Centre d'amaigrissement

Centre d’amaigrissement pour adulte obèse : dossier complet

Fléau bien difficile à enrayer, l’obésité continue de progresser dans le monde. Ainsi, en 2015, en France, on ne comptait pas moins de 44% de femmes en situation de surpoids quand 54% des hommes étaient concernés.

15 à 16% des français seraient de plus considérés comme obèses, c’est-à-dire avec un Indice de Masse Corporelle (IMC) supérieur à 30.

A l’échelle mondiale, la situation est encore plus alarmante puisque, depuis 1975, on a tout simplement assisté à une multiplication par 3 de l’obésité. En 2016, 650 millions d’adultes étaient obèses dans le monde ! Les projections de l’OCDE font même état de 47% de la population américaine obèse en 2030 et de 21% en France.

Mais alors comment endiguer ce phénomène mortifère ? Sortir de la spirale pondérale inflationniste n’est pas toujours aisé et il est parfois nécessaire de se faire aider. Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions efficaces pour lutter contre l’obésité chez les adultes de tout âge.

Des centres spécialisés pour maigrir se proposent notamment d’accompagner les personnes obèses à travers un parcours de soin global qui intègre toutes les pistes d’action reconnues.

Voici tout ce qu’il y a à savoir sur ces centres d’un nouveau genre.

Les centres d’amaigrissements, un objectif de santé publique

Parce que l’obésité est aujourd’hui une épidémie qui touche l’ensemble de la population française, l’Etat français a mis en place une politique de prise en charge depuis plusieurs années.

L’idée est d’adapter le système de soin au traitement de cette problématique sanitaire et notamment de sa forme la plus virulente, l’obésité sévère et morbide qui touche 4% de la population. Avec pour objectif à moyen et long terme de stopper la progression de cette maladie qui a des répercussions graves au niveau médical.

Cela passe aujourd’hui par une meilleure coordination de l’offre de soins et par la mise en place d’un parcours de soin intégré.

Afin de proposer des solutions innovantes, l’Etat français a donc lancé, de 2010 à 2013, la création de 37 centres spécialisés dans la prise en charge du surpoids. Leur objectif est de répondre à la demande de soin des personnes touchées par une obésité sévère.

Qu’est-ce qu’un centre pour obèses ?

Un centre d’amaigrissement pour obèse est une structure médicale intégrée ou non à un établissement médical préexistant et dont le but est d’accompagner les personnes souffrant d’obésité sévère ou morbide.

Ces structures existent sous forme de centres spécialisés ou bien intégrés à des établissements hospitaliers. Elles accueillent généralement des adultes mais aussi des adolescents et des enfants.

On trouve également des cliniques privées dont l’offre de soin ne s’inscrit pas dans le parcours pris en charge par la sécurité sociale.

Un centre pour obèses propose une approche pluridisciplinaire pour répondre à cette maladie multifactorielle. Cette méthode vise à identifier les raisons de l’obésité dans un premier temps puis à la prendre en charge par un traitement adapté à la personne dans un second temps.

Car trop souvent, les personnes obèses sont démunies face à leur maladie qu’ils abordent, la plupart du temps, par un seul angle (régime, sport, etc.). Cette démarche est bien souvent insuffisante du fait des multiples facteurs à l’origine de l’obésité sévère.

Les centres d’amaigrissement ont pour avantage de proposer une prise en charge globale du patient qui fait intervenir des professionnels spécialisés dans plusieurs domaines.

L’accompagnement se fait donc aussi bien sur l’alimentation et la nutrition que sur le suivi psychologique ou l’activité physique.

Une solution de dernier recours

L’admission dans un centre pour obèse doit rester la solution de dernier recours quand le risque morbide est trop élevé ou que toutes les solutions de première intention ont échoué (par ex: utilisation inefficace d’un médicament pour maigrir comme le Xenical).

C’est parfois le cas après l’échec d’une première prise en charge par un nutritionniste ou après un régime. C’est alors au médecin traitant ou à un spécialiste de prescrire un séjour en centre spécialisé.

Le parcours de soin pour personnes obèses, tel que décrit par les Agences Régionales de Santé, comprend en fait 3 niveaux de prise en charge consécutifs.

  1. Le 1er niveau est assuré par le médecin traitant chargé de diagnostiquer les cas d’obésité, de démarrer un traitement et d’assurer la cohérence des soins. C’est généralement ce professionnel de santé qui établit le premier contact avec la personne malade.
  2. Le 2nd niveau est assuré par les professionnels spécialisés dans les problématiques nutritionnelles et par les structures de santé publiques et privées. Ce peut être, par exemple, un chirurgien proposant une opération visant à installer un anneau gastrique dans le corps du patient dans les cas d’obésité sévère.
  3. Le 3ème niveau est donc celui de l’hospitalisation dans un centre spécialisé proposant une prise en charge globale du patient obèse afin de traiter le problème en profondeur et sur le long terme. Cela malgré le fait que 50% des patients reprennent du poids dans l’année suivant leur sortie du centre d’amaigrissement.

Dans tous les cas, le traitement dans ce type de structure se fait sur la base du volontariat. Il faut de plus savoir que, compte tenu de la demande élevée, l’attente d’une place libre peut prendre plus d’un an.

Une prise en charge de long terme

En toute logique, le temps d’hospitalisation en centre spécialisé pour maigrir dépend de chaque situation. Selon le profil du patient, son poids et ses antécédents médicaux, la durée de la prise en charge peut fortement varier.

Toutefois, il est recommandé de passer au minimum 3 semaines dans ce type d’établissement afin d’obtenir des effets notables et durables. Pour les cas les plus extrêmes comme une obésité morbide ou ceux impliquant une comorbidité, une admission sur plusieurs mois, voire une année entière, est envisageable.

Il est souvent nécessaire de créer une véritable rupture avec l’environnement quotidien de la personne traitée. Ceci afin de permettre une rééducation en profondeur des habitudes de vie du patient sur le plan nutritionnel et comportemental.

Ce temps long est aussi l’occasion d’ancrer les enseignements et les apprentissages dans les habitudes pour éviter une rechute dans les mois suivant le séjour. 

Une prise en charge complète

L’obésité touchant prioritairement les populations les plus défavorisées sur le plan économique et social, les pouvoirs publics permettent à chaque individu de bénéficier de cette prise en charge gratuitement via la Sécurité Sociale.

À condition d’avoir été diagnostiqué par un médecin traitant ou spécialiste et de rejoindre un centre agréé, c’est-à-dire faisant partie de la liste des 37 centres d’amaigrissement répertoriés par les ARS (Agences Régionales de Santé).

Dans le détail, la prescription du médecin doit mentionner une orientation thérapeutique « amaigrissement » qui donne alors droit à une prise en charge de base de 18 jours.

En revanche, s’il est possible de bénéficier du tiers payant, le remboursement des frais de logement et de transport est conditionné par les ressources de chaque patient.

Le séjour en centre en pratique

A l’arrivée dans un centre spécialisé de traitement de l’obésité, un bilan médical est d’abord effectué. Un médecin accompagne alors le patient pour déterminer les causes apparentes de son obésité, son état de santé, les éventuelles comorbidités, l’aspect psychologique de la maladie et le parcours de soin réalisé jusqu’ici.

A la suite de ce premier entretien, le personnel soignant conçoit un projet personnalisé qui comprend des objectifs à atteindre, un planning et une méthodologie précise.

Dans tous les cas, la démarche s’articule autour de l’alimentation, l’activité physique et la prise en charge psychologique de l’obésité.

L’approche nutritionnelle

Sans surprise, l’alimentation est le premier champ d’intervention. Car la lutte contre l’obésité est subordonnée à une rééducation visant à modifier durablement les habitudes alimentaires.

Il ne s’agit pas tant ici de maigrir via la mise en place d’un régime de privation mais plutôt d’apprendre à manger équilibré et diversifié.

Le patient doit ainsi être capable de maîtriser ses apports caloriques et de se débarrasser de ses mauvaises habitudes alimentaires.

Les personnes obèses peuvent également suivre des cours de cuisine pour apprendre à cuisiner et à gérer leur alimentation. C’est là l’occasion de découvrir autre chose que la nourriture industrielle et les plats préparés qui sont souvent au menu des personnes en excès de poids.

L’approche par le sport

Qui dit perte de poids dit aussi obligatoirement activité sportive. C’est pour cela que l’encadrement médical comprend la pratique quotidienne d’une activité physique.

L’idée est de se réhabituer à effectuer des efforts à travers les tâches du quotidien comme monter les escaliers au lieu de l’ascenseur ou marcher au lieu de prendre les transports en commun.

En parallèle d’un rééquilibrage nutritionnel, l’activité physique doit permettre aux patients obèses de compenser leurs apports caloriques et de dynamiser leur métabolisme.

L’approche psychologique

Souvent délaissé au profit exclusif de l’alimentation ou du sport, l’accompagnement psychologique de l’obésité joue souvent un rôle clé dans le traitement de cette maladie.

Dans 80% des cas, les patients souffrent de troubles compulsifs du comportement alimentaire qui doivent impérativement être pris en charge pour une rémission durable.

En effet, un évènement traumatique comme une agression, un décès ou une rupture peut entraîner un trouble alimentaire sévère (comme la boulimie) s’il n’est pas « digéré ».

Il est donc impératif de soigner un mal-être sur le plan psychique afin de sortir la personne du cercle vicieux de la dépendance à l’alimentation.

Dans le cadre de la prise en charge en centre spécialisé pour maigrir, un psychologue ou un psychiatre accompagnent les patients qui en font la demande afin de leur permettre de dépasser leurs blocages et de s’accepter.

Comment choisir son centre d’amaigrissement ?

Pour assurer le succès d’une telle démarche, mieux vaut choisir son centre d’amaigrissement avec soin.

Certaines cliniques ou stations thermales comme à Vichy ou à Thonon-les-Bains sont spécialisées dans le traitement du surpoids. La prise en charge n’est cependant pas assurée dans ces centres.

Comme expliqué précédemment, pour une prise en charge totale par l’assurance maladie de l’admission en centre spécialisé, il faut obligatoirement passer par l’une des 37 structures réparties sur le territoire français.

Chaque région possède un ou plusieurs de ces centres. Parmi eux, 4 sont gérés par des entités privées et le reste relève du domaine public. Les centres situés à Pau, Saint-Grégoire et Sauvegarde font ainsi partie de l’offre en structures privées.

Parmi ces structures, certaines sont affiliées et intégrées à un centre hospitalier comme à Lille, Toulouse ou Paris.

Si la prise en charge dans les établissements publics est standardisée, elle peut aussi dépendre de paramètres variables comme le niveau des infrastructures, le matériel médical disponible sur place, le nombre de soignants par patient, etc.

Pour choisir efficacement son centre pour l’obésité, il est conseillé de :

  • Se renseigner auprès de chaque centre à proximité pour obtenir une documentation complète sur le parcours de soin offert (remboursement éventuel par la sécurité sociale, programme et activités proposées, etc.).
  • Choisir un centre comprenant une équipe pluridisciplinaire (médecins spécialistes, nutritionnistes, psychologues, coachs sportifs, etc.).
  • Vérifier que le suivi dure pendant au moins 6 mois au-delà du séjour afin d’éviter les risques de rechute.
  • Privilégier un centre implanté dans un cadre agréable. La météo et l’environnement naturel peuvent notamment influencer la motivation et la réussite de la démarche.
  • Préférer une structure proposant un suivi personnalisé en parallèle des activités de groupe. Celui-ci est essentiel pour permettre de traiter des problématiques personnelles.
  • Cibler un centre adapté en cas de comorbidité comme dans le cas d’une maladie thyroïdienne qui amplifie la prise de poids.
  • S’orienter vers un centre à distance du lieu de résidence habituel afin d’effectuer une rupture avec l’environnement quotidien.
  • Opter pour un établissement mettant l’accent sur une approche psychothérapeutique. Certains d’entre eux font en effet appel à des formateurs qui aident à mieux gérer son stress au quotidien et à se réapproprier son corps par des exercices corporels et mentaux.

En suivant ces quelques conseils, il est possible d’analyser efficacement l’offre disponible afin de faire le meilleur choix possible.

Pour en savoir plus sur les centres d’amaigrissement et obtenir les meilleurs conseils, il est toutefois impératif de consulter son médecin traitant ou un professionnel spécialisé.

Laisser un commentaire: