Constipation

Constipation: que faire? 
Symptômes, causes, traitements et remèdes pour bien faire caca

Avec 22% de la population française touchée par ce mal, la constipation est aujourd’hui un des troubles digestifs les plus communs dans notre société. Mais, si la plupart d’entre nous ont déjà eu à expérimenter un épisode passager de constipation sans s’alarmer, certaines personnes en souffrent au quotidien.

Bien que souvent bénigne, la constipation chronique peut provoquer des symptômes invalidants dans la vie de tous les jours. Douleurs, ballonnements, fatigue… ces symptômes font vivre à ceux qui en sont touchés un véritable enfer !

Heureusement, il existe aujourd’hui des remèdes naturels et des médicaments efficaces pour traiter la constipation. De même, une certaine alimentation peut redonner à votre transit son dynamisme et faciliter ainsi l’évacuation des selles. Enfin, quelques astuces simples peuvent être suivies pour retrouver le plaisir de bien faire caca.

La constipation : symptômes et causes

Simple à diagnostiquer, la constipation combine un ensemble de symptômes dont on connait aujourd’hui les origines. Il existe deux types de constipation distincts.

La plus courante est une constipation provoquée par une progression trop lente des selles dans le tube digestif due à une apathie du gros intestin.

Plus rare, la constipation dite « terminale » désigne une difficulté à évacuer les excréments du fait de leur dureté.

Les symptômes

Les principaux symptômes de la constipation sont :

  • Une difficulté à aller à la selle plus de 3 fois par semaine
  • Une douleur au ventre régulière
  • Des flatulences
  • Un ventre gonflé
  • Des selles dures, foncées et de petite taille, difficiles à évacuer
  • Une sensation d’évacuation incomplète
  • L’apparition d’hémorroïdes ou de fissures anales

Les personnes constipées combinent souvent plusieurs de ces symptômes et ces différents troubles peuvent être ressentis de manière variable.

Ainsi, certaines personnes sont principalement incommodées par un ventre dur et gonflé quand d’autres subissent des douleurs fortes et une difficulté à évacuer.

Les causes

La difficulté à traiter la constipation réside principalement dans la multiplicité des causes possibles.

Cette complexité peut être d’autant plus marquée que, bien souvent, plusieurs facteurs combinés sont à l’origine de ce trouble digestif.

Voici les principales causes qui peuvent provoquer de la constipation.

L’alimentation

Le déséquilibre alimentaire est la première cause de constipation dans la population. Les aliments riches en fibres comme les fruits, les légumes ou les céréales complètes sont en effet insuffisamment consommés de nos jours.

Leur absence est une des raisons principales pouvant mener au phénomène de constipation. Une hydratation insuffisante est également souvent en cause.

L’exercice physique

Les personnes adoptant un mode de vie sédentaire (travail de bureau par exemple) et ne pratiquant pas d’activité sportive s’exposent à la constipation.

En effet, les muscles abdominaux jouent un rôle important dans le péristaltisme intestinal qui provoque la descente des aliments dans le tube digestif.

Les traitements médicamenteux

La prise régulière de certains traitements allopathiques est à la source d’épisodes de constipation. Il est bien connu, par exemple, que les antidépresseurs et neuroleptiques ont tendance à provoquer de la constipation.

Les antalgiques, anxiolytiques ou encore antiacides peuvent aussi générer ce genre de désagrément.

Paradoxalement, l’abus de laxatifs peut aussi en être la cause car l’intestin devient paresseux, faute d’une stimulation régulière suffisante.

Les pathologies spécifiques

Certaines maladies ont pour effet collatéral d’engendrer une constipation. Un diabète ou une maladie de la thyroïde peuvent ainsi en être à l’origine.

Tout comme une maladie inflammatoire de l’intestin ou une tumeur intestinale. Dans ce cas de figure particulier, un amaigrissement anormal ou la présence de sang dans les selles doivent vous alerter.

Les voyages à l’étranger

Qui dit voyage dans un pays étranger dit aussi bien souvent changement de régime alimentaire ! C’est tout particulièrement le cas des français qui profitent de vacances dans des pays asiatiques populaires comme la Thaïlande ou le Laos.

La gastronomie asiatique comprend en effet une proportion importante de riz dont les effets constipatoires sont de notoriété publique. La consommation de plats épicés est aussi souvent à l’origine de la constipation en voyage.

Le décalage horaire, les conditions climatiques et la transition brutale d’une culture à une autre peuvent aussi expliquer les troubles digestifs à l’étranger.

La grossesse

Dans le classement des troubles affectant le plus souvent les femmes enceintes, la constipation figure en bonne position. Les variations hormonales ainsi que la compression de l’utérus par le côlon ont en effet tendance à modifier le rythme digestif habituel.

Le cas particulier de la colopathie fonctionnelle (ou constipation chronique)

Touchant 5 à 15% de la population en France, la colopathie fonctionnelle – également connue sous le nom de « Syndrome de l’Intestin Irritable » – est une pathologie mal connue de la médecine.

Se manifestant sous forme de diarrhées, de constipation ou d’une alternance entre les deux, elle peut avoir un retentissement important sur la vie des personnes concernées.

Chronique, la colopathie fonctionnelle est alimentée par le stress ou une alimentation déséquilibrée, bien que ces deux aspects n’en soient pas forcément à l’origine.

La cause de l’apparition de cette maladie serait à la fois physiologique et psychosomatique.

La fausse diarrhée : un cas de constipation rarement détecté

Dans certains cas, une constipation prolongée peut se révéler sous la forme de diarrhées aigües. Souvent précédée d’un bouchon de selles dures, la fausse diarrhée se caractérise par l’expulsion de selles liquides après plusieurs jours sans avoir été aux toilettes.

Constipation : que faire ?

Loin d’être une fatalité, la constipation a fait l’objet de nombreuses études scientifiques qui ont permis de mieux comprendre ses mécanismes et de trouver des solutions.

D’abord naturels, ces remèdes peuvent également exister sous forme de traitements médicamenteux.

Les solutions naturelles

De nos jours, la littérature abonde de conseils et astuces pour faciliter le transit et faire caca de manière régulière.

L’alimentation jouant un rôle essentiel dans ce phénomène physiologique, il est conseillé de :

  • Privilégier une alimentation équilibrée et limiter certains aliments.
  • Manger dans de bonnes conditions.
  • Exercer une activité physique.
  • Bien s’hydrater.
  • Ne pas se retenir d’aller aux toilettes.

L’alimentation

La manière de manger devrait être le premier ajustement opéré dans le cadre de la lutte contre la constipation. En effet, certains aliments sont réputés pour leur tendance à ralentir le transit.

On peut, par exemple, citer le riz blanc, les bananes, les pommes, le chocolat noir ou les céréales incomplètes. De même, les plats épicés ou riches en graisse sont à proscrire.

Et pour ceux qui souffrent de ballonnements, mieux vaut éviter les aliments qui fermentent comme le chou ou les haricots.

À contrario, n’hésitez pas à abuser d’aliments riches en fibres comme les fruits frais ou les fruits secs, les céréales complètes, les légumes verts comme la salade, les pois chiches, les haricots blancs ou encore les noix.

Une fois ingérées, les fibres favorisent l’apport en eau dans les selles, ce qui a pour conséquence d’en augmenter le volume et d’en accélérer le transport.

Par ailleurs, les fibres stimulent l’intestin et augmentent donc la motricité intestinale.

La prise du repas

Chaque repas doit rester un moment sacré de repos, de détente et de bien-être. Manger stressé ou avaler son repas sur le pouce, debout ou en marchant, peut fortement perturber la digestion et ralentir le transit.

Pour une digestion apaisée, il est donc nécessaire de manger dans un endroit calme, à des horaires réguliers. Cela permet d’habituer le corps à un rythme de vie stable et équilibré.

Souvent considéré comme le « deuxième cerveau », le système nerveux entérique (celui de vos intestins) contient autant de neurones que le cortex d’un chat !

Il communique en permanence avec votre système nerveux central pour échanger de multiples informations.

Ce n’est donc pas un hasard si nos émotions influencent tant notre digestion et inversement. On parle d’ailleurs souvent de « boule au ventre » en période de stress, ce qui montre que cette relation entre cerveau et intestin est déjà connue depuis longtemps.

Plusieurs études récentes ont d’ailleurs démontré les interactions constantes entre ces deux systèmes nerveux.

C’est pourquoi il est recommandé de prendre son temps pour manger, en mastiquant bien pour faciliter la digestion, et en faisant de chaque repas un moment privilégié dans sa journée.

Le sport

Cela fait longtemps que l’on sait que l’activité physique est un facteur clé dans le traitement de la constipation. C’est d’ailleurs pour cela que l’on constate que les personnes âgées, alitées ou dont la mobilité est réduite, sont plus souvent sujettes à ce genre de trouble.

En sollicitant les muscles abdominaux, le sport permet d’activer le circuit de la digestion et donc de « réveiller » le transit.

La pratique régulière (au moins deux à trois fois par semaine) de sports comme la marche, la course, à pied, le cyclisme ou la natation est recommandée pour lutter contre la constipation.

L’hydratation

On ne le redira jamais assez : matin, midi et soir, il faut boire ! Et notamment de l’eau (plate ou pétillante) en quantités suffisantes (au moins 1 litre et demi par jour). Pour les allergiques à l’eau, du thé ou des tisanes font aussi l’affaire !

L’eau est en fait l’élément essentiel qui donne sa consistance et son volume à vos selles et qui leur permet donc de progresser dans votre tube digestif.

En cas d’hydratation insuffisante, les fèces s’assèchent et diminuent en taille, ce qui rend leur évacuation d’autant plus difficile.

Pour faire caca sans efforts, pensez donc à boire tout au long de la journée. Si vous n’en avez pas le réflexe, gardez une bouteille d’eau à proximité durant votre journée.

Cela vous aidera à vous rappeler de boire. Outre l’eau plate ou pétillante, il est aussi possible d’alterner avec d’autres boissons comme des jus de fruit (de préférence sans sucre) ou de l’eau aux effets laxatifs comme l’eau Hépar.

Pour aller plus loin : les remèdes naturels

Quand les astuces classiques ne suffisent pas à résoudre le problème, il peut être judicieux de tester des préparations naturelles avant de sauter sur les laxatifs. Également, il pourrait être intéressant d’interroger votre médecin à propos d’un éventuel lavement intestinal.

Par ailleurs, certaines plantes possèdent en effet des vertus reconnues depuis la nuit des temps.

Des concentrés de bactéries soigneusement sélectionnées peuvent aussi agir avec succès.

Les probiotiques

A défaut de les avoir déjà testés, vous avez sans doute déjà entendu parler des probiotiques, ces pilules concentrant des milliards de bactéries destinées à coloniser votre microbiote.

Disponibles sans ordonnance, ils visent à rééquilibrer la flore intestinale lorsque celle-ci se trouve durablement perturbée.

Ces micro-organismes viennent lutter contre les « mauvaises » bactéries et renforcer la barrière intestinale afin de favoriser une meilleure absorption des nutriments.

En faisant des cures de probiotiques, il est donc possible de redonner du tonus à ses intestins pour retrouver un transit sain.

Les huiles essentielles

Certaines huiles essentielles possèdent des vertus curatives pour traiter les problèmes de constipation. On en distingue plusieurs comme l’huile essentielle de gingembre, de fenouil, de mandarinier ou d’estragon.

Ces plantes ont souvent pour particularité de posséder des propriétés laxatives et anti-ballonnements reconnues.

Les huiles citées peuvent être appliquées directement sur la peau lors d’un massage du ventre, voire même ingérées par voie orale en petite dose.

Il est recommandé de masser le ventre avec ces huiles dans le sens du transit afin de faciliter la digestion.

Le psyllium blond

Plante miraculeuse pour certains, le psyllium blond a aujourd’hui la cote auprès des personnes constipées ou touchées par des diarrhées chroniques. Cette graine cotonneuse a en effet des propriétés surprenantes.

Ingérée avec de l’eau, elle gonfle et recouvre les parois de vos intestins comme un gel protecteur. Idéal en cas d’inflammation, le psyllium blond est tout à fait inoffensif et facilite le transit des aliments dans le tube digestif.

Les remèdes de grand-mère

Certaines astuces d’autrefois peuvent avoir un effet bénéfique en cas de constipation régulière. Il est possible, par exemple, de faire infuser un morceau de gingembre écrasé dans de l’eau bouillante et de boire l’eau pour profiter des vertus bien connues de cette plante.

Le gingembre facilite en effet le transit et possède une action anti-inflammatoire.

Une tisane relaxante le soir peut également aider à tonifier des intestins paresseux.

La bourrache ou la guimauve en tisane sont ainsi réputées pour leur effets bénéfiques sur le système digestif.

Les traitements médicamenteux

Pour les constipations sévères et chroniques, il peut être parfois nécessaire de passer par un traitement allopathique sous forme de laxatifs.

Votre médecin pourra vous orienter selon votre type de constipation en vous proposant l’un des médicaments suivant :

  • Un laxatif émollient : lubrifie l’intestin et ramollit les selles.
  • Un laxatif irritant : accélère la motricité intestinale.
  • Un laxatif osmotique : favorise l’absorption de l’eau par les selles pour les ramollir.
  • Un laxatif stimulant : encourage la sécrétion d’électrolytes (essentielles au péristaltisme intestinal) et stimule l’intestin.

Les laxatifs irritants et stimulants ont pour effet indésirable de générer une inflammation de la paroi du colon à long terme.

En règle général, l’utilisation de laxatifs pour traiter une constipation chronique peut se révéler nocive en entraînant une « paresse » du système digestif qui devient progressivement incapable de fonctionner seul.

Comment bien faire caca ? Un guide anti-constipation

Pour terminer ce dossier, voici quelques conseils et astuces qui vous permettront de vaincre la constipation lorsque celle-ci se déclare inopinément :

  • Prenez votre temps aux toilettes. Pas besoin de forcer comme un forcené ! Sinon vous risquez de crisper vos muscles et d’empêcher le relâchement indispensable à l’évacuation des selles.
  • Choisissez une position optimale. Pour faciliter l’évacuation à travers le canal rectal, il est possible d’ouvrir celui-ci en adoptant une position particulière. Une fois assis sur les toilettes, posez vos pieds légèrement en hauteur afin de passer en position accroupie, la plus efficace.
  • Détendez-vous et profitez-en pour lire et vous libérer l’esprit. N’hésitez pas à profiter de ce moment pour vous relaxer en lisant ou en pensant à des choses agréables.

Laisser un commentaire: