Serevent : posologie, effets secondaires, avis, ordonnance, prix et guide d’achat

Serevent est un médicament antiasthmatique de la famille des bronchodilatateurs à action prolongée, qui s’attaque aux symptômes communs de l’asthme.

Il est aussi indiqué dans le soin de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC).

Disponible sous deux formes, Evohaler (25 microgrammes, suspension à inhaler en flacon pressurisé) et Accuhaler (ou Serevent Diskus 50 microgrammes, poudre pour inhalation), il est reconnu pour la durabilité de ses effets, puisqu’ils peuvent s’étendre jusqu’à 12 heures de protection contre les crises.

L’obtention de ce médicament est soumise à une ordonnance médicale. Il est important qu’un professionnel fasse le diagnostic afin de le prescrire au patient. En effet, il peut être déconseillé pour certaines personnes en raison des contre indications et effets secondaires possibles. C’est pour cela qu’il doit être utilisé avec précaution, en connaissance des restrictions et des particularités liées à ce traitement.

Ce dossier complet propose une présentation du produit, une explication de son mode de fonctionnement et les autres informations relatives, les particularités et risques liés ainsi qu’un guide d’achat.

Présentation de l’antiasthmatique Serevent

gsk

Serevent est commercialisé depuis 1990 par le laboratoire GlaxoSmithKline (GSK), géant de l’industrie pharmaceutique mondiale, né de la fusion entre Glaxo Wellcome et SmithKline Beecham en 2000.

Les deux versions du produit font partie de la liste des médicaments autorisés sur le marché en France, le SEREVENT 25 μg depuis le 30 Décembre 1991 et le SEREVENT DISKUS 50 μg  depuis mai 1995.

Le salmétérol, le principe actif, est un agoniste bêta-2 à action lente, qui, par son action, permet de stopper les difficultés respiratoires relatives à la crise d’asthme.

Medicament Serevent

Prévention des symptômes asthmatiques :

L’asthme est une maladie chronique qui se définit par une irritation régulière des bronches, et qui se manifeste généralement par des crises entrecoupées de moments de respiration normale, et une sécrétion de mucus. Chez certaines personnes, la pathologie engendre une gêne respiratoire permanente, perturbant la vie quotidienne.

Cette affection respiratoire apparaît généralement dès l’enfance, et affecte une très grande partie de la population car elle a une large propagation dans l’environnement, et une transmission génétique. En France, on estime à plus de 4 millions les personnes asthmatiques.

Il en existe deux types : l’asthme allergique et l’asthme d’effort. Les personnes asthmatiques sont affectées par différents facteurs, et réagissent de manières distinctes aux médicaments selon les principes actifs.

Les causes de cette maladie sont mal connues, mais tiennent le plus certainement à des facteurs génétiques, à une réponse immunitaire accrue à des facteurs allergiques ou environnementaux (le vent, le froid).

Les crises peuvent survenir lorsque le corps est exposé à divers déclencheurs, suite à :

  • La prise de médication
  • Des produits allergènes (poils d’animaux, pollens, humidité, acariens, additifs)
  • Certains polluants dans l’air (gaz, vapeurs de produits ménagers, particules de fumée, pollution, poussière)
  • Des odeurs fortes (détergents, vernis, parfums)
  • Des infections des voies respiratoires (sinusite, bronchite, rhume ou grippe)
  • Un effort physique intense
  • Un épisode de stress Emotionnel

Les causes de cette pathologie respiratoire sont méconnues. Elle est donc diagnostiquée par ses symptômes. Les médicaments disponibles visent à soulager ces signes qui sont :

  • Une toux sèche
  • Une respiration sifflante
  • Un essoufflement
  • Une suffocation
  • Une insuffisance respiratoire aiguë
  • Une accélération des battements du cœur
  • Une sensation de pression et compression du thorax
  • Une Insomnie (souvent conséquente)

Ces signes dépendent de l’intensité de la maladie, et peuvent différer d’une crise à l’autre. Les crises surviennent en général en début de soirée ou dans la nuit.

Il n’y a pas de cure véritable et définitive à la maladie, mais il existe des traitements qui permettent de la contrôler en agissant sur les symptômes, afin que les personnes asthmatiques puissent vivre sans cette gêne permanente. La réponse thérapeutique peut consister en des médicaments d’inhalation de deux types :

  • Les produits de secours qui sont préconisés en cas de crise, ou préalablement à un exercice physique (bronchodilatateurs d’action rapide, ou prolongée) ;
  • Les médicaments de contrôle, pris chaque jour sur une longue durée (stéroïdes inhalés, agonistes des récepteurs des leucocytes).

Il est important d’avoir un contrôle de l’asthme, car il peut provoquer des symptômes permanents et engendrer des complications telle qu’une détresse respiratoire, qui peut mettre en danger la vie de la personne. Selon la Fondation pour la Recherche Médicale, cette pathologie entrainerait environ 1000 morts en France, morts qui pourraient être évitées par un bon contrôle.

De plus, certains signes précurseurs peuvent annoncer les crises d’asthme, il est important de les reconnaître pour réduire la sévérité et agir.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page dédiée sur le site web de la Fondation pour la Recherche Médicale.

Maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC)

Le salmétérol peut également être indiqué dans le traitement de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) qui se réfère à la bronchite chronique et à l’emphysème qui peut l’accompagner.

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie  respiratoire chronique due à l’inflammation et à l’obstruction par un mucus (flegme) permanente et progressive des bronches qui relient la trachée aux poumons. LA BPCO peut s’accompagne d’emphysème, c’est à dire que les sacs alvéolaires des poumons sont endommagés, en réduisant alors la surface du transfert d’oxygène.

Ces troubles rendent la respiration difficile, pouvant limiter les activités quotidiennes, comme le simple fait de marcher.

Cette affection a pour cause une agression répétée de substances toxiques, avec pour première cause le tabagisme (entre 80 et 90%), et est assez courante, car elle touche de 2 à 4 millions de personnes en France (5 à 10 %). 30 000 de ces personnes se trouvent au stade d’insuffisance respiratoire chronique, et sont traitées à domicile par oxygénothérapie, ou par ventilation assistée. Chaque année en France, 15 000 personnes succombent de ce trouble respiratoire.

Certains médicaments permettent d’en diminuer les symptômes et améliorer la qualité de vie de ceux qui en souffrent. Parmi eux se trouvent les bronchodilatateurs, tel que le Serevent, qui aide à dilater les bronches.

Certains médicaments permettent d’en diminuer les symptômes et améliorer la qualité de vie de ceux qui en souffrent. Parmi eux se trouvent les bronchodilatateurs, tel que le Serevent, qui aide à dilater les bronches.

Fonctionnement du Serevent contre l’asthme

Pour comprendre le fonctionnement de cette solution de contrôle contre les réactions asthmatiques, il est important de bien comprendre le mécanisme de l’asthme : lors d’une exposition à un facteur irritant, le système immunitaire répond à ce déclencheur en libérant un produit chimique qui engendre l’inflammation des bronches et de la trachée.

Ceci s’accompagne de la tension et du gonflement des parois musculaires qui recouvrent les voies respiratoires. Les voies respiratoires deviennent plus étroites, et mettent en difficulté la respiration. Dans certains cas, un mucus se développe, et la respiration se fait encore plus difficilement.

Serevent agit au moment de l’inflammation, en aidant les parois musculaires de la zone enflammée à se détendre, et en permettant ainsi de réduire l’inflammation autour des bronches, afin qu’elles se dilatent. Ainsi, la respiration se fait plus facilement.

A qui s’adresse-t-il ?

En traitement de fond ou en prévention, cette formule à inhaler est réservée aux adultes et aux enfants de plus de 4 ans. En général, elle est prescrite en association aux corticostéroïdes à inhaler, lorsque ces derniers ne suffisent pas à contrôler l’affection respiratoire.

Pour le traitement symptomatique de la BPCO, il est adressé aux adultes.

Quels sont ses avantages pour traiter l’asthme ? Inconvénients ?

Cet antiasthmatique, en plus d’être reconnu pour améliorer le fonctionnement pulmonaire et réduire les symptômes de l’asthme, permet aux patients souffrant de cette pathologie des voies respiratoires d’améliorer leur qualité de vie.

En effet, il s’agit d’un traitement de contrôle ou de prévention ce qui permet aux utilisateurs de vivre normalement.

Il a également l’avantage d’agir rapidement, puisqu’il commence à agir entre 10 et 20 minutes, et atteint son effet maximum entre 30 et 60 minutes. Il continue d’ailleurs à agir sur une longue période de 12 heures.

Un autre avantage de cette formule est qu’elle est disponible en deux versions, via deux appareils différents.  La version Evohaler, qui se rapproche d’un inhalateur classique à cartouche et la version Diskus (ou Accuhaler)  qui contient une poudre à inhaler.

Cette version convient aux personnes chez qui a été détectée une mauvaise synchronisation main-poumon mettant en difficulté l’utilisation d’aérosols doseurs classiques sans chambre d’inhalation.

Malgré ces aspects qui en font un produit intéressant, cette formule à inhaler présente quelques inconvénients.

Si la version Diskus est simple à utiliser, car la dose est contenue sous forme de poudre à inhaler par embout buccal à tout moment quand l’appareil est chargé, l’inconvénient de la version Evohaler, similaire à un dispositif classique, est la nécessité de synchroniser la respiration avec la libération de la substance.

Cette préparation est un médicament préventif de fond, et contrairement aux médicaments de la crise ou de secours, celui-ci ne permet pas de soulager immédiatement les effets d’une crise, mais agit plus lentement dans la durée pour diminuer l’inflammation et contrôler la fréquence des crises.

Si une crise survient sous traitement, le patient doit recourir à un bronchodilatateur d’action rapide et brève.

Il doit donc être pris régulièrement quotidiennement, en respectant les indications du médecin et exige donc de la rigueur de la part du patient. En effet, il est très important de l’utiliser avec précaution, en l’absence de signes. Sans cette régularité, les bronches continuent à présenter une inflammation ce qui peut augmenter les risques de fréquence des crises.

Cet antiasthmatique peut également engendrer des réactions secondaires, ce qui peut en faire un produit  contraignant.

Enfin, un dernier inconvénient sérieux doit être signalé :

L’innocuité de ce type de produit a été remise en question par certaines études. En effet, le taux de décès mis en relation à l’asthme chez les patients prenant du salmétérol quotidiennement s’est montré plus élevé que chez les personnes prenant un autre traitement, surtout lorsque les utilisateurs ne prennent pas de corticoïdes en association.

Cette controverse a débuté en 2003, lorsque l’étude SMART (Salmeterol Multi-center Asthma Research Trial) destinée à évaluer la sécurité du principe actif a été interrompue pour cause de surmortalité (13 morts et 37 exacerbations graves pour 13 176 sujets traités, contre 3 décès et 23 accidents graves chez les témoins).

En Novembre 2005, la Food and Drug administration (FDA) a déclaré que les bêta-2 agonistes à longue durée d’action peuvent être « impliqués dans une aggravation des symptômes parfois mortelle ». Une méta-analyse de 2006 a mis en évidence que le salmétérol pouvait éventuellement augmenter le nombre de décès liés à l’affection, mais aucune méta analyse ultérieure n’a confirmé cet aspect.

La raison est la suivante : ils soulagent les symptômes asthmatiques mais augmenteraient l’inflammation et la sensibilité des bronches.

Seulement, le fabricant a rappelé que le Serevent ne peut être utilisé en monothérapie, il n’a pas été approuvé à cette fin. Il ne remplace par les corticostéroïdes en inhalation mais sont efficaces pris en association.

Quelle efficacité ?

Il s’agit d’une solution d’appoint, efficace pour diminuer les symptômes asthmatiques, en association à des doses appropriées de corticostéroïdes en inhalation.

Quelle particularité ? Sous quelle forme se présente-t-il ?

Le Serevent DISKUS 50 microgrammes par dose se présente sous forme de poudre pour inhalation en disques multi dose, en boîte de 1 distributeur Diskus de 60 doses sous plaquette (aluminium/PVC).

Le Serevent 25 μ se présente en flacon pressurisé d’aluminium de 13,5 g avec valve doseuse en polypropylène contenant 120 doses.

Ce bronchodilatateur se distingue des autres antiasthmatiques par sa longue durée de protection contre les crises allant jusqu’à 12 heures.

Composition de Serevent

La substance active commune aux deux versions de cet antiasthmatique est le Salmétérol, à 25μg pour le Serevent « Evohaler », qui contient également du Norflurane en tant qu’excipient, un gaz propulseur contenu dans de nombreuses préparation à inhaler.

La version DISKUS contient 50μg de Salmétérol, ainsi que du lactose, une poudre utilisée comme excipient dans l’industrie pharmaceutique.

Focus sur son principe actif :

Le salmétérol, aussi appelé xinofoate de salmétérol, est une molécule synthétisée, agoniste des récepteurs bêta-2, à action retardée et de longue durée.

Les récepteurs bêta-2 sont situés au niveau des fibres musculaires lisses du poumon, et servent à relaxer les fibres.

En d’autres termes, environ 15 minutes après inhalation d’une dose, cet substance « agoniste », c’est à dire mimétique, stimule les récepteurs bêta 2 du muscle lisse bronchique, provoquant la dilatation des voies respiratoires, et donc la diminution de l’inflammation autour des bronches, et ce pendant 12 heures, empêchant ainsi les signes asthmatiques.

Son action est similaire à Ventolin.

Quelles études scientifiques ont été faites au sujet de ce médicament ?

Quels résultats ? Les tests ont-ils été concluants ?

Une étude a été menée par l’Unité de Recherche des Maladies Respiratoires (RDRU) de Nairobi en Octobre 1992 afin d’évaluer l’efficacité et la sûreté du Serevent 50 microgrammes, administré deux fois par jour pour une thérapie de contrôle. Le principe actif a été administré à 73 adultes pour une durée de deux semaines. Leurs fonctions pulmonaires ont été évaluées au début, pendant et à la fin du traitement. Les patients présentant des troubles respiratoires obstructifs ont connu une amélioration significative de leurs fonctions respiratoires.

Un grand nombre de volontaires ont reporté une diminution de réveils nocturnes et une amélioration de leur résistance lors d’activités physiques. La toux, les maux de têtes et les démangeaisons de la gorge sont des réactions secondaires rapportées. Les patients traités au Salmétérol ont vu une amélioration du contrôle des symptômes de leur affection respiratoire.

Une autre étude publiée en 1999 (American Academy of Pediatrics), a permis de démontrer l’efficacité de la poudre de Salmétérol pour la broncho-dilatation et la réduction des signes et des symptômes chez les enfants souffrant d’un asthme chronique et persistant. 207 patients ont fait partie de l’étude, 102 ayant pris du salmétérol et 105 un placebo.

Pour ce qui est de la broncho-pneumatique chronique obstructive, plusieurs travaux ont examiné et comparé l’efficacité et la sûreté de la molécule. Un d’entre eux, mené par la Dartmouth Medical School (Lebanon, NH, USA) a permis de mettre en évidence le rôle de la substance active dans la thérapie long-terme de la broncho dilatation, contre la BPCO.

Servent est-il remboursé par la sécurité sociale ou la complémentaire santé ?

Cette formule de contrôle de l’asthme a été agréée aux collectivités, et donc pris en charge par la sécurité sociale à un taux de remboursement de 65 %, dans le cadre de ces indications :

« Traitement symptomatique continu de l’asthme :

–  chez des patients nécessitant des prises quotidiennes de bêta-2 agonistes à action rapide et de courte durée ;

–  et/ou en cas de symptômes nocturnes ;

En association avec un traitement anti-inflammatoire continu comme les corticoïdes inhalés.

Traitement préventif de l’asthme induit par l’effort.

Traitement symptomatique de la broncho-pneumopathie chronique obstructive. »

Posologie : comment utiliser Serevent?

Le patient doit suivre avec précaution les indications du médecin. Ceci permet de garantir le bon fonctionnement du produit, son efficacité et d’éviter les risques d’effets indésirables possibles ou d’autres complications de santé.

Mode d’utilisation

Les deux versions de cet antiasthmatique s’utilisent de manières différentes. Les instructions précises se trouvent dans la notice présente dans l’emballage.

Pour être sûr de l’utiliser correctement, il est recommandé que le médecin supervise la première inhalation et qu’il s’assure du bon usage de l’appareil.

Serevent 25 microgrammes par dose 

Il s’agit de la version similaire aux inhalateurs classiques contenant une cartouche, devant être pressés pour usage.

Premièrement, il est important de vérifier le dispositif et son bon fonctionnement. S’il n’a jamais été utilisé, ou s’il n’a pas été utilisé depuis plus d’une semaine, l’utilisateur devra libérer deux bouffées à l’air libre : exercer une pression de chaque côtés pour enlever le capuchon de l’embout buccal et appuyer sur la cartouche.

Utilisation de l’appareil :

  1. Retirer le capuchon de l’embout buccal (exercer une pression de chaque côté),
  2. Vérifier la propreté de l’aérosol (enlever tout corps étranger à l’intérieur ou extérieur, y compris dans l’embout buccal,
  3. Agiter vivement l’aérosol pour mélanger la solution,
  4. Expirer profondément,
  5. Situer l’embout buccal à l’entrée de la bouche, en dirigeant le fond de la cartouche métallique vers le haut,
  6. Inspirer profondément et maintenir l’inspiration tout en pressant sur la cartouche métallique,
  7. Retirer l’embout buccal et retenir sa respiration 10 secondes,
  8. Remettre le capuchon sur l’embout buccal et appuyer fermement pour le repositionner,
  9. Nettoyer l’embout buccal de l’appareil après l’emploi sans le mettre la cartouche métallique au contact d’eau.

Serevent DISKUS 50 microgrammes par dose 

Il s’agit d’un dispositif plus facile à utiliser. Chaque dose sous forme de poudre est disponible par distributeur, et peut être inhalée par l’embout buccal à tout moment si l’appareil est chargé.

  1. Ouvrir le DISKUS en le tenant d’une main et en plaçant le pouce de l’autre main à l’endroit prévu à cet effet. Le pousser aussi loin que permis,
  2. Tenir l’appareil face vers soi. Pousser le levier vers l’extérieur jusqu’en butée. Ceci fera apparaitre une ouverture au niveau de l’embout buccal et préparer la dose prête à l’utilisation. La dose est visible sur le compteur des doses. Ne pas actionner le levier hors usage, car cela libère et fait perdre des doses,
  3. Eloigner le Diskus de la bouche. Expirer profondément pour vider les poumons (ne pas le faire dans l’appareil),
  4. Placer l’embout buccal à l’entrée de la bouche entre les lèvres. Inspirer profondément par la bouche (non pas par le nez),
  5. Retirer le Diskus de la bouche,
  6. Maintenir la respiration environ 10 secondes,
  7. Respirer lentement,
  8. Refermer le Diskus : placer le pouce sur l’emplacement prévu à cet effet, ramener la partie mobile vers soi, aussi loin que possible, pour protéger l’embout buccal. Un déclic se produira. Lors de la fermeture, le levier revient automatiquement dans la position initiale, prêt à être utilisé à nouveau. Le couvercle protège l’appareil lorsqu’il n’est pas utilisé.

NB : Un compteur de doses indique le nombre de doses encore disponibles. Chaque dose est protégée de manière individuelle. Les doses 0 à 5 sont indiquées en rouge, pour prévenir qu’il en reste peu.

Quand le commencer ? Quand l’arrêter ?

Il peut être commencé à tout moment après prescription médicale. Ne pas arrêter le traitement sans avis médical.

Si le salmétérol est utilisé en traitement continu de l’asthme ou pour traiter la broncho-pneumatique chronique obstructive, une fréquence régulière doit être respectée pour les inhalations, en les répartissant à intervalles réguliers (matin et soir).

En cas de prévention de l’asthme d’effort, le produit doit être respiré 30 à 60 minutes avant l’exercice.

Quel(s) dosage(s) ?

La posologie prescrite généralement au début de ce traitement est de deux bouffées de 25 microgrammes deux fois par jour pour la version classique et une bouffée deux fois par jour pour la version Diskus.

Contre l’asthme d’effort, la dose habituelle est d’une dose prise avant l’effort.

La dose peut être doublée par le médecin, si le patient souffre d’un type d’asthme grave.

Que faire en cas d’oubli ?

En cas d’oubli, le patient doit poursuivre normalement le traitement, en prenant la dose suivante au moment habituel, sans prendre en compte l’oubli. Ne jamais doubler la dose en compensation de l’omission.

Que faire en cas de surdosage ?

Il est très important de respecter les doses prescrites. En cas de surdosage, les symptômes suivant peuvent survenir : des battements de cœur plus forts, des tremblements, un mal de têtes, des nausées, des étourdissements, une hypokaliémie, des palpitations, une faiblesse musculaire ou encore des crampes.

Si vous avez pris trop de Serevent que vous ne le deviez, consulter l’avis d’un professionnel.

Les précautions d’emploi :

Il existe plusieurs précautions à prendre en fonction des différentes typologies de personnes.

Patients diabétiques :

Dans de rares cas, une augmentation de la glycémie a été rapportée. C’est un élément à prendre en compte dans le cas de la prescription à un patient diabétique.

Sportifs :

Cette solution contient une molécule active pouvant engendrer un résultat positif aux tests de contrôle antidopage.

Maladie cardiovasculaire :

Certains effets comme l’augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle systolique ont été rapportés occasionnellement, en lien avec l’activité sympathomimétique, notamment lors de dosages supérieurs aux dosages thérapeutiques.

Ce bronchodilatateur doit être prescrit avec prudence chez les patients atteints d’une maladie cardiovasculaire.

Hyperthyroïdie :

Une prudence particulière doit être portée en cas d’administration chez un patient atteint d’hyperthyroïdie.

Grossesse et allaitement :

Les études chez l’animal n‘ont pas conclu à un effet tératogène (risque pour le développement du fœtus). Or, les substances responsables de malformations chez les humains sont également révélées tératogènes chez l’animal dans le cadre des études, il y a donc peu de risque qu’une malformation du fœtus humain ait lieu.

Cependant, il n’existe pas assez de données cliniques sur un éventuel effet malformatif, ou fœtotoxique de la molécule administrée pendant une grossesse. Elle sera donc administrée qu’en cas de nécessité.

Les données cliniques de pharmacodynamie et de toxicologie démontrent  une excrétion de salmétérol dans le lait maternel animal. Un risque chez le nourrisson allaitant peut donc être envisagé. La décision de poursuivre l’allaitement ou d’abstenir la prise de Serevent doit être prise après comparaison des bénéfices de l’allaitement pour le nourrisson et les bénéfices du traitement pour la mère.

Baisse de la Kaliémie :

Une baisse passagère de la kaliémie peut se produire en cas de surdosage. La prescription de salmétérol chez des patients prédisposés à une hypokaliémie doit donc se faire avec prudence.

En cas d’hypoxie, une attention doit être portée dans une situation d’asthme aigue grave car cet effet peut empirer cette baisse potentielle.

Enrouement :

Chez certaines personnes sensibles, il peut être prudent de se rincer la bouche avant inhalation, pour éviter un enrouement de la gorge.

Stockage et conservation 

Le dispositif doit être conservé hors de la vue et de la portée des enfants, à une température inférieure à 30°C. Attention à ne pas exposer le récipient sous pression à une chaleur excessive, à ne pas le percer, à ne pas jeter au feu (même vide). Protéger l’appareil du gel et des rayons directs du soleil.

Ne pas jeter au tout-à-l’égout ou avec les ordures ménagères. Consulter en pharmacie pour éliminer un produit pharmaceutique qui n’est plus utilisé.

Risques et dangers & effets secondaires de Serevent

Cet antiasthmatique est prescrit par un professionnel de la santé, et doit être utilisé dans le respect des indications. Il n’est pas adapté à toutes les personnes, il faut donc prendre en compte les contre-indications avant de l’utiliser.

Comme toute substance, celle ci peut entraîner des réactions indésirables et des interactions avec d’autres molécules.

Serevent: les effets secondaires

Cette formule à inhaler peut, comme tout traitement, entraîner des réactions secondaires indésirables chez certains patients.

Ces effets sont listés ci-dessous par catégorie de fréquence d’apparition :

Effets indésirables fréquents (Entre 1 et 10 utilisateurs sur 100) :

  • Tremblement des extrémités
  • Maux de tête
  • Palpitations
  • Crampes musculaires

Effets indésirables peu fréquents (Entre 1 et 10 utilisateurs sur 1000) :

  • Hypersensibilité (par exemple urticaire)
  • Tachycardie

Les tremblements et la tachycardie sont des effets rapportés lorsque la dose inhalée a été supérieure à 50 microgrammes deux fois par jour.

Effets indésirables très rares (moins de 1 utilisateur sur 10 000) ou cas isolés :

  • Réactions anaphylactiques comme angio-oedème, bronchospasme et choc anaphylactique
  • Hyperglycémie
  • Arythmies cardiaques (incluant fibrillation auriculaire, tachycardie supra ventriculaire et extrasystoles)
  • Irritations de la bouche et de la gorge
  • Bronchospasme paradoxal
  • Nausées
  • Arthralgie (douleurs articulaires)
  • Douleur thoracique non spécifique

La déclaration de réactions secondaires suspectées est importante pour surveiller les risques du médicament. Il est possible de déclarer les effets indésirables suspectés via le système national de déclaration en ligne de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : www.ansm.sante.fr

Les contre indications

Ce produit ne devrait pas être inhalé en cas d’hypersensibilité au principe actif ou à l’un des excipients composant la formule.

La préparation en poudre contenant du lactose (renfermant des protéines de lait) est donc contre-indiquée chez les patients intolérants/allergiques au lactose ou au lait.

Les interactions médicamenteuses ou autres interactions

Les interactions médicamenteuses se réfèrent aux interférences possiblement causées par l’association de plusieurs substances. Ces associations peuvent provoquer l’altération d’une molécule, une diminution ou une potentialisation des effets d’une molécule, ou encore engendrer certains effets secondaires.

Les associations contre-indiquées sont les suivantes :

  • bêtabloquants :

Sélectifs ou non, les bêtabloquants peuvent possiblement diminuer ou s’opposer à l’action du salmétérol. Ils doivent donc être évités.

  • Médicaments corticoïdes, dérivés de xanthine, diurétiques :

Une hypokaliémie peut être résultat d’un traitement par un bêta-2 agoniste. En cas d’asthme aigu grave et d’utilisation concomitante de corticoïdes, dérivés de xanthine ou de diurétiques, une précaution est nécessaire, car ces substances peuvent amplifier l’hypokaliémie.

  • Inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 :

Une étude a étudié les effets d’une association de kétoconazole pris à un dosage de 400 mg par voir orale une fois par jour, avec du salmétérol pris à 50 μ par inhalation deux fois par jour, auprès de 15 sujets sains pendant 7 jours. Cette association a augmenté significativement l’exposition plasmatique du salmétérol. Cette administration concomitante peut donc entraîner d’autres effets liés au salmétérol (palpitations). Concernant la pression artérielle, la fréquence cardiaque, la glycémie et la kaliémie, aucun effet significatif n’a été rapporté.

Cette co-administration est à éviter, ou à employer avec prudence après comparaison des risques/bénéfices.

Une interaction similaire est à prévoir avec d’autres inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 (itraconazole, ritonavir,…)

  • Inhibiteurs modérés du cytochrome P450 3A4 :

L’administration concomitante de 500 mg d’érythromycine par voie orale trois fois par jour et de 50μ de salmétérol deux fois par jour chez 15 sujets sains pendant 6 jours a démontré une légère augmentation, non significative statistiquement, de l’exposition plasmatique du salmétérol, sans aucun effet indésirable grave associé.

Si vous avez des doutes ou des interrogations relatifs à l’influence de ce bronchodilatateur sur la santé, vous pouvez lire la notice patient (Evohaler ou Diskus) ou consulter un avis médical.

Avis et témoignages sur le Serevent

Avis des professionnels de la santé sur Servent

D’après un groupe de médecin britannique de la Brighton and Sussex Medical School et de la Dundee University, le salmétérol ne serait pas efficace chez un enfant sur sept atteint d’asthme, jusqu’à en aggraver les symptômes : D’après le Professeur Somnath Mukhopadhyay, il ne faut pas nier que ce « traitement commun ne fonctionne pas dans une proportion significative de la population »

Un groupe de médecins est revenu dans un rapport sur l’innocuité remise en question par plusieurs études, rappelant que « Les BAAP (β2-agonistes à action prolongée) sont extrêmement efficaces pour améliorer les symptômes et la fonction pulmonaire », en association à des corticoïdes (CSI) :

« Les décès de personnes asthmatiques qu’on soupçonne attribuables aux BAAP sont peu nombreux, mais on espère qu’une meilleure compréhension de l’utilisation des BAAP servira à améliorer le contrôle global de l’asthme. La possibilité que les BAAP puissent avoir des effets nuisibles chez les patients asthmatiques a été soulevée dans 2 importantes études cliniques et dans une récente méta-analyse qui a été fortement influencée par une seule étude. Il est important que les médecins de famille tiennent compte du fait que les études signalant une hausse de la mortalité et des hospitalisations avec l’utilisation des BAAP incluaient un nombre alarmant de patients qui ne prenaient pas de CSI. Dans une importante étude canadienne, le salmétérol n’a pas augmenté les exacerbations graves en comparaison du placebo chez les patients asthmatiques qui utilisaient régulièrement des CSI. Même si les BAAP sont extrêmement efficaces pour améliorer les symptômes et la fonction pulmonaire, ils ne semblent pas avoir d’effets anti-inflammatoires significatifs et pertinents sur le plan clinique. Aucunes lignes directrices publiées récemment ne recommandent l’utilisation des BAAP sans l’usage concomitant des CSI. Il est très important de souligner que l’usage systématique d’une monothérapie aux BAAP dans les cas d’asthme ne devrait pas être envisagé. Les B2-agonistes à action prolongée devraient préférablement être prescrits sous forme d’inhalateurs combinant les BAAP et les CSI. »

La pneumologue Dr. Bartolome Celli, professeur de médecine à l’Ecole Médicale d’Harvard, rappelle le rôle joué par la molécule active dans le soin de la BPCO :

« Les médicaments à inhaler qui détendent les muscles autour des voies espiratoires, appelés bronchodilatateurs, sont un pilier de la thérapie de la BPCO. Ces médicaments, qui incluent les agonistes Bêta-2 sélectifs comme le salmétérol (Serevent Diskus) et les agents anticholinergiques comme l’ipratropium (Arovent), peuvent accélérer le rythme cardiaque,  et parfois provoquer des battements anormaux du cœur (arythmie). Mais ils sont quand même considérer comme raisonnablement sûrs (…). Des années d’expérience auprès de personnes souffrant de BCPO ont prouvé leur sûreté et efficacité quand ils sont utilisés aux bonnes doses et fréquence. Garder les symptômes de la BPCO sous contrôle avec des bronchodilatateurs est le meilleur moyen de protéger le cœur. Les pics d’hypoxie engendrés par la BPCO ajoutent du stress supplémentaire au cœur, accroissant le rythme d’une crise cardiaque dans les prochaines semaines. »

Il est également important de rappeler l’avis de la Food and Drug Administration (FDA) : « Basé sur les données disponibles, les bénéfices du SEREVENT pour les asthmatiques continuent à dépasser les risques et les effets secondaires sérieux déclarés dans l’étude sont rares. La FDA recommande fortement aux patients de ne pas arrêter le SEREVENT, ou tout autre médicament pour l’asthme sans en avoir préalablement parlé à leur médecin. »

Avis et témoignages des utilisateurs :

Côté utilisateurs, les avis sont variés, entre ceux pour qui cet inhalateur a été une délivrance et ceux chez qui il a entraîné des effets secondaires.

Une femme de 46 ans témoigne sur le site de Meamedica :

Avis serevent contre l'asthme en image

Guide d’achat du Severent

Les bêta-2 agonistes à inhaler doivent obligatoirement faire l’objet d’une prescription médicale et leur utilisation doit être faite dans le respect des indications.

C’est pour cette raison qu’ils ne peuvent être obtenus sans une ordonnance médicale adressée par un professionnel de la santé ayant connaissance du profil médical du patient et ayant écarté les risques pour sa santé.

L’auto médicalisation est en effet dangereuse.

Où acheter Severent?

Il y a deux manières de se procurer ce bronchodilatateur après obtention de l’ordonnance médicale.

La manière classique consiste à se rendre en pharmacie physique en possession de l’ordonnance, mais l’appareil d’inhalation peut aussi être obtenu de manière très simple sur internet, via une plateforme médicale spécialisée.

Ce deuxième moyen nécessite néanmoins de bien s’assurer du sérieux du service en ligne et de la provenance des produits.

En pharmacie physique

Si votre médecin juge que cette préparation est un traitement de fond adapté pour le contrôle de votre affection respiratoire, il vous le prescrira par ordonnance. Il vous suffit donc de prendre rendez-vous chez votre médecin généraliste ou pneumologue et de vous rendre à n’importe quelle pharmacie qui vous dispensera l’inhalateur avec les doses correspondante.

En pharmacie en ligne :

Si vous souhaitez renouveler votre ordonnance pour obtenir cet antiasthmatique, sans devoir perdre du temps à aller chez le médecin, sachez que vous pouvez tout faire depuis chez vous, sur internet.

Attention tout de même aux nombreux sites qui le proposent, notamment sans ordonnance, et qui sont en fait des arnaques. Il est important de bien vérifier la provenance du produit et la fiabilité du site qui le propose, notamment en regardant les certificats et les agréments. Les produits frauduleux peuvent être des arnaques ou des solutions préparées pouvant mettre la santé du patient en danger.

Le site médical Treated est une plateforme certifiée, en lien avec des professionnels de santé qualifiés, et travaillant avec une pharmacie agréée basée au Royaume-Uni. La démarche est simple : le patient remplit un formulaire en ligne, et une fois que le médecin vérifie et valide la le renouvellement de l’ordonnance, la commande est autorisée et le produit est livré à domicile en 24 heures.

Prendre rendez-vous chez le médecin peut parfois prendre du temps. Avec cette alternative, le patient peut faire toute la démarche depuis son ordinateur, de manière confortable, confidentielle et totalement sûre.

A quel prix?

La pharmacie de Treated propose l’acquisition des deux versions de la préparation :

  • L’inhalateur de Serevent Diskus qui délivre une dose de 50 microgrammes par inhalation au prix de 112,49 €.
  • L’inhalateur Serevent Evohaler, proposé à 112,49 €, contient 25 microgrammes de salmétérol par dose.

Le prix du site comprend la livraison à domicile.

FAQ

Découvrez ci-dessous les questions plus fréquemment posées sur ce traitement:

Est-il possible d’obtenir Serevent sans ordonnance?

Non, l’achat de Serevent est possible uniquement avec une prescription du médecin. L’ordonnance peut être cependant acquise par consultation virtuelle sur internet.

La consommation d’alcool est-elle possible en prenant cette molécule?

Oui, l’alcool n’est pas une substance qui interfère avec le salmétérol et ses effets. Toutefois, l’abus d’alcool est déconseillé pour la santé.

Les effets de ce principe actif affectent-t-ils l’aptitude à conduire un véhicule?

La capacité à conduire n’est pas susceptible d’être affectée par le principe actif. Néanmoins, si vous éprouvez des effets secondaires lourds, il est déconseillé de conduire. Contactez votre médecin.