Ezetrol

Ezetrol : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Alors qu’une population toujours plus large est touchée par l’excès de cholestérol, les traitements traditionnels peuvent ne plus avoir les effets escomptés.

En effet, l’adoption de bonnes habitudes alimentaires (moins de graisses, de sucres, régime équilibré et sain), l’augmentation de son activité physique et sportive, ainsi que le suivi d’un traitement anti-cholestérol usuel, ne suffisent plus toujours pour voir son taux de cholestérol dans le sang baissé.

Ezetrol, médicament appartenant à une nouvelle classe d’agents hypolipidémiants, apparaît comme une alternative ou un complément intéressant aux médicaments plus anciens, notamment les statines.

Vous présentez une hypercholestérolémie : lisez ce dossier présentant Ezetrol, sa posologie, ses bienfaits, ses risques ainsi qu’un guide d’achat.

Présentation d’Ezetrol

C’est est un médicament aidant à lutter contre l’excès de cholestérol, produit par le laboratoire britannique Merck Sharp et Dohme (MSD).

Il permet de réduire le taux de cholestérol présent dans le sang en inhibant l’absorption des graisses par l’intestin.

Présenté sous la forme de comprimés en forme de gélule, blanc à blanc crème, embossé avec « 414 » sur une face, Ezetrol est administré par voie orale et peut être prescrit parallèlement à un statine.

Ce médicament ne peut être délivré que sous ordonnance médicale.

Quelles pathologies Ezetrol permet de traiter ?

C’est un médicament usuellement utilisé pour lutter contre l’hypercholestérolémie primaire (excès de cholestérol dans le sang), mais peut également être prescrit pour prévenir d’événements cardiovasculaires. Ce médicament intervient enfin dans le traitement de l’hypercholestérolémie familiale homozygote, ainsi que de la sitostérolémie familiale homozygote.

Dans la majorité des cas, Ezetrol sera prescrit pour abaisser le taux de ce que l’on appelle communément le « mauvais cholestérol ».

Parmi les nombreuses substances grasses trouvées dans le sang, on trouve le cholestérol. Ce dernier est en réalité composé principalement de deux substances :

  • le LDL-cholestérol (ou mauvais cholestérol)
  • le HDL-cholestérol (bon cholestérol)

Chez un patient sain, le mauvais cholestérol est produit en quantité raisonnable, à savoir dans les proportions utiles au bon fonctionnement des organes. Le « bon cholestérol » peut donc facilement éliminer l’éventuel surplus, et l’empêche de s’accumuler dans les artères, protégeant ainsi des maladies cardiaques.

Chez un patient qui souffre d’hypercholestérolémie, l’organisme surproduit du mauvais cholestérol, parce qu’il reçoit trop de graisses (alimentation trop riche, alcool consommé trop régulièrement et en trop grande quantité, tabagisme) et/ou parce que son métabolisme tourne au ralenti et ne lui permet pas de l’absorber complètement (en conséquence d’une absence d’activité physique par exemple).

Or, s’il n’est ni consommé ni expulsé du corps, le mauvais cholestérol peut s’accumuler sur les parois des artères sous forme de plaques. Ces plaques rétrécissent au fur et à mesure les artères, gênant voire bloquant le flux sanguin vers le cœur, le cerveau, ou tout autre organe vital.

Sans irrigation correcte de son cœur ou de son  cerveau, le patient risque alors une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.

Ezetrol peut également être utile en tant que moyen de prévention, chez les patients présentant une maladie cardiaque : maladie coronaire avec un antécédent de syndrome coronarien aigu par exemple, hypercholestérolémie familiale homozygote ou encore sitostérolémie familiale homozygote.

Administré concomitamment avec une statine, ce médicament peut participer à réduire le risque de survenue d’événements cardiovasculaires (crise cardiaque, AVC), ainsi qu’à limiter les interventions médicales lourdes :

  • chirurgie pour augmenter le flux sanguin cardiaque
  • hospitalisations pour des douleurs thoraciques…

Comment marche Ezetrol ?

Alors que la plupart des autres médicaments anti-cholestérol traitent la synthèse et la fabrication du LDL-cholestérol au niveau du foie (c’est notamment le cas des statines), ce traitement appartient à une nouvelle classe d’agents hypolipidémiants, inhibant de façon sélective l’absorption du cholestérol et des triglycérides au niveau du tube digestif et des intestins.

Concrètement, le principe actif d’Ezetrol, l’ézétimibe, va entraver l’action de la molécule Niemann-Pick C1-Like 1 (NPC1L1), un transporteur de stérols responsable de l’absorption des graisses (cholestérol, triglycérides) par les intestins.

En interférant avec le mécanisme naturel d’intégration des graisses par le tube digestif, ce traitement va diminuer l’apport de graisses au foie.

Ce dernier aura donc moins de « matière » à transformer en LDL-cholestérol. Il est par ailleurs à noter que la production de mauvais cholestérol sera d’autant plus ralentie que le patient suit parallèlement un traitement par statines.

En effet, compte-tenu de leurs actions complémentaires, suivre un traitement hypocholestérolémiant combinant statines et Ezetrol renforce les chances de lutter efficacement contre l’hypercholestérolémie.

Toutefois, la prise en charge médicale d’un excès de cholestérol ne saurait dispenser le patient d’adopter des mesures hygieno-diététiques saines.

De bonnes habitudes alimentaires (régime équilibré et appauvri en graisses, réduction ou arrêt de la consommation de tabac et/ou d’alcool), ainsi que la pratique d’une activité physique régulière, sont autant d’actions propices à faire baisser naturellement votre taux de cholestérol.

Il serait par ailleurs erroné de croire que suivre un traitement hypocholestérolémiant vous aidera à perdre du poids.

En tout état de cause, votre médecin vous préconisera toujours de suivre ces quelques règles de vie avant toute prescription médicamenteuse.

Si toutefois, en dépit de ces efforts, aucune embellie notoire ne se fait ressentir, ou si vous êtes prédisposé à développer une hypercholestérolémie en raison de votre diabète ou de votre hypertension artérielle, votre praticien pourra alors décider de vous placer sous traitement par Ezetrol, seul ou conjointement à un statine.

Ezetrol et statines

Ce médicament peut-être prescrit en parallèle d’un statine, en raison de leur mécanisme complémentaire de lutte contre le cholestérol (voir la partie “fonctionnement”).

En effet, Ezetrol bride l’absorption des graisses provenant de l’alimentation par l’organisme, au niveau des intestins. Ce médicament limite donc l’apport de cholestérol et de triglycérides au foie. Ce dernier est responsable de la transformation des graisses provenant de la digestion en LDL-cholestérol.

Les statines quant à eux, interfèrent dans le mécanisme de synthèse hépatique du cholestérol et des triglycérides. Ils entravent le processus de transformation par le foie des graisses provenant de l’extérieur, de l’alimentation par exemple, en LDL-cholestérol.

Ainsi, d’un côté, Ezetrol diminue la quantité de graisses arrivant au foie, et, de l’autre, les statines réduisent la production par le foie de mauvais cholestérol.

Si, simultanément, le patient observe des mesures d’hygiène alimentaire et pratique régulièrement une activité physique et sportive, l’organisme va mécaniquement recevoir une quantité de LDL-cholestérol davantage en rapport avec ses réels besoins.

Il sera plus aisé pour le « bon cholestérol » de se débarrasser du « mauvais cholestérol » en surplus, réduisant de fait le dépôt en plaque dans les artères.

Cette dynamique participe à la réduction du risque de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux.

A qui s’adresse Ezetrol ?

Vous avez développé une hypercholestérolémie et l’adoption d’un régime pauvre en graisses, ainsi que la pratique régulière d’une activité physique, n’ont pas eu d’effets ? Votre médecin peut alors décider de vous prescrire Ezetrol.

Ce médicament est en effet indiqué chez les personnes dont l’excès de cholestérol ne peut être contrôlé par d’uniques mesures hygiéno-diététiques (habitudes qui devront toutefois se poursuivre durant le traitement).

En complément des statines, ce traitement peut également être prescrit aux personnes souffrant d’hypercholestérolémie primaire, familiale hétérozygote et non familiale, dont l’excès de cholestérol n’a pas été suffisamment enraillé par le traitement aux statines seul.

Ezetrol peut être indiqué pour se substituer aux statines. Il arrive en effet que des patients ayant une hypercholestérolémie primaire (familiale hétérozygote et non familiale) tolèrent mal ou n’obtiennent aucun résultat probant en suivant un traitement par statine. Ce médicament sera alors prescrit en monothérapie.

Les patients souffrant de maladies cardiaques, telles qu’une maladie coronaire avec un antécédent de syndrome coronarien aigu (SCA), peuvent, conjointement à leur traitement par statine, utiliser ce médicament comme moyen de prévention contre les risques d’événements cardiovasculaires.

Les patients souffrant d’hypercholestérolémie familiale homozygote, ou de sitostérolémie homozygote peuvent également être concernés par un traitement par Ezetrol, en concomitance avec le traitement qui leur a été prescrit au préalable.

Une précaution toutefois s’impose : ce médicament n’est accessible que sous prescription médicale. Ne prenez, ou ne donnez en aucun cas à une tierce personne, et ce même si les signes de leur maladie semblent identiques aux vôtres, ce médicament sans l’avis d’un médecin. Il pourrait vous être nocif ou dégrader la santé de cette personne.

Quels sont les avantages d’Ezetrol ? Ses inconvénients ?

Ce traitement possède trois avantages non négligeables.

  1. C’est d’abord un médicament issu d’un grand laboratoire pharmaceutique. Il bénéficie donc de l’aura et du sérieux de son fabriquant, MSD.
  2. C’est ensuite un médicament donc la posologie est simple et régulière (voir infra : comment prendre mon traitement ?). Vous n’aurez donc pas besoin de vous poser un millier de questions concernant la prise de votre traitement, puisqu’il se résume à un comprimé par jour, tous les jours.
  3. C’est enfin un médicament pouvant être associé à d’autres traitements luttant contre l’hypercholestérolémie, notamment les statines. Si votre traitement actuel ne donne pas les résultats escomptés, vous pourrez peut-être trouver en Ezetrol un allié important.

Quelle est l’efficacité d’Ezetrol ?

Dans cette section, nos professionnels de la santé analysent l’efficacité de ce médicament dans le traitement de plusieurs pathologies.

Traitement de l’hypercholestérolémie primaire

Cette médication, avant et depuis sa mise en marché, a fait l’objet de nombreuses études cliniques visant à déterminer son efficacité.

Il est admis scientifiquement que plus le taux de mauvais cholestérol est élevé et plus le risque de survenue d’un accident vasculaire cérébral et/ou d’une crise cardiaque, potentiellement mortels, augmente.

Or, des études cliniques ont démontré que la prise d’Ezetrol par des patients présentant une hypercholestérolémie, en monothérapie ou en association avec une statine, diminue significativement le LDL-cholestérol (de même que les triglycérides) tout en augmentant la présence de HDL-cholestérol.

Pris en monothérapie, il apparaît que, lors d’une étude clinique réalisée chez 18 patients hypercholestérolémiques, la prise pendant 2 semaines de ce traitement permettait de réduire l’absorption intestinale de 54% par rapport à la prise d’un placebo.

De même, deux études portant sur 1 719 patients ayant une hypercholestérolémie primaire durant 12 semaines, ont mesuré l’effet que la prise quotidienne de 10mg d’Ezetrol, sans autre prise médicamenteuse, pouvait avoir sur le taux de cholestérol.

Par rapport au traitement par placébo, le LDL-cholestérol a baissé de 19%, les triglycérides de 8 %, suite à cette médication. A l’inverse, le taux de HDL-cholestérol a augmenté de 3%.

Pour aller plus loin, une étude a démontré les effets favorables d’une prise d’Ezerol complémentairement à un traitement par statines. 769 patients, atteints d’hypercholestérolémie, bénéficiant d’un traitement par statines dont les résultats n’étaient pas probants, ont été appelés à prendre soit Ezerol, soit un placébo.

72% des patients traités de manière combinée par statines et Ezerol ont présentés au bout de 8 semaines un taux de LDL-cholestérol inférieur ou égal aux taux préconisés par le NCEP (National Cholesterol Education Program), contre 19% pour ceux traités par placébo.

Il a également été constaté que l’association des deux médicaments augmentait le taux de « bon cholestérol » par rapport à un traitement associant statines et placébo.

Ces résultats tendent à prouver qu’Ezerol, pris ou non en concomitance avec une statine, a un effet positif sur la réduction de l’excès de cholestérol dans le sang, ainsi que sur la diminution des risques cardio-vasculaires qui en résultent.

Prévention des événements cardiovasculaires

Des études ont également été menées pour mesurer l’impact d’un traitement par Ezetrol en termes de prévention de la mortalité d’origine cardiovasculaire et des événements cardiovasculaires (crise cardiaque, accident vasculaire cérébral).

18 144 patients ont été recrutés dans les 10 jours suivant une hospitalisation pour syndrome coronarien aigu, bénéficiant ou non de traitements hypolipidémiants préalables.

Ils ont été suivis pendant une période médiane de 6 ans, les uns recevant un traitement complémentaire ézétimibe /simvastatine 10 mg/40 mg, soit un traitement par simvastatine en monothérapie.

Il a été montré qu’un an après le début de l’étude, les patients recevant un traitement combiné ézétimibe/simvastatine 10 mg/40 mg avait un taux de cholestérol moyen moins élevé que ceux traités par simvastatine en monothérapie (53,2 mg/dL contre 69,9 mg/dL).

Il a par ailleurs été démontré que le risque de décès d’origine cardiovasculaire, d’événement coronarien majeur ou encore d’AVC non fatal, diminuait chez les personnes traitées par l’association ézétimibe/simvastatine, par rapport aux personnes suivant un traitement par simvastatine seule (réduction du risque relatif de 6,4 %, p = 0,016).

Un bénéfice qui devrait se retrouver chez les patients à qui l’on a prescrit un traitement par Ezetrol et statines.

Population pédiatrique

L’effet d’Ezetrol sur l’excès de cholestérol de patients âgés de 6 à 10 ans a également fait l’objet d’une étude.

138 patients (59 garçons et 79 filles), souffrant d’une hypercholestérolémie familiale hétérozygote (HFHe) ou non-familiale, ont, pendant 12 semaines, reçu 10 mg de ce médicament par jour, ou un placebo.

A la fin de l’étude, le groupe sous médication réelle a vu son taux moyen de LDL-cholestérol diminué de 28% alors qu’il a été quasi stationnaire pour le groupe ingérant un placébo (-1%).

Une autre étude a porté sur 142 garçons (présentant un stade pubertaire de grade II et plus selon l’échelle de Tanner) et 106 filles (1 an au moins après l’apparition des premières règles) âgés de 10 à 17 ans.

Présentant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, ils ont été, durant 53 semaines, traités par Ezetrol 10 mg en association avec de la simvastatine (à diverses doses), ou par simvastatine seule (à diverses doses).

Il est apparu que le traitement combiné Ezetrol/ simvastatine obtenait de meilleurs résultats que la simvastatine seule : le taux de LDL-cholestérol a respectivement baissé de 49 % contre 34  %, par exemple au bout de 6 semaines.

Au bout de 33 semaines, 62% des patients traités par la combinaison Ezetrol/ simvastatine avaient un taux de cholestérol inférieur ou égal à la recommandation du NCEP/AAP (National Cholesterol Education Program/American Academy of Paediatrics).

Au terme de cette étude, des écarts conséquents ont été notés, prouvant l’efficacité relative d’un traitement combinant ce traitement et simvastatine par rapport à un traitement par simvastatine seule.

Si ces résultats sont encourageants, il reste de nombreux champs d’études à couvrir. Aussi, la plus grande prudence est de mise dès lors que l’on parle d’administrer un traitement à un enfant.

De plus, les effets d’un traitement à long terme n’ont pas été testés pour les enfants de moins de 6 ans. Il est donc fortement recommandé de ne pas avoir recours à ce traitement pour cette population.

Hypercholestérolémie familiale homozygote (HFHo)

50 personnes présentant une hypercholestérolémie familiale homozygote ont fait l’objet d’une étude étendue sur 12 semaines, toutes traitées au préalable par atorvastatine ou simvastatine.

Il a été démontré que l’association atorvastatine ou simvastatine/Ezetrol obtenait de meilleurs résultats : une baisse de 15% en moyenne du LDL-cholestérol.

De tels résultats ne pouvaient être obtenus en monothérapie qu’en augmentant significativement les doses d’atorvastatine ou simvastatine, à leur maximal autorisé.

Sitostérolémie homozygote (phytostérolémie)

37 patients atteints de sitostérolémie homozygote ont également été le sujet d’une étude d’une durée de 8 semaines, visant à déterminer l’efficacité d’Ezetrol versus un placébo : 30 d’entre-elles recevaient une dose quotidienne de 10mg de cette médication, les 7 autres un placébo.

Il a été démontré que ce médicament avait un effet bénéfique sur la réduction du taux des deux principaux phytostérols, le sitostérol (-21%- et le campestérol (-24%), par rapport aux taux initiaux.

Composition d’Ezetrol

Ces pilules sont constituées d’un seul et unique composé actif : l’ézetimibe (voir infra : Focus sur le principe actif).

Il est par ailleurs composé d’excipients (des ingrédients non médicamenteux) :

  • Croscarmellose sodique
  • lactose monohydraté
  • stéarate de magnésium
  • cellulose microcristalline
  • povidone
  • laurylsulfate de sodium

Focus sur le principe actif d’Ezetrol

Seul agent actif, l’ézetimibe, fonctionne en inhibant l’absorption du cholestérol par l’intestin grêle.

Lorsque nous mangeons, nous incorporons des graisses, retraitées à chaque niveau du tube digestif. Alors que, naturellement, le cholestérol est absorbé par notre organisme au niveau des intestins, et notamment du petit intestin, Ezetrol interfère avec ce mécanisme, et limite donc la quantité de cholestérol envoyée en direction du foie.

Ce dernier est en effet « l’usine » qui transforme les graisses provenant de notre alimentation en cholestérol consommable par nos cellules, lequel s’accumule dans nos artères s’il est produit en trop grande quantité, ou s’il est insuffisamment utilisé par nos organes.

Ainsi, en limitant l’absorption des graisses au niveau du tube digestif, Ezetrol ralentie mécaniquement la production de LDL-cholestérol, et de ce fait le taux de mauvais cholestérol présent dans le sang.

Posologie : comment prendre Ezetrol ?

Ezetrol est un médicament délivré uniquement sous ordonnance médicale. Sa prescription ne se fera qu’après un bilan de santé complet établi par le médecin, et bien souvent après qu’un régime hypolipidique ait été adopté par le patient sans donner de résultats satisfaisants.

Votre médecin, lors de sa consultation, vous donnera toutes les indications pour prendre correctement votre médicament, en monothérapie, ou associé avec d’autres médicaments. En suivant scrupuleusement ces recommandations, vous favoriserez l’efficacité de ce traitement, et limiterez le risque d’effets indésirables.

Toutefois, voici un aperçu (à titre informatif) de la posologie de ce médicament.

Quand commencer Ezetrol ? Quand l’arrêter ?

Vos analyses de sang sont formelles : votre taux de cholestérol est un peu trop élevé.

La première des actions à mettre en place est de revoir votre mode d’alimentation. Peut-être mangez vous trop gras, trop salé, en trop grande quantité ? Faites le bilan et adoptez de ce pas une routine alimentaire saine et équilibrée, hypolipidique, si ce n’est pas déjà le cas.

En parallèle, essayez de booster votre métabolisme : dans la mesure du possible, adonnez vous au moins hebdomadairement à une activité sportive, ou a minima, rompez avec la sédentarité et augmentez votre activité physique.

Vous avez déjà mis en place ces mesures et les résultats ne sont toujours pas convaincants ? Vous avez peut-être même entamé un traitement par statines qui n’a pas les effets escomptés ?

Votre médecin pourra alors décider de vous prescrire Ezetrol, en complément ou en substitut de votre ancien médicament, mais toujours en parallèle d’un régime hypocholestérolémiant.

Votre traitement durera le temps que votre médecin le jugera nécessaire.

D’un point de vue strictement physique, vous pouvez arrêter la médication au moment qu’il vous plaira, ce médicament n’ayant pas d’effet d’accoutumance.

Toutefois, d’un point de vue médical, il serait hasardeux de stopper brutalement votre traitement. Votre taux de cholestérol pourrait remonter en flèche suite à cet arrêt.

En tout état de cause, si vous souhaitez cesser de prendre Ezetrol, parlez-en à votre médecin ou demandez conseil à votre pharmacien.

Quel(s) dosage(s) ?

Avant de lire cette section, comprenez bien que seul votre médecin traitant est habilité à vous indiquer le dosage optimal de ce traitement au regard de votre organisme.

Les parties ci-dessous sont à titre informatif uniquement, et pourraient ne pas vous correspondre.

Posologie habituelle

Le dosage habituel recommandé pour cette médication est d’un comprimé de 10 mg, à prendre chaque jour, une fois par jour, par voie orale. Pour faciliter son ingestion, n’hésitez pas à boire un grand verre d’eau simultanément.

Il est possible de prendre ce traitement à tout moment de la journée, au cours du repas ou en dehors. Toutefois, afin d’éviter les oublis, il est préférable de « ritualiser » le moment de la prise. Si vous prenez vos repas tous les jours sensiblement à la même heure, pourquoi ne pas profiter de cette régularité pour vous souvenir de prendre votre cachet ?

Statines et Ezetrol peuvent être pris en parallèle pour que votre traitement anti-cholestérol gagne en puissance. Il est tout à fait possible de prendre les deux médicaments en même temps.

Dans la mesure où la prise de ce médicament n’est soumise à aucune contrainte particulière, nous vous recommandons de vous rapporter à la posologie de l’autre traitement, éventuellement plus complexe.

En revanche, la combinaison Ezetrol / médicament anti-cholestérolémie contenant de la  cholestyramine, ou tout autre médicament contenant un chélateur des acides biliaires requiert un peu plus d’attention.

En effet, un délai d’au moins 2h doit être observé entre la prise de ce traitement et du chélateur des acides biliaires si Ezetrol est pris en premier ; ce délai passant à au moins 4 heures si Ezetrol est pris après le chélateur des acides biliaires.

Sujets âgés

La posologie habituelle s’applique aux personnes de plus de 70 ans. Aucun ajustement n’est nécessaire.

Population pédiatrique

Comme indiqué dans la rubrique « efficacité », il est possible d’administrer un traitement par Ezetrol à une population pédiatrique de plus de 6 ans. Toutefois, ce traitement doit être à l’initiative et étroitement surveillé par un spécialiste (pédiatre).

Aucune recommandation de posologie n’est d’ailleurs formulée par le laboratoire Merck Sharp et Dohme (MSD) concernant les enfants et les adolescents âgés de 6 à 17 ans.

Si toutefois, votre pédiatre décidait de faire suivre à votre enfant ou adolescent ce traitement contre les excès de cholestérol en association avec une statine, vous devrez veillez à ce que la posologie de la statine soit en adéquation avec les doses indiquées pour la population pédiatrique.

Par ailleurs, aucune étude n’a été réalisée concernant la sécurité de l’emploi et l’efficacité d’Ezetrol chez les enfants de moins de 6 ans. Son emploi reste donc très peu conseillé.

Patient présentant une insuffisance hépatique

Si l’insuffisance hépatique du patient est légère (score de Child Pugh 5 à 6), aucun ajustement de posologie n’est nécessaire.

En revanche, pour les patients atteints d’une insuffisance hépatique modérée ou sévère (score de Child Pugh 7 à 9 ou supérieur à 9), ce traitement n’est pas indiqué.

Patient présentant une insuffisance rénale

L’insuffisant rénal peut prendre Ezetrol sans qu’une modification de posologie soit nécessaire.

Que faire en cas d’oublis ?

Bien que routinière et simple, il est possible d’oublier la prise du comprimé journalier d’Ezetrol.

Dans ce cas, faites comme si de rien n’était : continuez votre traitement normalement, prenez votre cachet à l’heure habituel sans doubler la dose.

Il serait au contraire contre-productif de prendre le cachet oublié en concomitance avec le cachet du jour : vous pourriez alors développer des symptômes de surdosage.

Que faire en cas de surdosage ?

Vous avez pris plus d’un cachet d’Ezetrol à la fois ? Vous suspectez un de vos proches d’avoir pris une dose plus importante qu’il n’aurait dû ?

Prenez attache sans tarder avec votre médecin ou votre pharmacien. En fonction du surdosage auquel vous vous êtes exposé, ils vous indiqueront la marche à suivre.

Vous risquez, en cas de surdosage, de subir quelques effets indésirables, bénins, mais tout de même gênants. Dans tous les cas, une auscultation physique réalisée par un professionnel de la santé certifié est nécessaire pour éviter le moindre risque.

Les précautions d’usage

Quelques précautions sont à prendre durant votre traitement par Ezetrol. Afin d’éviter tout désagrément, prenez connaissance des quelques règles suivantes et veuillez ne jamais dépasser la dose qui vous a été prescrite.

Ezetrol et allergies

Lors de votre consultation, n’hésitez pas à énumérer tous les médicaments, substances, auxquels vous êtes intolérants ou allergiques. Votre médecin, en rapport à la liste des excipients et du principe actif d’Ezetrol, déterminera s’il vous est possible de prendre ce médicament.

Les comprimés contiennent, dans leurs excipients, un ingrédient appelé lactose. Si vous êtes allergique à ce sucre, ne prenez pas ce traitement.

De même, si vous êtes intolérant au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose, il vous est déconseillé d’utiliser ce médicament.

Ezetrol et alcool

La consommation régulière et/ou excessive d’alcool est une cause aggravante d’hypercholestérolémie.

Réduire voire totalement supprimer votre consommation d’alcool vous sera fortement conseillé si vous êtes traité contre le cholestérol, d’autant que ce traitement est peu compatible avec l’alcool.

Ezetrol et conduite

Vous pouvez continuer à conduire sous traitement par Ezetrol.

En revanche, si vous constatez des effets secondaires qui nuisent à votre concentration, ou qui altèrent dangereusement votre conduite, abstenez-vous de prendre le volant et consultez votre médecin dans les plus brefs délais.

Grossesse et allaitement

Grossesse et allaitement sont incompatibles avec la prise d’Ezetrol. Si vous êtes enceinte, prévoyez de l’être, si vous nourrissez votre bébé au sein ou si vous prévoyez d’allaiter, ne prenez pas ce traitement.

Si vous découvrez votre grossesse alors que vous êtes sous ce médicament, suspendez vos prises quotidiennes et demandez conseil sans plus tarder à votre médecin.

Déficience hépatique

Il est d’usage que le médecin prescrive à tous les patients susceptibles de prendre Ezetrol en co-admission avec une statine, avant le début du traitement, un examen sanguin pour déterminer le bon fonctionnement de son foie.

Il se peut également qu’il demande à ce qu’un bilan soit réalisé en cours de traitement afin de vérifier s’il n’a pas d’incidences négatives sur la fonction hépatique du patient.

S’il s’avère qu’un problème modéré ou sévère est détecté au niveau du foie, le médecin pourra alors refuser la prescription.

Enfants et adolescents

Les enfants de moins de 6 ans sont exclus de tout traitement par Ezetrol. Aucune donnée n’existe quant à la sécurité d’emploi et l’efficacité de ce médicament chez les plus jeunes.

Les enfants et adolescents de 6 à 17 ans peuvent bénéficier de ce traitement. Toutefois, il fera l’objet d’une surveillance étroite d’un spécialiste (voir supra : efficacité).

Autres traitements (voir infra : interactions médicamenteuses)

Certains médicaments, dont certains destinés à faire baisser le cholestérol (notamment fibrates) sont incompatibles avec Ezetrol.

Si vous avez fait l’usage ou faite l’usage de médicaments, avec ou sans ordonnance, prévenez votre médecin.

Stockage et conservation d’Ezetrol

Comme tout médicament, il peut avoir un effet délétère sur la santé des plus vulnérables et des plus jeunes d’entre nous. Il est donc indispensable que vous conserviez vos comprimés hors de la vue et de la portée des enfants.

Il est par ailleurs recommandé de garder les comprimés d’Ezetrol dans une pièce n’excédant pas les 30 degrés Celsius, propre, saine et sèche.

Une date de péremption est indiquée sur la boite de tout médicament conforme aux réglementations européenes. N’avalez pas de comprimés dont la date de consommation est dépassée. Leur efficacité clinique n’est plus assurée au dernier jour du mois noté sur le packaging.

Enfin, pour le bien de notre planète, évitez soigneusement de jeter ces médicaments au tout à l’égout ou aux ordures ménagères.

Si vous disposez de comprimés dont vous n’avez plus usage, rapportez les à votre pharmacien. Ce dernier pourra les faire détruire en toute sécurité et dans des conditions respectueuses de l’environnement.

Risques, dangers et effets secondaires d’Ezetrol

Ezetrol et son principe actif entrent en interaction avec votre organisme. Il est donc possible, même s’ils ne surviennent pas systématiquement chez tous les patients, que vous développiez des effets indésirables.

S’ils sont pour la plupart bénins, certains de ces effets secondaires peuvent être graves. Aussi, prenez le temps de les lire attentivement : si vous en souffrez, vous saurez plus facilement les détecter et réagir en conséquence.

C’est notamment le cas si vous développez une réaction allergique, incluant gonflement du visage et des lèvres, de la langue et/ou de la gorge, qui vous empêche de respirer ou de déglutir. Si ses symptômes venaient à se déclarer, contactez urgemment un médecin.

De même, prenez toute douleur musculaire inexpliquée, toute sensibilité musculaire douloureuse ou faiblesse musculaire au sérieux et rendez-en compte à votre médecin. En de très rares cas, ces effets secondaires peuvent créer de graves lésions, notamment au niveau rénal, et menacer la vie du patient.

Si vous pensez être victime d’un effet secondaire, quel qu’il soit, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien.

Il se peut que l’effet ressenti n’ait pas encore été recensé : il est d’autant plus important que vous en discutiez avec votre praticien.

En effet, signaler les effets indésirables enrichi les informations disponibles sur ce médicament et en augmente la sécurité d’emploi.

Pour votre parfaite information, pour pouvez également déclarer les effets indésirables directement à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (Ansm), ou via les Centres Régionaux de Pharmacovigilance.

Les effets secondaires d’Ezetrol utilisé seul

Vous prenez Ezetrol en monothérapie : voici les effets secondaires que vous pourriez rencontrer.

Effets indésirables fréquents (entre 1 cas sur 10 et 1 cas sur 100 patients)

  • Fonction digestive : douleurs d’estomac, diarrhée, problèmes de digestion, brûlures d’estomac, nausée, perte d’appétit
  • Fonction musculaire : résultats anormaux de la fonction musculaire, arthrite, spasmes musculaires, douleur au niveau du cou
  • Fatigue
  • Bouffées de chaleur
  • Fonction respiratoire : respiration sifflante, toux
  • Résultats anormaux de la fonction hépatique
  • Pression sanguine élevée

Effets indésirables peu fréquents (entre 1 cas sur 100 et 1 cas sur 1000 patients)

  • Augmentations des transaminases (dysfonctionnement de la fonction hépatique)
  • Dysfonctionnement de la fonction musculaire (CKP) : douleurs articulaires ; spasmes musculaires ; douleurs cervicales
  • Fonction digestive : indigestion ; brûlures d’estomac ; nausée ; diminution d’appétit
  • Toux
  • Douleur à la poitrine
  • Bouffées de chaleur
  • Hypertension

Les effets secondaires d’Ezetrol prescrit avec un statine

Si vous suivez un traitement par statines et que votre médecin souhaite y associer un traitement par Ezetrol, sachez que vous pourriez développer les effets indésirables suivants :

Effets indésirables fréquents (entre 1 cas sur 10 et 1 cas sur 100 patients)

  • Augmentation des transaminases (dérèglement de la fonction hépatique)
  • Maux de tête
  • Douleurs musculaires
  • Sensation de faiblesse
  • Sensibilité

Effets indésirables peu fréquents (entre 1 cas sur 100 et 1 cas sur 1000 patients)

  • Sensibilité cutanée : démangeaison ; rash ; urticaire
  • Dysfonctionnement de la fonction musculaire : sensation de fourmillements, faiblesse musculaire ; douleurs des bras et des jambes, douleur dorsale
  • Sécheresse buccale
  • fatigue ou faiblesse inhabituelles
  • Oedèmes des mains et des pieds principalement

Les effets secondaires d’Ezetrol prescrit avec le fénofibrate

Si votre médecin vous a prescrit un traitement par Ezetrol en complément d’un fénofibrate, voici la liste des effets secondaires recensés à ce jour :

  • Douleurs abdominales ; constipation
  • étourdissements ; sensibilité ou faiblesse, fatigue inhabituelle
  • douleurs musculaires ; atteinte musculaire ; sensation de fourmillement
  • problèmes hépatiques
  • réactions allergiques (rash, urticaire, éruption de plaques rouges en relief, érythème multiforme)
  • calculs biliaires ou inflammation de la vésicule biliaire
  • inflammation du pancréas
  • diminution des cellules sanguines (thrombocytopénie)
  • dépression
  • essoufflement

Les contre-indications

Certaines pathologies ou états de santé sont incompatibles avec la prescription d’Ezetrol.

Veillez donc bien à informer en toute transparence votre médecin de votre historique médical, surtout si vous avez des antécédents de dysfonctionnement de la fonction hépatique, si vous avez une allergie connue (notamment au lactose), ou si votre consommation d’alcool est régulière et/ou excessive.

Votre médecin pourra alors en conscience établir la meilleure réponse médicamenteuse à votre hypercholestérolémie.

Grossesse et allaitement

Pour le moment, aucune donnée clinique n’est disponible concernant la compatibilité d’un traitement par Ezetrol en monothérapie et la grossesse chez les humains.

Chez l’animal, l’utilisation de ce traitement en monothérapie n’a pas montré d’incidence délétère, directe ou indirecte, sur la grossesse, le développement de l’embryon ou du fœtus, la naissance et le développement des petits après la naissance.

Toutefois, en l’absence d’information sur la sécurité d’emploi de ce médicament, la prudence est de mise. Il est donc probable que votre médecin refusera de vous le prescrire si vous êtes enceinte, si vous prévoyez de l’être ou suspectez de l’être.

A l’inverse, si vous êtes traitée par Ezetrol, il vous sera certainement demandé d’avoir recours à un moyen de contraception fiable et régulier.

Si vous découvrez votre grossesse en cours de traitement, stoppez immédiatement la prise de ce médicament et demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

De même, si vous êtes enceinte, pensez l’être ou tentez de tomber enceinte, vous ne devez pas commencer de traitement par Ezetrol incluant une statine.

Si vous vous apercevez que vous êtes enceinte alors que vous prenez Ezatrol et une statine, suspendez la prise des deux médicaments et prenez conseil auprès de votre médecin. Ce dernier vous indiquera la marche à suivre.

Si vous allaitez, ou prévoyez d’allaiter, il vous sera peu recommandé d’entamer une thérapie à base de cette médication, même en monothérapie. En l’état actuel des connaissances, nous ne savons pas si la molécule active du médicament passe dans le lait maternel humain.

En revanche, les études chez le rat font état d’un passage de l’ézétimibe, (principe actif), dans le lait de rate allaitante.

Aussi, en l’absence de données fiable, le principe d’extreme précaution s’applique.

Allergie

Lors de votre consultation, prenez garde à tenir votre médecin informé de toute allergie connue à des médicaments ou autres substances.

A noter que les comprimés d’Ezetrol contiennent du lactose. Si vous êtes intolérant à certains sucres, veillez à le notifier à votre médecin.

De même, si vous présentez une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose, ce médicament vous est contre-indiqué.

Affection hépatique

Si vous souffrez d’une insuffisance hépatique hépatique modérée ou sévère (score de Child Pugh 7 à 9 ou supérieur à 9), le traitement par Ezetrol est contre-indiqué.

Si votre dossier médical fait état d’une affection hépatique, votre médecin vous prescrira certainement avant et en cours de traitement, un examen sanguin contrôlant le bon fonctionnement de votre foie.

Alcool

La consommation régulière et/ou excessive d’alcool est incompatible avec la prise d’Ezetrol. Si vous êtes sujet à la dépendance, ou s’il vous est difficile de stopper votre consommation d’alcool, des solutions d’accompagnement existent.

Parlez-en avec votre médecin.

Interactions médicamenteuses

Il est important, lors de vos consultations médicales, d’indiquer si vous prenez, avez pris récemment ou pourriez prendre des médicaments, qu’ils soient soumis à prescription médicale ou non.

En effet, il est possible qu’Ezetrol entre en interaction avec ces autres médicaments, en diminue ou au contraire en accélère dangereusement les effets.

A l’inverse, certains médicaments annulent ou augmentent les effets thérapeutiques d’Ezetrol.

Aussi, pour assurer le bon fonctionnement de vos médicaments, tenez informé votre médecin. Il pourra alors adapter les posologies d’un ou l’autre des médicaments, suspendre un des traitements, ou trouver une alternative.

Voici la liste des principaux médicaments dont l’interaction avec Ezetrol est connue :

  • ciclosporine (médicament souvent utilisé chez les patients transplantés)
  • anticoagulants tels que warfarine, phenprocoumone, acénocoumarol ou fluindione : le temps de prothrombine exprimé en INR devra être surveillé de façon appropriée
  • médicament utilisés dans la lutte contre l’hypercholestérolémie :
    • cholestyramine : le bénéfice supplémentaire attendu par la prise d’Ezetrol en complément de la cholestyramine ne serait pas observé, la cholestyramine diminuant l’efficacité de ce médicament.
    • Fibrates : l’association des deux anti-cholestérol pourrait provoquer de potentielles survenues de lithiase et d’affection de la vésicule biliaire. En effet, les deux médicaments auraient pour effet de majorer l’excrétion du cholestérol dans la bile. Leur action combinée pourrait alors être trop intense pour la fonction biliaire.

En présence d’une suspicion de lithiase biliaire, votre médecin vous préconisera de suspendre vos deux traitements et vous prescrira des analyses plus poussées.