant de le jeter aux ordures ménagères, le remettre dans son sachet.

Ne le jetez pas dans la cuvette des toilettes. Les hormones contenues dans ce dispositif peuvent interférer avec le milieu aquatique.

Enfin, afin de protéger la planète, veuillez confier vos reliquats de médicament à votre pharmacien. Il les confiera à une filière de destruction limitant l’impact sur l’environnement.

Risques et dangers et effets secondaires de Nuvaring

Comme tout médicament, l’usage d’anneaux vaginaux comporte des risques et peut induire des effets secondaires non désirés.

Si vous constatez un de ces effets indésirables, n’oubliez pas de les déclarer auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance – Site internet officiel : www.ansm.sante.fr.

Ces déclarations permettent une surveillance du rapport bénéfice/risque permanente et améliore les conditions de sécurité liées à ce médicament.

Nuvaring (anneau vaginal) : les effets secondaires

Il existe différentes catégories d’effets secondaires, à la fréquence et aux degrés de gravité variables.

Effets indésirables très fréquents (affecte plus d’une utilisatrice sur 10) et fréquents (affecte 1 à 10 utilisatrices sur 100)

  • Infections vaginales
  • Dépression
  • Baisse de la libido
  • Céphalées
  • Migraines
  • Douleurs abdominales
  • Nausées
  • Acné
  • Tension mammaires,
  • Prurit génital,
  • Dysménorrhée,
  • Douleurs pelviennes,
  • Pertes vaginales,
  • Prise de poids,
  • Gêne liée à l’anneau,
  • Expulsion de l’anneau.

Effets indésirables peu fréquents (affecte 1 à 10 utilisatrices sur 1000)

  • Cervicite
  • Cystite
  • Infection urinaire
  • Augmentation de l’appétit
  • Labilité affective, altération de l’humeur, sautes d’humeur
  • Vertiges, hypoesthésies
  • Trouble de la vue
  • Bouffées de chaleur
  • Ballonnement de l’abdomen, diarrhée, vomissements, constipation
  • Alopécie, eczéma, prurit, rash
  • Douleur du dos, contractions musculaires, douleur aux extrémités
  • Dysurie, miction urgente, pollakiurie
  • Aménorrhée, inconfort mammaire, hypertrophie mammaire, masse mammaire, polype cervical, saignements coïtaux, dyspareunie, ectropion du col, maladie fibrokystique du sein, ménorragie, métrorragie, gêne pelvienne, syndrome prémenstruel, contractions utérines, sensation de brûlure vaginale, odeur vaginale, douleur vaginale, gêne vulvo-vaginale, sécheresse vulvo-vaginale.
  • Fatigue, irritabilité, malaise, oedème, sensation de corps étranger,
  • Augmentation de la pression artérielle
  • Complication liée au dispositif contraceptif, rupture d’anneau

Effets indésirables rares (1 à 10 utilisatrices sur 10 000)

  • Accident thrombo-embolique veineux
  • Thrombo-embolie artérielle
  • Galactorrhée

Effets indésirables dont la fréquence est indéterminée

  • Réaction d’hypersensibilité
  • Chloasma,
  • Urticaire
  • Troubles au niveau du pénis
  • Excroissance du tissu au niveau du site de l’anneau vaginal

Focus sur le risque de troubles circulatoires

Les études ont démontré que les femmes utilisant un contraceptif hormonal combiné (CHC), y compris les anneaux vaginaux, couraient davantage de risques de développer un trouble circulatoire :  thrombo-embolie veineuse (TEV), thrombo-embolie artérielle (TEA).

A titre de comparaison, 6 femmes sur 10.000 utilisant un CHC faiblement dosé en estrogènes développeront une TEV sur une période d’un an, contre 2 femmes sur 10.000 n’utilisant pas de CHC et n’étant pas enceinte.

Dans de très rares cas, les troubles circulatoires peuvent conduire à la mort (1 à 2%) ou laisser des handicaps lourds et permanents.

Il est donc important d’être informée de ce risque avant de recourir à un anneau vaginal, et de connaître les signes permettant de réagir de la meilleure manière qui soit en cas de troubles avérés.

Symptômes des troubles circulatoires

Sauriez-vous reconnaître les symptômes si vous étiez victime d’un trouble de la circulation sanguine ?

Pour faire le point sur les manifestations d’une TEV ou d’une TEA, il faut savoir :

Faire le point sur les facteurs de risque cardio-vasculaires

Nous ne sommes pas tous égaux face aux problèmes circulatoires et aux risques cardiovasculaires. En jeu : notre hérédité, mais également notre mode de vie, nos habitudes alimentaires etc…

Pour savoir où vous en êtes et quels facteurs de risques vous cumulez, informez-vous en suivant ce lien.

Focus sur le risque de cancers

Certaines études ont fait état d’un risque relatif plus élevé de survenue d’un cancer du sein chez les utilisatrices de contraceptifs oraux combinés (COC) par rapport aux femmes utilisant un contraceptif autre qu’hormonal, voire pas de contraception.

Toutefois, les scientifiques sont confrontés à une absence de preuves tangibles permettant de relier indiscutablement traitement hormonal et cancer du sein

Il se peut que la surveillance médicale plus étroite à laquelle une femme sous contraceptif hormonal doit s’astreindre favorise un diagnostic précoce du cancer du sein.

Par ailleurs, il faut rappeler qu’un geste simple peut vous permettre de détecter une grosseur suspecte : l’autopalpation de votre poitrine.

De la même manière, certaines études tendraient à avancer que utilisation à long terme de contraceptifs oraux combinés pourrait favoriser le développement du cancer du col de l’utérus chez les femmes contaminées par le papillomavirus humain (HPV).

Toutefois, les liens de causalité entre contraceptifs hormonaux et cancer du col de l’utérus restent flous.

Enfin, des tumeurs hépatiques bénignes, rarement, et des tumeurs hépatiques malignes, encore plus rarement, pourraient survenir chez les utilisatrices de NUVARING, à l’image des observations faites chez les femmes utilisant un COC.

Focus sur le risque d’augmentation des ALAT

Chez les patientes infectées par le virus de l’hépatite C (VHC) et recevant un traitement par ombitasvir/paritaprevir/ritonavir et dasabuvir avec ou sans ribavirine, une élévations des transaminases (ALAT) peut survenir, dans des proportions équivalentes à 5 fois la limite supérieure de la normale (LSN), lorsqu’une contraception contenant de l’éthinylestradiol (principe actif de NUVARING) est suivie par ailleurs.

Focus sur les troubles du cycle

Il n’est pas rare que l’utilisation de NUVARING entraîne des saignements irréguliers (spottings ou métrorragies). Bénins, bien que gênants, ces saignements sont fréquents les trois premiers mois d’utilisation.

En revanche, s’ils surviennent à la suite de cycles réguliers alors même que NUVARING a été utilisé conformément aux instructions, il conviendra d’en rechercher les causes. Une affection maligne ou une grossesse devront, par exemple, être écartées.

Il se peut également que les hémorragies de privation (saignements ressemblant à des règles) ne se présentent pas chez certaines femmes. Si l’anneau a été correctement utilisé, une grossesse est peu probable.

En revanche, si vous avez commis des erreurs de posologies, ou si les hémorragies de privation venaient à manquer par deux fois consécutives, il serait prudent de vérifier toute éventualité de grossesse avant de reprendre le traitement.

Focus sur l’hypertriglycéridémie

Les femmes présentant une hypertriglycéridémie, ou ayant des antécédents familiaux, courent davantage de risques de développer une pancréatite lors de l’utilisation de contraceptifs hormonaux.

Focus sur l’hypertension artérielle

Chez de nombreuses patientes utilisant des contraceptifs hormonaux, une légère augmentation de la pression artérielle a été observée, bien que ce phénomène n’ait pas de conséquences cliniques dommageables.

Toutefois, si vous observiez une hausse de votre tension artérielle importante et durable durant votre traitement par NUVARING, consultez sans tarder votre médecin, et suspendez dans l’intervalle l’utilisation de l’anneau.

Si votre tension revient à la normale, ou si les traitements antihypertenseurs sont efficaces, vous pourrez reprendre votre contraception hormonale vaginale.

Les contres-indications liées à Nuvaring

Certaines conditions physiques ou certains états de santé ne permettent pas d’utiliser NUVARING comme moyen de contraception.

C’est pourquoi, avant toute prescription, votre médecin vous fera subir une batterie d’examen (mesure de la tension, recherche de cholestérol, grossesses…), et vérifiera vos antécédents médicaux, personnels et familiaux.

Pathologies excluant la prise d’un contraceptif hormonal

Vous ne devrez pas utiliser un anneau contraceptif si vous êtes atteintes des pathologies suivantes.

Si vous ressentez les symptômes liés à ces pathologies, suspendez immédiatement votre traitement et rendez vous chez votre médecin au plus vite.

Présence ou risque de thrombo-embolie veineuse (TEV)

  • présence de TEV ou antécédents de TEV ;
  • Prédisposition connue, héréditaire ou acquise, à la thrombo-embolie veineuse, telle qu’une résistance à la protéine C activée (PCa) (y compris une mutation du facteur V de Leiden), un déficit en antithrombine III, un déficit en protéine C, un déficit en protéine S ;
  • Intervention chirurgicale majeure avec immobilisation prolongée ;
  • Risque élevé de thrombo-embolie veineuse dû à la présence de multiples facteurs de risque ;

Présence ou risque de thrombo-embolie artérielle (TEA)

  • Thrombo-embolie artérielle – présence ou antécédents de thrombo-embolie artérielle (p. ex. infarctus du myocarde [IM]) ou de prodromes (p. ex. angine de poitrine) ;
  • Affection cérébrovasculaire – présence ou antécédents d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou de prodromes (p. ex. accident ischémique transitoire [AIT]) ;
  • Prédisposition connue, héréditaire ou acquise, à la thrombo-embolie artérielle, telle qu’une hyperhomocystéinémie ou la présence d’anticorps anti-phospholipides (anticorps anti-cardiolipine, anticoagulant lupique) ;
  • Antécédents de migraine avec signes neurologiques focaux ;
  • Risque élevé de thrombo-embolie artérielle dû à la présence de multiples facteurs de risque ou d’un facteur de risque sévère tel que :
    • diabète avec symptômes vasculaires,
    • hypertension artérielle sévère,
    • dyslipoprotéinémie sévère.

Mais aussi :

  • Présence ou antécédents d’affections hépatiques sévères jusqu’à normalisation des paramètres de la fonction hépatique
  • Pancréatite ou antécédent de pancréatite surtout si associé à une hypertriglycéridémie sévère ;
  • Présence ou antécédents de tumeurs hépatiques (bénignes ou malignes) ;
  • Diagnostic ou suspicion d’affections malignes hormonodépendantes des organes génitaux ou du sein ;
  • Hémorragies génitales non diagnostiquées ;
  • Hypersensibilité à l’une des substances actives ou à l’un des excipients.

Situations réclamant un suivi médical particulier

Si vous êtes atteintes par les pathologies suivantes, vous pourrez utiliser NUVARING, à condition de bénéficier d’un suivi médical étroit.

  • ictère et/ou prurit en relation avec une cholestase, apparu au cours d’une grossesse ou lors d’une utilisation antérieure de stéroïdes sexuels,
  • lithiase biliaire,
  • porphyrie,
  • lupus érythémateux disséminé,
  • syndrome urémique et hémolytique,
  • chorée de Sydenham,
  • herpès gestationis,
  • perte de l’audition liée à une otosclérose,
  • angioedème (héréditaire),
  • troubles aigus ou chroniques de la fonction hépatique,
  • diabète,
  • maladie de Crohn et de la rectocolite hémorragique,
  • chloasma, notamment chez les femmes ayant des antécédents de chloasma gravidique : évitez de vous exposer au soleil ou aux ultraviolets pendant l’utilisation de NUVARING.
  • prolapsus du col utérin (difficultés à placer correctement NUVARING ou perte de l’anneau),
  • cystocèle et/ou rectocèle (difficultés à placer correctement NUVARING ou perte de l’anneau),
  • constipation sévère ou chronique (difficultés à placer correctement NUVARING ou perte de l’anneau).

Age et tabagisme

Contraception hormonale, âge et tabagisme ne font pas bon ménage : ils sont tous les trois des facteurs aggravants de maladies ou d’accidents cardiovasculaires.

Aussi, une fumeuse de plus de 35 ans devra, si elle ne peut/souhaite pas délaisser la cigarette, s’orienter vers d’autres moyens de contraception.

Grossesse

Ce traitement contraceptif n’a pas lieu d’être pendant la grossesse. Si celle-ci survient alors que vous utilisez NUVARING, retirez dès que possible l’anneau.

D’après les études disponibles, les femmes ayant utilisé par mégarde une contraception hormonale orale en début de grossesse ne courraient pas de risques supplémentaires de connaître une grossesse pathologique, ou de donner naissance à un enfant porteur d’un handicap ou d’une malformation.

Toutefois, ces données scientifiques ne sont pas disponibles pour ce type de dispositif vaginal.

La prudence s’impose donc.

Après une grossesse, la reprise d’une contraception hormonale doit conduire à être particulièrement attentive à sa santé, en raison du risque accru d’accident cardiovasculaire en post-partum immédiat.

Allaitement

La production quantitative de lait maternel, ainsi que sa composition, peuvent être modifiées par les estrogènes contenus dans l’anneau vaginal.

En effet, de faibles quantités de stéroïdes sexuels passent dans le lait maternel, lequel est par ailleurs moins abondant. Si les études n’ont pas prouvé les effets néfastes sur la santé des nourrissons, la prudence est cependant de mise.

Aussi, les femmes allaitantes ne devraient pas utiliser NUVARING sans un avis médical éclairé.

Interactions médicamenteuses

La prise de certains médicaments n’est pas compatible avec la contraception par anneau vaginal.

Ainsi, certains médicaments peuvent voir leur action annuler la fiabilité de votre contraceptif. A l’inverse, d’autres médicaments peuvent être rendus inefficaces à cause des principes actifs de l’anneau.

Ainsi, avant toute prescription, veuillez indiquer à votre médecin les médicaments que vous avez pris (même sans ordonnance) ainsi que le moyen de contraception que vous utilisez.

Le praticien pourra alors trouver une alternative lorsque cela est possible ou vous indiquer des mesures contraceptives complémentaires à prendre.

Ainsi, l’utilisation de NUVARING est contre-indiquée en concomitance avec des médicaments contenant :

  • ombitasvir / paritaprevir / ritonavir et dasabuvir, avec ou sans ribavirine,
  • phénytoïne,
  • phénobarbital,
  • primidone,
  • bosentan,
  • carbamazépine,
  • rifampicine,
  • oxcarbazépine,
  • topiramate,
  • felbamate,
  • griséofulvine,
  • inhibiteurs de la protéase du VIH (ex. ritonavir, nelfinavir, névirapine),
  • inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (ex. éfavirenz),
  • produits contenant du millepertuis,
  • médicaments contre le VHC (ex. bocéprévir, télaprévir),
  • inhibiteurs enzymatiques puissants du CYP3A4 : kétoconazole, itraconazole, clarithromycine,
  • inhibiteurs enzymatiques modérés du CYP3A4 : fluconazole, diltiazem, érythromycine,
  • Pendant l’utilisation concomitante d’ovules antimycosiques, le risque de rupture d’anneau peut être légèrement plus élevé.

Tests biologiques

Les résultats de certains tests biologiques peuvent être troublés par l’utilisation parallèle de stéroïdes contraceptifs.

Ainsi, les paramètres biochimiques hépatiques, thyroïdiens, surrénaliens et rénaux, les taux sériques de protéines porteuses, les fractions lipidiques/lipoprotéiniques, les paramètres du métabolisme des hydrates de carbone et les paramètres de la coagulation et de la fibrinolyse, peuvent être perturbés.

Toutefois, les modifications sont souvent marginales et restent dans les valeurs normales.

Avis et témoignages des utilisatrices de Nuvaring

L’anneau vaginal est plébiscité par ses utilisatrices. Parmi ses nombreuses qualités, elles louent :

  • le côté sécurisant de l’anneau : il est en place pour trois semaines. Même les plus étourdies peuvent avoir recours à ce contraceptif. Le risque de grossesses non désirées est significativement réduit.
  • le côté pratique de l’anneau : une fois les appréhensions passées, la pose est en réalité facile et rapide.

Seul bémol, il se fait parfois sentir lors de rapports sexuels avec pénétration, bien que cette sensation ne soit douloureuse ni pour la femme, ni pour l’homme.

Guide d’achat de l’anneau vaginal Nuvaring

Bien que ce médicament ait été retiré du marché français le 13/03/2018, il est toujours possible de l’acheter en Europe. Comment ? En passant par une plateforme médicale en ligne digne de confiance, comme une pharmacie en ligne agrée.

Où acheter Nuvaring?

Il faut ici rappeler que ce médicament ne doit en aucun cas être délivré sans ordonnance. Méfiez-vous donc des sites alléchants, vous promettant une livraison sans prescription préalable ou à des prix défiants toute concurrence. Il pourrait s’agir de sites frauduleux vendant des anneaux contraceptifs de contrefaçon.

Notre partenaire disposant de toutes les accréditations pour pratiquer la vente de traitements médicaux en ligne, jouit d’une excellente réputation dans toute l’Europe. Des médecins certifiés analyseront le questionnaire en ligne qu’il vous suffit de compléter avant toute commande de Nuvaring sur internet.

Selon vos réponses, ils jugeront si l’anneau vaginal est indiqué pour vous, et vous délivreront, le cas échéant, une e-prescription pour l’acheter immédiatement.

Dès lors, vous pourrez acheter votre anneau directement en ligne.

Dans le cas contraire, les docteurs vous dirigeront vers une solution contraceptive alternative, correspondant davantage à vos besoins et votre morphologie.

A quel prix ?

Vous trouvez NUVARING disponible à l’achat en ligne par boîtes de trois au prix de 97,99 euros

FAQ

La dernière section de notre dossier sur Nuvaring renferme les réponses aux questions fréquemment posées.

“Je souhaite retarder mes règles. Est-ce possible avec NUVARING ?”

Vous pouvez tout à fait, de façon exceptionnelle, retarder vos règles avec un anneau vaginal. Il vous suffit de mettre en place un nouvel anneau à la suite du précédent sans respecter la semaine habituelle sans anneau. Vous portez donc des anneaux 6 semaines durant.

Attention, il est possible que des spottings apparaissent.

Vous pouvez également décaler la survenue des règles : vous devrez alors raccourcir l’intervalle sans anneau, du nombre de jours souhaités.

Attention, plus vous raccourcirez la pause thérapeutique, plus vous risquez de ne pas avoir d’hémorragie de privation, et plus les risques de présenter des spottings pendant les trois semaines suivantes sont élevés.